mis à jour le

Poupées frabriquées par Taofick Okoya dans son atelier de Lagos au Nigeria, REUTERS/Akintunde Akinleye
Poupées frabriquées par Taofick Okoya dans son atelier de Lagos au Nigeria, REUTERS/Akintunde Akinleye

Princess Naija, les nouvelles barbies black

Il ne s'agit plus simplement de faire des versions noires des barbies. Désormais, elles rappellent les héroïnes de l'histoire africaine.

Au Nigeria, Mattel a été remplacé par l’entreprise de Taofick Okoya. Consterné lorsqu’il n’avait pas pu trouver de poupée noire pour sa nièce, il s’est lancé dans cette aventure. Aujourd’hui son entreprise est un business florissant qui rivalise avec de grands groupes, d’après le site britannique The Guardian.

Avec une économie en plein essor, le Nigeria compte plus d'enfants que n'importe où ailleurs dans le monde, selon The Guardian, mais la réalité du marché des jouets n’est pas en accord  avec ces données. C’est pourquoi Taofick Okoya a décidé de combler ce vide à moindre coût en sous traitant en Chine, mais en personnalisant ces produits avec des tenues nigérianes traditionnelles.  Et sa méthode a porté ses fruits puisque 7 ans plus tard, l’entrepreneur écoule par mois entre 6.000 et 9.000 Reine d’Afrique et Princesses Naija, qu'il vend entre 500 et 350 nairas (environ entre 3 et 16 euros).

Mattel, le plus grand fabricant de jouets au monde, fabrique des poupées noires depuis des décennies, mais dit sa présence en Afrique subsaharienne est «très limitée». Le groupe n'a pas encore de projet dans cette région explique un porte-parole, Alan Hilowitz. Et les entreprises étrangères ont de bonnes raisons d’être prudentes.

«Bien que le Nigeria compte des milliers de naissances chaque jour, deux tiers de ces enfants naissent dans des familles qui ne peuvent s’offrir les articles proposés des magasins de jouets. Les multinationales citent également l'insuffisance des infrastructures et la corruption des autorités portuaires», rappelle le site anglais.

Alors que les multinationales se ruent sur les marchés africains, l'expérience de Taofick Okoya prouve qu’il y a toujours une place pour les entreprises nationales qui ont une meilleure connaissance du marché locale, surtout dans un pays comme le Nigeria qui a un fort potentiel économique

Avec environ 170 millions d’habitants, c'est de loin le pays le plus peuplé d'Afrique et son économie est en croissance d'environ 7 %. Alors que les économies occidentales se débattent, l'appel des marchés émergent pour les fabricants de jouets est prometteur..

«Entre 2006 et 2011, les pays développés ont vu les ventes de jouets augmenter chaque année à seulement 1 %, contre 13% dans les marchés émergent, selon les données d'Euromonitor.»

Lu sur The Guardian

 

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Les dix pays les pires pour les enfants sont tous situés en Afrique  Des dizaines de langues locales sont en voie de disparition en Afrique  Oui, le débit internet est plus rapide au Kenya qu'aux Etats-Unis 

croissance nigériane

Emergence

Le Nigeria a-t-il les atouts qu'il faut pour intégrer les Brics?

Le Nigeria a-t-il les atouts qu'il faut pour intégrer les Brics?

Nigéria

AFP

Le sud-est du Nigeria toujours noyé sous l'or noir, malgré les promesses

Le sud-est du Nigeria toujours noyé sous l'or noir, malgré les promesses

AFP

Les agriculteurs du nord-est du Nigeria veulent rentrer chez eux

Les agriculteurs du nord-est du Nigeria veulent rentrer chez eux

AFP

La guerre du Biafra: une page douloureuse de l'histoire du Nigeria

La guerre du Biafra: une page douloureuse de l'histoire du Nigeria