mis à jour le

Alexandre Ferdinand Nguendé a l'aéroport de Bangui. REUTERS/Emmanuel Braun
Alexandre Ferdinand Nguendé a l'aéroport de Bangui. REUTERS/Emmanuel Braun

Centrafrique: le gouvernement de transition n'a pas le droit à l'erreur

Successeur de Michel Djotodia, Alexandre-Ferdinand Nguendet, a la lourde tâche de ramener le pays vers la paix.

C’est fait. Après la démission forcée de Michel Djotodia et de son Premier ministre Nicolas Tiangaye, la Cour suprême vient de constater la vacance du pouvoir en Centrafrique. Et conformément à la loi fondamentale du pays, c’est le président du Conseil national de transition (CNT), Alexandre-Ferdinand Nguendet, qui assume l’intérim pendant les quinze jours qui suivent à l’issue desquels un nouveau président de la transition doit être élu.

D’ores et déjà, les consultations ont commencé et on attend de connaître le nouveau maître de Bangui, qui aura la lourde tâche de recoller les morceaux dans un pays où tout est en ruines. En effet, la première bataille qu’il faudra coûte que coûte gagner est celle de la sécurité en mettant fin aux affrontements quotidiens qui opposent les musulmans et les chrétiens par milices interposées.

En tout cas, il y a de quoi espérer quand on revoit ces images frappantes où des éléments de la Séléka, sous les auspices des forces françaises de l’opération Sangaris, acceptent de fraterniser avec des anti-balaka à Bangui. Toute chose qui, naguère, relevait d’une simple vue de l’esprit, tant la haine avait atteint un degré à nul autre pareil.

Tout porte à croire que la démission de Djotodia permettra à la Centrafrique de retrouver son calme d’antan, puisqu’ils sont nombreux des soldats de l’armée régulière, qui, à l’appel du président de la transition, ont commencé à regagner les casernes qu’ils avaient désertées depuis le 24 mars dernier suite au déferlement des éléments de la Séléka sur Bangui.

C’est tout à l’honneur du président de la transition qui, s’il est vrai qu’il n’a pas encore totalement mis fin à la violence, aura à tout le moins, un tant soit peu, réussi à décrisper l’atmosphère; chose que son prédécesseur n’a pas réussie en huit mois. Aux membres du CNT donc de faire preuve de discernement en opérant un choix judicieux.

Pourquoi ne pas confirmer Alexandre-Ferdinand Nguendet dans ses fonctions dans la mesure où, depuis son arrivée au pouvoir, la situation va de mal en pis? En tout cas, la balle est dans le camp, du CNT. Il n’a pas droit à l’erreur dans son choix, car l’avenir de la RCA en dépend. Il doit s’élever au-dessus de toutes considérations et ne viser que l’intérêt, rien que l’intérêt du peuple centrafricain qui a déjà trop souffert de l’incurie de ses dirigeants. De toute évidence, il faut tout faire pour tourner définitivement la page Djotodia.

Cet article a d'abord été publié dans Le Pays

Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

Centrafrique

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

AFP

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée

La force française Sangaris "demeurera" en Centrafrique pour "accompagner" son armée

CNT

Catherine Samba-Panza

Elle n'est pas le messie

Elle n'est pas le messie

Centrafrique

Ce qui attend la nouvelle présidente centrafricaine

Ce qui attend la nouvelle présidente centrafricaine

Théâtre

Zang, ovni du théâtre français

Zang, ovni du théâtre français

Premier ministre

Atouts

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Mali

Le deuxième putsch du capitaine Sanogo

Le deuxième putsch du capitaine Sanogo

Vu d'Oran

Algérie: le chômeur, ennemi public numéro 1

Algérie: le chômeur, ennemi public numéro 1