mis à jour le

Libye: entre blocage pétrolier et instabilité politique, le pays en crise

c

Des gardes des installations pétrolières bloquent depuis fin juillet trois ports pétroliers dans l'est libyen, provoquant une chute de la production de pétrole à 250.000 barils/jour, contre près de 1,5 million b/j avant le début de ce mouvement. 

Ce riche pays pétrolier dépend exclusivement de ses revenus d'hydrocarbures, qui représentent plus de 96% de son Produit intérieur brut.

Les pertes occasionnées par la crise sont de plus de 9 milliards de dollars, selon les dernières estimations du ministère du Pétrole. 

"La situation devient de plus en plus critique. Le gouvernement risque de recourir à des prêts pour pouvoir honorer ses engagements", a averti le représentant d'une institution financière internationale en poste à Tripoli.

Initialement, les protestataires -des hommes lourdement armés- accusaient le gouvernement de corruption, évoquant des malversations sur les quantités de brut chargées sur les pétroliers.

Tout en réfutant ces accusations, le gouvernement central avait annoncé l'ouverture d'une enquête.

Mais cette initiative n'a pas satisfait les protestataires qui ont rapidement affiché leurs véritables intentions en réclamant l'autonomie de leur région, la Cyrénaïque, dans le cadre d'un système fédéral.

Leur chef, Ibrahim Jodhrane, s'était d'ailleurs autoproclamé en août président d'un "bureau politique de la Cyrénaïque", avant d'annoncer en octobre la formation d'un gouvernement local.

"Option militaire"?

Le Premier ministre, Ali Zeidan, a refusé de négocier avec ce gouvernement autoproclamé, considéré par Tripoli comme "illégal", tout en donnant son feu vert à des médiations du Congrès général national (CGN, Parlement) et de tribus.

Ces tentatives n'ont pas trouvé écho auprès des protestataires qui exigent entre autres l'attribution à la région de la Cyrénaïque de sa part des revenus pétroliers.

M. Zeidan a multiplié les menaces d'un recours à la force contre les protestataires, sans toutefois passer à l'action par crainte, selon lui, d'une effusion de sang.

"Si le gouvernement choisit l'option militaire pour lever le blocus, il complique la situation et risque de faire entrer le pays dans une phase encore plus critique", estime Khaled Al-Ballab, professeur de sciences politiques à l'Université al-Margab, dans l'est du pays.

"Les partisans de l'autonomie de la Cyrénaïque se sont imposés comme une entité politique. Il faut donc traiter et négocier avec eux", a-t-il ajouté.

Mais les protestataires ont choisi l'escalade, en annonçant début janvier leur intention de vendre eux-mêmes le brut.

Mercredi, M. Zeidan a qualifié cette annonce de tentative d'"atteinte à la souveraineté nationale" et a menacé de "faire couler" tout navire qui tenterait de rallier les ports contrôlés par les protestataires.

Les détracteurs d'Ali Zeidan au Congrès accusent le gouvernement de faiblesse et le critiquent notamment pour ne pas avoir pu rétablir la sécurité dans le pays, en proie à l'anarchie depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

"Seuls maîtres à bord"

Des députés tentent depuis des mois de faire tomber le gouvernement, sans toutefois réussir à rassembler le nombre de voix requis.

Une motion de censure envisagée par 72 députés, la plupart du Parti de la justice et de la construction, issu des Frères musulmans, n'a pas abouti jusqu'ici faute de consensus.

M. Zeidan, un indépendant, a estimé mercredi que ses détracteurs formaient une "minorité" au CGN et, tout en défendant le travail de son gouvernement, a annoncé un prochain remaniement ministériel.

"Le Congrès n'est pas en mesure de provoquer la chute du gouvernement pour la simple raison qu'il est incapable de s'entendre sur un remplaçant" à M. Zeidan, a estimé l'analyste libyen Fraj Najm.

La grogne monte également contre le Congrès après l'adoption fin décembre par cette instance d'une résolution prolongeant son mandat -qui devait s'achever en février- jusqu'au 24 décembre 2014.

"Certains membres du Congrès veulent se débarrasser du gouvernement pour justifier la prolongation de leur mandat et se présenter comme les seuls maîtres à bord", selon M. Najm. 

AFP

Ses derniers articles: Burkina: les procès "point de départ d'une vraie réconciliation"  Nigeria: de "nombreux morts" dans l'effondrement d'une église  Angola: le parti au pouvoir lance sa campagne électorale 

blocage

AFP

Libye: l'ONU dit l'"impatience" de la communauté internationale face au blocage

Libye: l'ONU dit l'"impatience" de la communauté internationale face au blocage

AFP

Guinée-Bissau: formation d'un nouveau gouvernement après 2 mois de blocage politique

Guinée-Bissau: formation d'un nouveau gouvernement après 2 mois de blocage politique

AFP

Algérie: un collectif féministe dénonce le blocage d'une loi contre les violences conjugales

Algérie: un collectif féministe dénonce le blocage d'une loi contre les violences conjugales

crise

AFP

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

Gabon: état de crise latente trois mois après la présidentielle

AFP

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

Nigeria: le pays s'enfonce dans la crise économique

AFP

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement, bientôt la crise politique?

Maroc: toujours pas de nouveau gouvernement, bientôt la crise politique?

instabilité

AFP

Gabon: Ping met en garde contre "une instabilité profonde et durable"

Gabon: Ping met en garde contre "une instabilité profonde et durable"

AFP

En Centrafrique, instabilité et crise humanitaire sous le nouveau régime

En Centrafrique, instabilité et crise humanitaire sous le nouveau régime

group promo consulting

Pour parer à une éventuelle instabilité de son régime, Macky Sall doit sacrifier un bœuf blanc vers Rebeuss selon un Saltigué

Pour parer à une éventuelle instabilité de son régime, Macky Sall doit sacrifier un bœuf blanc vers Rebeuss selon un Saltigué