mis à jour le

Un camp de déplacés à Bangui, 8 janvier 2014. REUTERS/Emmanuel Braun
Un camp de déplacés à Bangui, 8 janvier 2014. REUTERS/Emmanuel Braun

Centrafrique: les vagues espoirs du sommet de N'djamena

La sous-région d'Afrique centrale veut «contraindre» les protagonistes de la crise en RCA à «trouver une solution».

«Interpeller» les autorités de transition sur la situation en République centrafricaine. Tel est l’objectif du sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) qui se tient ce jeudi 9 janvier 2014 à N’djamena, au Tchad.

Une importante délégation centrafricaine conduite par le président Michel Djotodia est arrivée dans la capitale tchadienne. Cette délégation comprend aussi des partisans de l’ex-chef de l’Etat, François Bozizé, destitué en mars 2013 par la rébellion Séléka.

Selon le secrétaire général de la CEEAC, Ahmat Allami, interrogé par RFI, les chefs d’Etat de la sous-région d’Afrique centrale devront encourager les protagonistes de la crise centrafricaine à trouver une solution définitive au conflit qui déchire le pays.

«Quand je dis "interpeller les autorités de la transition", c'est pour leur dire : "Mais qu'est-ce que vous nous proposez comme solution ? Est-ce que vous allez continuer, comme ça, à toujours vous chamailler, à nous faire perdre notre temps? Si vous n'êtes pas capables, si vous êtes impuissants face à la situation, laissez la place à d'autres, qui pourraient peut-être faire mieux"», a expliqué Ahmat Allami.

Cette sortie témoigne d’une ambiance de fin règne pour Michel Djotodia, qui semble de plus en plus poussé vers la sortie. Selon le site de la Nouvelle Tribune, qui rapporte des sources citées par l’agence Reuters, Michel Djotodia pourrait d’ailleurs annoncer sa démission lors du sommet de ce jeudi à N’djamena.

Mais, ajoute la Nouvelle Tribune, pour les proches du président de la transition centrafricaine, cette option ne serait pas à l’ordre du jour.

Le quotidien Le Monde, de son côté, révèle que des tractations se seraient multipliées ces derniers de la part du Tchad, qui serait en train de «lâcher» Djotodia et de la part de Paris.

«Le sort de M. Djotodia aurait été scellé pendant la tournée dans la région du ministre français de la défense, Jean-Yves Le Drian, qui, outre en Centrafrique, s'est rendu du 1er au 3 janvier au Congo, au Gabon et deux fois au Tchad afin de s'entretenir avec le président Idriss Déby», explique le quotidien français.

Lu sur La Nouvelle Tribune

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Bangui

AFP

Afrique centrale: bac "mention médiocre" de Bangui

Afrique centrale: bac "mention médiocre" de Bangui

AFP

Centrafrique: un Casque bleu sénégalais tué

Centrafrique: un Casque bleu sénégalais tué

AFP

FMI: Lagarde commence une tournée en Afrique

FMI: Lagarde commence une tournée en Afrique

crise en Centrafrique

Chaos

Avant, la Centrafrique était une nation paisible. Mais ça, c'était avant.

Avant, la Centrafrique était une nation paisible. Mais ça, c'était avant.

Centrafrique

Pourquoi la Centrafrique suspend l'utilisation des SMS

Pourquoi la Centrafrique suspend l'utilisation des SMS

Centrafrique

Situation toujours tendue à Bangui

Situation toujours tendue à Bangui

Michel Djotodia

Centrafrique

Cette partition qui guette la Centrafrique

Cette partition qui guette la Centrafrique

Centrafrique

L'errance des Séléka chrétiens

L'errance des Séléka chrétiens

BD

Dessine-moi la guerre en Centrafrique

Dessine-moi la guerre en Centrafrique