mis à jour le

Soudan du Sud: les pourparlers pour un cessez-le-feu piétinent

Les combats faisaient toujours rage mercredi au Soudan du Sud, aggravant encore la crise humanitaire, alors que dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, les pourparlers en vue d'un cessez-le-feu entre le gouvernement et les rebelles piétinent.

Sur le terrain, forces rebelles et pro-gouvernementales ont toutes deux confirmé des affrontements dans la ville stratégique de Bor, capitale de l'Etat du Jonglei, dans l'est.

Actuellement tenue pas les rebelles, la ville située à 200 km au nord de Juba a changé trois fois de mains depuis le début des hostilités le mois dernier. Depuis la localité de Minkamen, à 25 km plus au sud, un journaliste de l'AFP a constaté la présence de nombreux civils fuyant les combats. Au loin, résonnaient des tirs d'artillerie lourde.

"Les gens fuient les combats autour de Bor et ne cessent d'arriver tous les jours par bateau, nous faisons ce que nous pouvons pour les aider", a déclaré John Marach, un coordinateur humanitaire pour les autorités locales.

D'autres affrontements ont été signalés dans l'Etat pétrolier du Haut-Nil, dans le nord-est, où les rebelles affirment bénéficier de nouvelles défections au sein de l'armée, et dans un autre Etat pétrolier, celui d'Unité (nord).

Le Soudan du Sud, indépendant du Soudan depuis juillet 2011, est ravagé par les combats depuis le 15 décembre dernier.

Les affrontements ont d'abord opposé des unités de l'armée loyales au président sud-soudanais Salva Kiir et d'autres fidèles à l'ex-vice président Riek Machar, limogé en juillet. Puis les combats ont dégénéré, la rébellion menée par M. Machar fédérant désormais une alliance hétéroclite de commandants de l'armée mutins et de milices ethniques.

Le président accuse son rival et ses alliés de tentative de coup d'Etat. Riek Machar dément, accusant Salva Kiir de chercher purement et simplement à éliminer ses rivaux.

"Catastrophe humanitaire"

A Addis Abeba, la question de la libération de détenus proches de Riek Machar, onze au total, est au coeur des pourparlers qui se sont ouverts lundi.

Juba refuse de libérer ces détenus, affirmant qu'ils doivent comme tout accusé passer par le processus judiciaire normal. La délégation des rebelles dans la capitale éthiopienne fait elle de cette libération une précondition à tout cessez-le-feu.

De retour d'un déplacement à Juba mercredi soir, une délégation de l'organisation gouvernementale est-africaine Igad, qui chapeaute les négociations, a cependant affirmé, après les avoir rencontrés, que les détenus ne faisaient eux-mêmes pas une précondition de leur libération.

"Les détenus (...) ont affirmé que leur statut de détenus ne devrait pas empêcher de trouver un accord sur un cessez-le-feu", ont-ils déclaré dans un communiqué.

La diplomatie américaine a fait état pour sa part de "progrès" dans les négociations de paix. "Nous pensons que les détenus politiques doivent être libérés immédiatement et qu'ils doivent être présents aux pourparlers de l'Igad", a dit la porte-parole du ministère américain des Affaires étrangères, Jennifer Psaki.

Le bilan exact du conflit qui sévit depuis plus de trois semaines reste difficile à évaluer. L'ONU estime que plus d'un millier de personnes sont mortes, tandis que d'autres sources humanitaires évoquent déjà des milliers de victimes compte tenu de la violence des combats à Juba les premiers jours, mais aussi des sanglants affrontements qui se poursuivent dans les Etats du Jonglei, du Haut-Nil et de l'Unité.

Selon l'ONU, quelque 200.000 personnes ont aussi été déplacées et plus de 30.000 personnes ont fui le pays, trouvant notamment refuge en Ouganda.

Des massacres, viols, meurtres à caractère ethnique ont aussi été reportés dans les deux camps, sur lesquels les Nations unies promettent d'enquêter. Car le conflit a pris une dimension tribale, opposant les Dinka de Salva Kiir aux Nuer de Riek Machar.

Et la situation humanitaire ne cesse de se dégrader.

"Nous faisons face à une catastrophe humanitaire", a affirmé le chef des opérations humanitaires de l'ONU au Soudan du Sud, Toby Lanzer. "C'est une période critique pour le pays. Les combats doivent simplement cesser".

"Même si nous avons pu renforcer notre réponse considérablement ces trois dernières semaines, ce que nous sommes capables de faire aujourd'hui est insuffisant", a de son côté déclaré le président du Comité international de la Croix Rouge, Peter Maurer, depuis Juba.

AFP

Ses derniers articles: Kenya: quatre personnes tuées dans un raid contre leur village  L'Afrique du Sud s'oppose  Ping demande aux Gabonais "de se lever comme un seul homme" contre Bongo 

cessez-le-feu

AFP

Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national

Soudan du Sud: Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national

AFP

Nigeria: les Vengeurs du Delta du Niger annoncent un cessez-le-feu

Nigeria: les Vengeurs du Delta du Niger annoncent un cessez-le-feu

AFP

Soudan du Sud: cessez-le-feu respecté

Soudan du Sud: cessez-le-feu respecté

pourparlers

AFP

Boko Haram: appels

Boko Haram: appels

AFP

Des milliers de Burundais manifestent contre les pourparlers d'Arusha

Des milliers de Burundais manifestent contre les pourparlers d'Arusha

AFP

Le Burundi boycotte les pourparlers de sortie de crise

Le Burundi boycotte les pourparlers de sortie de crise

Soudan

AFP

Le Soudan prévoit de diviser un camp de réfugiés après des violences

Le Soudan prévoit de diviser un camp de réfugiés après des violences

AFP

Soudan du Sud: les Etats-Unis proposent une "dernière chance" de sauver l'accord de paix

Soudan du Sud: les Etats-Unis proposent une "dernière chance" de sauver l'accord de paix

AFP

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats

Soudan du Sud: confusion dans un hôpital de campagne après des combats