mis à jour le

Somalie : au moins 8 morts dans un double attentat

Au moins huit personnes, dont des soldats, ont été tuées mercredi soir dans un double attentat à la voiture piégée perpétré devant un hôtel de Mogadiscio proche du complexe de l'ONU, ont rapporté des sources policières et des témoins.

Deux voitures ont explosé devant l'établissement et sur le trottoir d'en face, l'une après l'autre.

La deuxième détonation, plus forte que la première, est survenue alors que les ambulances arrivaient et que les forces de sécurité venaient en aide aux victimes de la première explosion, ont expliqué un journaliste de l'AFP et un policier, Mohamed Warsame.

Selon des témoins, d'intenses coups de feu ont aussi été échangés sur place entre agresseurs et gardes de sécurité.

Selon l'un des témoins, Abdikarim Hassan, l'explosion de la deuxième voiture a fait au moins huit morts à elle seule. "J'ai compté huit corps, la plupart des soldats", a-t-il dit à l'AFP.

Un autre policier, Muhidin Ahmed, avait auparavant fait état de victimes dans la première explosion, des morts ou blessés, sans pouvoir préciser le bilan. Après cette première explosion, un témoin, Ali Ibrahim, avait parlé de cinq morts, probablement parmi les agresseurs.

Le double attentat de mercredi n'a pas été immédiatement revendiqué mais la capitale est régulièrement le théâtre d'attaques attribuées aux insurgés islamistes shebab.

Vendredi dernier, au moins quatre soldats avaient été tués par une bombe à Mogadiscio.

L'engin, placé sur le bord de la route, avait explosé à l'extérieur d'un café où des soldats somaliens se reposaient, avait précisé la police, imputant l'attaque aux insurgés islamistes shebab.

L'attentat n'avait pas été revendiqué. Mais les shebab, liés à Al-Qaïda, ont mené de nombreuses attaques dans la capitale somalienne ces deux dernières années, epuis qu'ils en ont été chassés par la fragile armée somalienne et la force de l'Union africaine déployée dans le pays (Amisom) en aout 2011.

La Somalie est plongée dans un état de guerre civile la chute du président Siad Barre en 1991, il y a plus de vingt ans.

 

 

AFP

Ses derniers articles: Athlétisme: les suspensions  L'Angola, pays pétrolier plongé dans une sévère crise économique  Emoi au Maroc après l'agression sexuelle collective d'une femme dans un bus 

attentat

AFP

Attentat en Espagne: l'incompréhension du grand-père d'un suspect

Attentat en Espagne: l'incompréhension du grand-père d'un suspect

AFP

Attentat au Burkina: les forces de sécurité doivent miser sur la coopération

Attentat au Burkina: les forces de sécurité doivent miser sur la coopération

AFP

Le Burkina sous le choc d'un nouvel attentat sanglant au coeur de sa capitale

Le Burkina sous le choc d'un nouvel attentat sanglant au coeur de sa capitale

doublé

AFP

Jeux de la Francophonie: Doublé 100-200 pour la Congolaise Ngoye Akamabi

Jeux de la Francophonie: Doublé 100-200 pour la Congolaise Ngoye Akamabi

AFP

Cameroun: au moins 14 civils tués dans un double attentat dans le nord

Cameroun: au moins 14 civils tués dans un double attentat dans le nord

AFP

Cameroun: au moins neuf morts dans un double attentat attribué

Cameroun: au moins neuf morts dans un double attentat attribué

morts

AFP

Des manifestations de l’opposition réprimées au Togo, deux morts

Des manifestations de l’opposition réprimées au Togo, deux morts

AFP

Inondations en Sierra Leone: le nombre de morts dépasse les 400

Inondations en Sierra Leone: le nombre de morts dépasse les 400

AFP

Freetown enterre ses morts après des inondations catastrophiques

Freetown enterre ses morts après des inondations catastrophiques