mis à jour le

Congo: Sassou Nguesso redoute une "implosion" de la Centrafrique

Le chef de l'Etat congolais Denis Sassou Nguesso a déclaré mardi qu'il redoutait à une "implosion" la Centrafrique, en proie à de graves violences intereligieuses, au cours de son traditionnel discours pour le Nouvel an.

"Nous ne pouvons jamais accepter que des forces négatives s'incrustent, prennent pied, s'installent en République centrafricaine (RCA). Nous ne pouvons jamais accepter que ce pays au coeur de l'Afrique centrale connaisse l'implosion", a-t-il déclaré.

"L'implosion de la République centrafricaine, au coeur même de la sous-région, pourrait entraîner des conséquences très graves non pas seulement pour la sous-région d'Afrique centrale et même au-delà", a-t-il estimé.

Le Congo dirige le comité de suivi des accords de Libreville de janvier 2013 sur la crise en RCA. Début décembre, il y a déployé un contingent de 500 militaires dans le cadre de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca), qui est commandée par le général congolais Jean-Marie Michel Mokoko.

Le président congolais a ajouté qu'il exprimait son "grand chagrin" suite à la mort en Centrafrique "de six de nos jeunes soldats".

L'ex-rébellion Séléka a pris le pouvoir en Centrafrique le 24 mars, chassant le président François Bozizé.

Jusqu'au coup d'Etat de la Séléka --coalition hétéroclite de groupes armés--, chrétiens et musulmans vivaient en bonne entente dans ce pays très pauvre de 4,5 millions d'habitants, chrétien à 80%.

Les hommes de la Séléka se sont depuis rendus coupables d'une multitude d'exactions --vols, pillages, exécutions-- contre les populations chrétiennes qui ont soif de vengeance et assimilent désormais tous les musulmans à l'ex-rébellion.

Le 5 décembre, des milices infiltrées parmi la population avaient lancé une offensive sanglante dans Bangui sur des positions de l'ex-Séléka et des quartiers musulmans. S'en est suyivi un cycle infernal de violences entre des chrétiens et musulmans.

La RCA est en proie à une grave crise sécuritaire, financière et humanitaire. Le Congo lui a accordé un prêt de 25 milliards de FCFA (38 millions d'euros) en juin.

Le Congo accueille par ailleurs 11.000ressortissants centrafricains, selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

AFP

Ses derniers articles: Sénégal: l'ex-président Wade candidat aux législatives  Soudan du Sud: des soldats jugés pour le viol d'employées étrangères  Maroc: fin de cavale pour le leader de la contestation dans le Rif 

Centrafrique

AFP

Des drones tactiques français en Centrafrique

Des drones tactiques français en Centrafrique

AFP

La Centrafrique doit rester

La Centrafrique doit rester

AFP

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria

Hollande se rendra en Centrafrique le 13 mai, avant d'aller au Nigeria