mis à jour le

Sénégal: un patron de presse en garde

Le responsable d'un des principaux groupes de presse privés du Sénégal a été placé en garde à vue lundi soir par la gendarmerie sénégalaise après avoir affirmé détenir des "preuves de l'enrichissement illicite" du président Macky Sall, a-t-on appris mardi auprès de son entourage.

Sidy Lamine Niass, journaliste et président directeur général du groupe Walfadjri, "a été placé en garde à vue" à Dakar après une convocation par la section recherches de la gendarmerie, a affirmé à l'AFP Abdourahmane Camara, un responsable de cette entreprise de presse.

Il n'a pas pu préciser les reproches formulés à M. Niass, qui, selon la presse locale, est accusé de "troubles à l'ordre public et offense au chef de l'Etat". 

Jointe par l'AFP, la gendarmerie n'a souhaité faire aucun commentaire.

Sidy Lamine Niass avait, au cours d'une interview diffusée samedi par sa télévision, critiqué la gestion du président Macky Sall et affirmé détenir des "preuves" de son "enrichissement illicite".

Macky Sall a été élu au second tour de la présidentielle en mars 2012 face à Abdoulaye Wade qui était au pouvoir depuis douze ans.

Après son élection et dans un souci de transparence, il avait déclaré au Conseil constitutionnel un patrimoine comprenant entre autres des biens immobiliers au Sénégal et aux Etats-Unis, et plusieurs véhicules et autres biens pour certains partagés avec son épouse, dont la valeur n'a pas été précisée.

Sidy Lamine Niass avait été convoqué une première fois samedi par la gendarmerie mais cette convocation avait été, selon lui, "annulée".

"Je vais répondre à cette deuxième convocation qui n'est plus juridique mais politique. Le pouvoir veut nous imposer la force", avait-il affirmé lundi à la presse en se rendant à la gendarmerie.

Sidy Lamine Niasse est fondateur et propriétaire de Walfadjri, un groupe qui édite un quotidien, possède plusieurs chaînes de radio et une télévision.

Arabisant dans un pays où la langue officielle est le français, il est connu pour ses critiques virulentes contre les différents régimes qui se sont succédé au Sénégal depuis l'indépendance en 1960.

A la veille de la présidentielle de février-mars 2012, il avait organisé un rassemblement à Dakar pour exiger le départ du président Wade.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AFP

Ses derniers articles: Gambie: des troupes ouest-africaines prêtes  CAN: les Gabonais Lemina et Obiang forfait pour le reste de l'épreuve  CAN: le Cameroun accélère, le Gabon au ralenti 

critiques

AFP

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

AFP

Afrique du Sud: Zuma sous le feu des critiques après son revers devant la justice

Afrique du Sud: Zuma sous le feu des critiques après son revers devant la justice

AFP

Libye: les critiques d'Obama contre Cameron et Sarkozy

Libye: les critiques d'Obama contre Cameron et Sarkozy

garde

AFP

Soudan: Béchir met en garde après de nouveaux appels

Soudan: Béchir met en garde après de nouveaux appels

AFP

Gabon: Ping met en garde contre "une instabilité profonde et durable"

Gabon: Ping met en garde contre "une instabilité profonde et durable"

AFP

John Kerry met en garde l'armée nigériane contre les répressions

John Kerry met en garde l'armée nigériane contre les répressions

président

AFP

Gambie: le président Yahya Jammeh décrète l'état d'urgence

Gambie: le président Yahya Jammeh décrète l'état d'urgence

AFP

Gambie: le président élu au Sénegal jusqu'

Gambie: le président élu au Sénegal jusqu'

AFP

Gambie: "pas besoin d'un bain de sang", dit le président malien

Gambie: "pas besoin d'un bain de sang", dit le président malien