mis à jour le

Une femme enceinte à l'hôpital d'Abuja, Nigeria / REUTERS
Une femme enceinte à l'hôpital d'Abuja, Nigeria / REUTERS

La navette de Lagos: le tourisme de santé qui mine l'Angleterre

Chaque année, des Africaines vont accoucher gratuitement au Royaume-Uni. Et, selon un rapport gouvernemental, cela coûte cher à l'État.

Accoucher dans de meilleures conditions, c’est l’une des raisons pour lesquelles des centaines de femmes enceintes affluent vers l’Angleterre. Mais ces dernières années, la gratuité des soins et le cadre rassurant ont attiré beaucoup trop de monde, relate le site The Telegraph.

Un rapport gouvernemental récemment publié, indique que les agents de l'immigration aéroportuaire ont arrêté plus de 300 femmes en deux ans. Généralement originaires du Nigeria, elles attendent les dernières semaines de leurs grossesses, puis viennent en Grande-Bretagne pour accoucher.

Un système rodé, qui perdure malgré l’interdiction des compagnies aériennes de voyager à plus de 36 semaines de grossesse. Une directive qu’elles détournent aisément, puisqu’elles se procurent des certificats médicaux falsifiés avec lesquelles elles passent les contrôles et profitent donc des services gratuits de la National Health Service (NHS), le système de santé britannique.

Les résultats de ce rapport ont accentué les craintes du Royaume-Uni à propos du «tourisme de santé» et ont mis en lumière les coûts que cela engendre. À l’échelle nationale, ces pratiques coûteraient à la NHS la somme de 80 millions de livres (environ 95 millions d'euros) par an. De quoi payer 2.000 infirmières. Mais d’après le site britannique le chiffre est bien plus conséquent puisqu’à lui seul le Guy's and St Thomas' Hospital de Londres perdrait 5 millions de livres par an (environ 6 millions d'euros) à cause de ce qu’il appelle «la navette de Lagos»

Pour pallier à ce phénomène, les ministres anglais se préparent à dévoileer une série de mesures. Au-delà du débat sur l’immigration et les charges endossées par les contribuables, ils se pencheront sur le cas des Bulgares et des Roumains en Grande-Bretagne. Un nouveau système d’identification des patients devrait également être mis en place, car certains soins auparavant gratuits pour les étrangers devraient devenir payant, y compris le service des urgences.

Lu sur The Telegraph

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: En Gambie, une dictature vieille de 22 ans s'achève dans les urnes  Une télé marocaine maquille des femmes victimes de violences conjugales  Surprise, les mosquées marocaines s'engagent contre le changement climatique 

Grande Bretagne

Immigration

Une caution de 3500 euros pour entrer en Grande-Bretagne

Une caution de 3500 euros pour entrer en Grande-Bretagne

Mea culpa

Révolte des Mau Mau: les «sincères regrets» de Londres

Révolte des Mau Mau: les «sincères regrets» de Londres

Guerre froide

Tuer Patrice Lumumba: une mission des services secrets britanniques?

Tuer Patrice Lumumba: une mission des services secrets britanniques?

Nigéria

AFP

Pétrole: le Nigeria peut-il sortir de la récession?

Pétrole: le Nigeria peut-il sortir de la récession?

AFP

Le Nigeria s'enfonce dans la crise, la popularité du président Buhari aussi

Le Nigeria s'enfonce dans la crise, la popularité du président Buhari aussi

AFP

Algérie: Ghezzal et Boudebouz forfait contre le Nigeria

Algérie: Ghezzal et Boudebouz forfait contre le Nigeria

Royaume-Uni

Brexit

«Si David Cameron était Africain, il n'aurait jamais démissionné»

«Si David Cameron était Africain, il n'aurait jamais démissionné»

Leave

En Afrique, un pays s'inquiète vraiment du Brexit: le Kenya

En Afrique, un pays s'inquiète vraiment du Brexit: le Kenya

Sécurité

Des militaires britanniques en renfort de l'armée tunisienne à la frontière libyenne

Des militaires britanniques en renfort de l'armée tunisienne à la frontière libyenne