mis à jour le

Un camp de réfugiés près de Bor. REUTERS/James Akena
Un camp de réfugiés près de Bor. REUTERS/James Akena

Dans l'enfer des camps de réfugiés du Soudan du Sud

Les tensions ethniques ravivées par les antagonismes politiques rendent les conditions des réfugiés intenables.

Le combat des chefs continue au Soudan du Sud, entre le président Salva Kiir et son ancien premier ministre Riek Machar, qui se renvoient la responsabilité de la mutinerie du 15 décembre 2013 à l’origine des violences qui meurtrissent le pays. Alors que les médiateurs de l’Afrique de l’Est, réunis au sein d’une Autorité intergouvernementale pour le Développement (IGAD), ont exhorté les deux parties à trouver un terrain d’entente avant le 31 décembre, les manœuvres militaires se poursuivent, chaque conquête territoriale pouvant être exploitée à la table des négociations.

Après avoir repris la ville de Bor, mardi 24 décembre, et revendiqué le contrôle de Malakal le vendredi suivant, les officiels sud-soudanais se sont déclarés favorables à la proclamation d’un «cessez-le-feu». Mais Riek Machar, suspecté de commander les milices de l’ethnie Nuer qui menacent Bor d’une nouvelle attaque, pose plusieurs conditions à la signature d’un accord parmi lesquelles la libération de ses alliés. Or le gouvernement refuse de relâcher trois des onze détenus rebelles et pose comme préalable l'arrêt des combats.

Les négociations sont d’autant plus sensibles que plusieurs zones de l’Est et du Nord sont encore en proie aux hostilités et font face à une situation humanitaire alarmante. D’après les chiffres du Bureau des Nations unies pour la coordination de l'aide humanitaire (OCHA), les affrontement auraient conduit 121.600 personnes à quitter leur domicile. Au nord de Malaka, toujours disputée par les milices, ils sont 22.000 à avoir trouvé refuge dans un camp des Nations Unies rapporte le New York Times.

Parmi eux, des membres des deux ethnies principales, Nuer et Dinkas —auxquelles appartiennent respectivement Riek Machar et Salva Kiir— multiplient les accrochages:

«Dans deux jours, les gens vont commencer à se battre à l’intérieur même du camp», s'inquiète Hoth Gatkuoth qui y a trouvé refuge. Les tensions ethniques, ravivées par les antagonismes politiques, rendent la situation des réfugiés encore plus dramatique.

Lu sur The New York Times et Jeune Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: La dernière monarchie absolue d'Afrique veut interdire le divorce  Le chef du renseignement du Nigeria cachait 43 millions de dollars chez lui  Le chômage des jeunes est un problème partout en Afrique, sauf dans un pays 

Bor

AFP

Soudan du Sud: l'armée dit contrôler Malakal, Bor martyrisée

Soudan du Sud: l'armée dit contrôler Malakal, Bor martyrisée

AFP

Soudan du Sud: l'armée poursuit son offensive sur Bor

Soudan du Sud: l'armée poursuit son offensive sur Bor

AFP

Soudan du Sud: combats autour de Bor et dans l'Etat d'Unité

Soudan du Sud: combats autour de Bor et dans l'Etat d'Unité

camp

AFP

Nigeria: 3 morts dans des attaques dans un camp de déplacés

Nigeria: 3 morts dans des attaques dans un camp de déplacés

AFP

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab annulée

Kenya: la fermeture du camp de réfugiés de Dadaab annulée

AFP

Camp de déplacés au Nigeria: l'armée a largué deux bombes, selon MSF

Camp de déplacés au Nigeria: l'armée a largué deux bombes, selon MSF

Dinkas

SUD-SOUDAN

Les expulsés de l'indépendance

Les expulsés de l'indépendance