SlateAfrique

mis à jour le

Kenya - Prier contre le célibat

Avis aux célibataires malheureux et aux couples africains mariés mais insatisfaits de leur sort: le bonheur conjugal est désormais à portée de main. C'est ce que promet en tout cas le pasteur Chris Ojigbani. Ce télé-évangéliste nigérian s’est spécialisé sur la chose maritale, sacerdoce qu’il accomplit depuis Lagos, la plus grande ville du Nigeria, et à travers tout le continent africain.

Il ne se réclame d’aucune église et n’a pas l’intention d’en fonder, insiste-t-il sur son site Internet. Il affirme s'être vu confier une mission divine: prêcher l’évangile pour corriger et réprimander les fausses doctrines du mariage.

Le pasteur organise des séminaires géants à ce propos dans plusieurs pays du continent. Le dernier en date s’est tenu au Kenya les 17 et 18 septembre 2011, où il a réussi à réunir pas moins de 3.000 personnes dans un stade de Nairobi:

«A travers des messages à la radio, à la télé et dans les journaux, les gens furent invités à venir et être témoins du miracle du mariage en chassant le diable qui les empêche de se marier ou de poursuivre leur vie conjugale», rapporte le quotidien kényan Daily Nation

La recette est simple: il s’agit surtout de prier pour trouver un mari, une femme, ou le bonheur en couple. Sur place, l’ambiance est fervente et l’apparence soignée.

«Les hommes portaient des costumes et de nombreuses femmes avaient pris soin de lisser leurs cheveux et se chausser de talons aiguilles», observe le journal.

Il y a un an de cela, Chris Ojigbani avait déjà organisé un premier séminaire au Kenya. Jane Nduta, esthéticienne, y assistait. Deux mois après, elle se mariait, mettant un terme à une longue période de célibat. Elle est revenue, mais cette fois-ci pour remercier Ojigbani:

«J’ai appris à être humble et à prier, comme l’a enseigné le pasteur», témoigne-t-elle.

Las de ne toujours pas être marié, Josephat Odongo, enseignant âgé de 36 ans, est venu dans «l'espoir de trouver une bonne épouse très prochainement».

D'après African Review, au Kenya, les propos et séminaires du pasteur Chris Ojingbani séduisent beaucoup les femmes, qui affluent en masse:

«Dans une société qui croit en partie qu’il y a un vrai déficit d’hommes bien, ses enseignements ne manquent pas d’adeptes ni de croyants». 

Lu sur Daily Nation, African Review