mis à jour le

Niger: manifestation contre le président Issoufou

Des milliers de Nigériens ont manifesté samedi à Niamey à l'appel de l'opposition, accusant le régime du président Mahamadou Issoufou de "corruption" et "dictature" et lui reprochant de "censurer" les opposants dans les médias publics.

"A bas le régime!", "non à la dictature!", ont scandé les manifestants durant près de trois heures devant le Parlement, dans le centre ville, avant un meeting animé par les principaux chefs de l'opposition membres de l'Alliance pour la république, la démocratie et la réconciliation (ARDR).

Certains manifestants brandissaient des banderoles hostiles au pouvoir, d'autres des portraits de Mamadou Tandja, l'ex-président renversé par des militaires en 2010, et toujours populaire dans le pays.

Il s'agissait de la première grande manifestation de rue hostile au président Issoufou, opposant historique, depuis son élection en 2011, alors que le chef de l'Etat sera, selon ses proches, candidat à sa propre succession en 2016.

Le chef de file de l'opposition, l'ex-Premier ministre Seïni Oumarou, a dénoncé "la mauvaise gouvernance et la corruption" qui, a-t-il dit, "prennent de l'ampleur" dans le pays où "la sécurité alimentaire, le système éducatif et sanitaire sont en pleine déliquescence".

"On assiste à une appropriation pure et simple" de l'Office de radio et télévision du Niger, qui régit les médias publics, par le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme au pouvoir et "à une main mise sur certains médias privés", a-t-il poursuivi. 

L'opposant a également dénoncé un système "caractérisé par la mauvaise gouvernance, sur fond de mensonge politique, de faux bilans, d'hypothèques irrégulières, portant sur trois années de production pétrolière, de la session d'actifs pétrolier sur le bloc d'Agadem (est-Niger) à des sociétés étrangères (ndlr, chinoises) dans des conditions troubles".

"On assiste à un pillage organisé des ressources nationales", a-t-il lancé.

Selon lui, le président Issoufou veut se constituer "un trésor de guerre" destiné "à l'achat de consciences et des votes pour s'assurer une victoire au premier tour lors de la présidentielle de 2016".

L'ex-président Mahamane Ousmane (1993-1996) et Hama Amadou, le président du Parlement - passé dans l'opposition après avoir quitté mi-août la coalition au pouvoir - ont aussi pris la parole pour accuser le chef de l'Etat de "diviser les partis dans le but d'imposer une dictature personnelle".

AFP

Ses derniers articles: CAN-Féminine 2016: le Nigeria douche les espoirs des Lionnes du Cameroun  L'Algérie déplore la faiblesse du commerce interafricain  Génocide: la peine du premier Rwandais condamné en France confirmée en appel 

Manifestation

AFP

Zimbabwe: la police réprime une manifestation de l'opposition

Zimbabwe: la police réprime une manifestation de l'opposition

AFP

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

Soudan: une manifestation contre la hausse des prix dispersée

AFP

Côte d'Ivoire: des leaders d'opposition interpellés lors d'une manifestation

Côte d'Ivoire: des leaders d'opposition interpellés lors d'une manifestation

président

AFP

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

Angola: le président dos Santos ne se présentera pas

AFP

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

Angola: Dos Santos, président énigmatique et tout-puissant

AFP

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président

Gambie: Yahya Jammeh, imprévisible président