mis à jour le

Denis Sassou Nguesso et Nicolas Sarkozy, le 26 mars 2009. REUTERS/POOL New
Denis Sassou Nguesso et Nicolas Sarkozy, le 26 mars 2009. REUTERS/POOL New

Congo-Brazza, dernier bastion de la Françafrique

Rien de surprenant à ce que Robert Bourgi évoque le Congo de Sassou Nguesso dans les affaires de financement de la vie politique française. Les vieilles pratiques y ont la vie dure.

Mise à jour du 8 février 2012: Le président de la République du Congo, Denis Sassou Nguesso effectue une visite en France du 6 au 11 février. Il participe au forum francophone préparatoire à la conférence "Rio+20" et sera reçu aujourd'hui par le président français Nicolas Sarkozy.

****

Dans son interview tonitruante au Journal du Dimanche le 11 septembre, l’avocat Robert Bourgi cite le nom de Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville, comme l’un des responsables africains susceptibles d’avoir financé la vie politique française. Affirmation aussitôt remise en cause par le porte-parole du gouvernement congolais, le ministre de la Communication Bienvenu Okiemy:

«On voudrait que les Africains soient toujours cette entité sous domination qui prendrait ses ordres à l'étranger, qui obéirait et qui, de temps en temps, ouvrirait le tiroir-caisse pour nourrir un certain nombre de politiques à l'étranger […] Cet argent ne saurait sortir du continent africain et particulièrement du Congo», a-t-il déclaré. 

Mais ce vigoureux démenti peine à convaincre. La destination de l’argent du pétrole et la corruption restent des questions centrales au Congo et le pays peut, à bien des égards, être considéré comme l’un de ceux où les traces de la Françafrique sont les plus palpables.

Du pétrole et des pauvres

Régulièrement, des ONG comme l’Observatoire congolais des droits de l’homme ou Publiez ce que vous payez! interpellent le gouvernement pour savoir comment est utilisé l’argent du pétrole et exigent davantage de transparence. En mai dernier, la Conférence épiscopale du Congo a, à son tour, pris la parole pour dénoncer «une mauvaise gestion des ressources» et la corruption du pays.

Le pétrole représente plus de 80% du produit intérieur brut du pays, dont la croissance selon les institutions financières était de 6,7% en 2009, 9,5% en 2010 et devrait atteindre 6,7% en 2011. Mais cet enrichissement ne semble pas se traduire dans la vie quotidienne des Congolais. Plus de la moitié des 4 millions d’habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté et dépensent moins de 2 euros par jour, et la quasi-totalité du pays vit au rythme des délestages (coupures) électriques.

Au cœur du problème, la corruption à tous les étages de l’État. Le Congo se situe au 154e rang (sur 178 pays) du classement de l’Indice de perception de la corruption (PDF) établi par Transparency International en 2010, qui mesure le niveau de corruption publique à partir de la perception des entreprises et d’experts sur place.

Les réseaux subsistent

Ce contexte, où la richesse semble concentrée entre les mains de quelques uns, est propice au phénomène de «cour» et à la subsistance de réseaux à l’ancienne. De tels réseaux, même s’ils nourrissent nombre de fantasmes excessifs, persistent à Brazzaville.

Symbole le plus évident: le directeur du seul quotidien du pays, Les Dépêches de Brazzaville, est un Français, Jean-Paul Pigasse, ancien journaliste reconverti en proche conseiller du président Sassou. Son journal soutient sans ambages le pouvoir en place, quitte à lancer de violentes diatribes contre la France et l’ONG Transparency International quand la justice française implique le président Sassou Nguesso dans l’affaire dite des biens mal acquis.

Certaines personnalités françaises, plutôt en manque de reconnaissance à Paris, viennent régulièrement à Brazzaville, comme Jacques Toubon ou Charles Million. Plus déroutante, la présence régulière de l’homme d’affaires Loïk le Floch-Prigent, qui malgré sa condamnation dans l’affaire Elf n’a pas renoncé à son carnet d’adresses congolais.

L’ambiance qui règne autour des cercles de pouvoir à Brazzaville est assez bien évoquée par le journaliste Patrick Besson dans son roman Mais le fleuve tuera l’homme blanc, même si pour les besoins de l’intrigue, il grossit significativement le trait.

La France hésitante

Du côté des relations franco-congolaises officielles, la normalisation est désormais de mise avec la présence de nouveaux acteurs internationaux et l’exigence croissante de transparence. Mais quelques traces d’un passé plus ambigu subsistent ça et là.

Ainsi, certains journaux ont vu la main du président Sassou derrière le départ de l’ancien ambassadeur de France au Congo, Nicolas Normand (2006 à 2009), à qui le président congolais aurait reproché un manque d’impartialité dans le scrutin présidentiel de 2009.

Plus récemment, en février dernier, la remise par la France de la légion d’honneur à Jean-Dominique Okemba, neveu du président, conseiller spécial en charge de la sécurité et homme de l’ombre du régime, a fait couler beaucoup d’encre. Le fait de décorer cet homme du pouvoir a été mal reçu par les milieux d’opposition, qui reprochent souvent à la France de ne pas appuyer leurs revendications.

Une situation politique neutralisée

Il faut dire que le président Sassou, au pouvoir depuis 1979 (malgré cinq ans d’interruption entre 1992 et 1997), est un fin tacticien et contrôle avec habileté la situation politique. Il a su neutraliser le principal parti d’opposition, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), désormais divisé en deux tendances, dont une proche du pouvoir. Les autres partis d’opposition, malgré leur verve, semblent très isolés et peu représentatifs électoralement.

Au pouvoir, c’est un clan familial ou quasi familial qui tient les rênes du pays: le fils du président Denis Christel est membre de la direction de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC); sa fille Claudia est sa conseillère en communication; son frère Maurice responsable d’un groupe de presse local; et son gendre, Hugues Ngouélondélé, est maire de Brazzaville.

La grande inconnue demeure la succession du régime. Le président Denis Sassou Nguesso approche des 70 ans et les rumeurs vont bon train sur son état de santé. Que se passera-t-il quand celui autour duquel tout tourne passera la main? Une chose est sûre, c’est une page de l’histoire de la Françafrique qui sera tournée.

Hervé Keruet

 

A lire aussi

Affaire Bourgi: la grande colère des Africains

La bombe à fragmentation Bourgi

Affaire Bourgi: les djembés du Faso

De la Françafrique à la Françafric

Hervé Keruet

Journaliste français, spécialiste de la République du Congo.

Ses derniers articles: 5 raisons de ne plus voter au Congo-Brazza  Congo-Brazza, dernier bastion de la Françafrique 

Denis Sassou Nguesso

Déni

Biens mal acquis: Sassou Nguesso invoque le principe de non ingérence

Biens mal acquis: Sassou Nguesso invoque le principe de non ingérence

Centrafrique

Tribune: L'inquiétant volte-face du président Bozizé

Tribune: L'inquiétant volte-face du président Bozizé

Congo-Brazza

Les galères des businessmen congolais

Les galères des businessmen congolais

Françafrique

Françafrique

Comment les dirigeants africains instrumentalisent la France

Comment les dirigeants africains instrumentalisent la France

Cameroun

Jeu de poker autour de Thierry Michel Atangana

Jeu de poker autour de Thierry Michel Atangana

Gênant

Bernard Kouchner rattrapé par la Françafrique

Bernard Kouchner rattrapé par la Françafrique

France

AFP

La France et le Mali signent un accord de coopération militaire

La France et le Mali signent un accord de coopération militaire

Commémoration

Le devoir de mémoire de la France envers les «Poilus» africains

Le devoir de mémoire de la France envers les «Poilus» africains

AFP

Terrorisme: après Serval au Mali, la France lance "Barkhane" au Sahel

Terrorisme: après Serval au Mali, la France lance "Barkhane" au Sahel