mis à jour le

L'Egypte déclare les Frères musulmans "organisation terroriste"

L'Egypte a déclaré "organisation terroriste" les Frères musulmans du président destitué Mohamed Morsi après leur avoir fait porter la responsabilité de l'attentat meurtrier contre la police mardi pourtant revendiqué par un mouvement jihadiste.

Bannis mais tolérés sous le régime de Hosni Moubarak et véritablement sortis de la clandestinité à son départ en 2011, les Frères musulmans traversent ainsi une des épreuves les plus dures depuis leur création en 1928.

Cette annonce officielle place désormais sous le coup d'une sévère loi anti-terrorisme la confrérie qui était déjà la cible d'une sanglante répression depuis l'éviction il y a six mois du chef de l'Etat issu de ses rangs par l'armée qui dirige désormais de facto les nouvelles autorités.

Le gouvernement a en outre interdit aux membres du mouvement islamiste, né en Egypte mais qui a essaimé ailleurs dans le monde, de manifester, alors que les partisans de M. Morsi se mobilisent quasi-quotidiennement en Egypte pour réclamer le retour au pouvoir du seul président jamais élu démocratiquement du pays.

Ces décisions, qui interviennent trois semaines avant un référendum constitutionnel que les Frères musulmans ont appelé à boycotter, ont été prises au lendemain d'un attentat qui a choqué en Egypte.

Perpétrée par un kamikaze qui a jeté sa voiture sur les barrières protégeant le quartier général de la police de Mansoura, à une centaine de kilomètres au nord du Caire, l'attaque a tué 14 policiers et un civil. Les résidents s'en étaient aussitôt pris aux Frères musulmans, que le gouvernement intérimaire accuse régulièrement d'aider et de financer les auteurs d'attaques contre les forces de l'ordre.

L'attaque de mardi a toutefois été revendiquée par Ansar Beit el-Maqdess, un mouvement jihadiste qui dit s'inspirer d'Al-Qaïda, alors que la confrérie a rapidement condamné l'attentat de Mansoura. 

Mais peu après cette revendication, postée sur les forums jihadistes, un communiqué du gouvernement affirmait que "l'Egypte toute entière (avait) été terrorisée par l'horrible crime commis par les Frères musulmans".

Détaillant les décisions gouvernementales, le vice-Premier ministre Hossam Eissa a annoncé que les Frères musulmans avaient été déclarés "organisation terroriste", ajoutant que le gouvernement avait décidé de "punir conformément à la loi quiconque continuerait à appartenir à ce groupe après cette annonce".

En 1992, alors que des attentats islamistes ensanglantaient le pays, l'Egypte avait adopté une loi anti-terrorisme prévoyant des sanctions renforcées, allant jusqu'à la peine capitale.

Manifestations interdites

Le ministre de la Solidarité sociale Ahmad el-Boraie a ensuite indiqué que "toutes les activités" des Frères musulmans étaient désormais interdites, notamment "les manifestations".

La confrérie a toutefois appelé à poursuivre la mobilisation.

"Les manifestations vont continuer, c'est certain", a déclaré à l'AFP Ibrahim Mounir, membre du bureau de la Guidance de la confrérie en exil à Londres. 

"C'est une façon d'incriminer les Frères musulmans", a-t-il estimé, en référence à l'attentat de Mansoura. 

Les nouvelles autorités dirigées de facto par l'armée qui a destitué M. Morsi le 3 juillet se sont lancées depuis août dans une sanglante répression des manifestants pro-Morsi, faisant plus d'un millier de morts.

M. Morsi et plusieurs responsables de son administration ou de son mouvement sont actuellement jugés et doivent notamment répondre d'"espionnage" au profit d'organisations étrangères, notamment du Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza, en vue de commettre des "actes terroristes"

Alors que l'armée a promis une "transition démocratique" qui doit être lancée avec le référendum constitutionnel les 14 et 15 janvier et se clore par des élections législatives et présidentielle mi-2014, M. Boraie a expliqué que l'interdiction des activités des Frères musulmans visait également son parti Liberté et Justice (PLJ), qui avait remporté toutes les élections depuis la révolte populaire qui a chassé du pouvoir Hosni Moubarak.

La confrérie, qui avait rejoint le jeu démocratique avant la révolte de 2011, se distançant ainsi des groupes radicaux à l'image d'Al-Qaïda qui considèrent les élections comme contraires à l'islam, pourraient désormais revoir ses positions après avoir été dépossédés d'une présidence acquise via les urnes.

Lors de leur coup de force contre M. Morsi, les militaires avaient affirmé répondre au souhait de millions de manifestants qui accusaient le président islamiste d'avoir échoué à redresser une économie en ruine et de chercher à accaparer le pouvoir au profit de sa confrérie.

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue  Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone  Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement 

musulmans

AFP

Mali: les mausolées de saints musulmans

Mali: les mausolées de saints musulmans

AFP

Nigeria: polémique sur les subventions aux pèlerins musulmans

Nigeria: polémique sur les subventions aux pèlerins musulmans

AFP

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats

Les musulmans célèbrent la fin du ramadan malgré le choc des attentats