mis à jour le

Egypte: 450 Frères musulmans détenus entament une grève de la faim

Les Frères musulmans égyptiens ont annoncé lundi que plus de 450 de leurs membres emprisonnés avaient entamé une grève de la faim pour dénoncer leur détention, dont plusieurs proches du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée début juillet.

"Plus de 450 Frères musulmans prisonniers politiques et proches de M. Morsi ont entamé une grève de la faim pour dénoncer le traitement inhumain (qu'ils subissent) en prison", a annoncé sur son compte Twitter la confrérie, cible d'une répression implacable.

Les nouvelles autorités dirigées de facto par l'armée ont lancé dans la foulée de la destitution de M. Morsi le 3 juillet une campagne de répression qui a fait à ce jour plus d'un millier de morts et des milliers d'arrestations.

A l'instar de M. Morsi, la quasi-totalité de la direction de la confrérie fondée il y a 85 ans se trouve actuellement derrière les barreaux et fait l'objet de poursuites, en particulier pour la mort de manifestants anti-Morsi.

"De nombreux Frères musulmans prisonniers politiques ont été interdits de visites familiales, d'assistance juridique, de soins médicaux et (vivent dans) des cellules surpeuplées et insalubres", accuse la confrérie sur son compte Twitter.

Parmi les grévistes de la faim figurent, selon la confrérie, Khairat al-Chater, un adjoint du Guide suprême de la confrérie et puissant argentier du mouvement islamiste, Essam el-Erian, un dirigeant de la confrérie, Mohamed Beltagi, un ancien parlementaire, Oussama Yassine, ancien ministre de la Jeunesse, ainsi que plusieurs conseillers présidentiels de M. Morsi comme Essam al-Haddad, Ayman Ali et Ahmed Abdelaty.

Début décembre, l'organisation Human Rights Watch avait accusé l'armée d'être responsable de la "disparition forcée" de cinq membres de la garde rapprochée de M. Morsi, détenus au secret depuis sa destitution.

Parmi eux, figurait M. Haddad qui a depuis été transféré à la prison de Tora au Caire, où se trouvent également la plupart des dirigeants des Frères musulmans, dont leur Guide suprême Mohamed Badie. M. Morsi est pour sa part incarcéré à Alexandrie, la deuxième ville du pays sur la côte méditerranéenne.

L'armée l'a destitué le 3 juillet suite à ces manifestations massives qui reprochaient au président islamiste de ne pas avoir su gérer le pays et de n'avoir servi que les intérêts de sa confrérie.

Depuis, les chefs d'accusation se multiplient contre membres et dirigeants des Frères musulmans, influent mouvement extrêmement organisé en Egypte, qui avait remporté toutes les élections organisées depuis la révolte populaire ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir en février 2011.

M. Morsi est ainsi jugé dans trois affaires: son évasion de prison lors de la révolte de 2011, la mort de manifestants et des accusations d'"espionnage" au profit d'organisations étrangères en vue de commettre des "actes terroristes".

détenus

AFP

Zimbabwe: Mnangagwa accorde une amnistie

Zimbabwe: Mnangagwa accorde une amnistie

AFP

Soudan du Sud: libération de deux pilotes kényans détenus par la rébellion

Soudan du Sud: libération de deux pilotes kényans détenus par la rébellion

AFP

Amnesty exhorte le Maroc

Amnesty exhorte le Maroc

faim

AFP

Algérie: une directrice d'un journal "asphyxié" par l'Etat cesse sa grève de la faim

Algérie: une directrice d'un journal "asphyxié" par l'Etat cesse sa grève de la faim

AFP

FAO: développer le secteur rural contre la faim et la pauvreté

FAO: développer le secteur rural contre la faim et la pauvreté

AFP

La faim progresse de nouveau dans le monde, selon l'ONU

La faim progresse de nouveau dans le monde, selon l'ONU

grève

AFP

RDC: grève des transports en commun

RDC: grève des transports en commun

AFP

Sénégal: le gouvernement espère une reprise dans les universités, maintien de la grève des étudiants

Sénégal: le gouvernement espère une reprise dans les universités, maintien de la grève des étudiants

AFP

Afrique du Sud: grève générale pour dénoncer un salaire minimum "d'esclave"

Afrique du Sud: grève générale pour dénoncer un salaire minimum "d'esclave"