mis à jour le

Mali: début du vote pour le second tour des législatives

Les Maliens ont commencé à voter dimanche pour le second tour des législatives, au lendemain d'un attentat meurtrier qui a tué deux Casques bleus sénégalais de l'ONU à Kidal, dans le nord-est.

Très peu d'électeurs étaient présents à l'ouverture des bureaux de vote à Bamako, a constaté un journaliste de l'AFP, ce qui fait craindre un faible taux de participation à ce scrutin qui doit parachever le retour à l'ordre constitutionnel, après le coup d'Etat de mars 2012 qui avait plongé le Mali dans le chaos.

Le correspondant de l'AFP a attendu une demi-heure dans le bureau de vote d'un quartier de Bamako, Hamdallaye, avant de voir arriver le premier électeur. Le même phénomène a été constaté dans d'autres quartiers.

"Concernant l'organisation, tout est prêt mais en ce qui concerne le mouvement, le déplacement des gens, je ne pense pas qu'il y aura beaucoup de monde, comme la dernière fois", lors du premier tour du 24 novembre, a déclaré Badra Traoré, le président du bureau d'Hamdallaye. "Les gens ne sont pas motivés" en raison, affirme-t-il, "du comportement des dirigeants, des autorités de ce pays".

Au premier tour, le taux de participation avait été nettement plus faible qu'à la présidentielle de l'été - 38,6% contre 48,9% - et risquait de baisser encore dimanche, selon les observateurs. La campagne électorale a été encore plus terne que celle du premier tour.

Quelque 6,5 millions de Maliens sont appelés à participer à cette dernière étape d'un processus électoral qui, après la présidentielle remportée le 11 août par Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), doit sceller le retour à l'ordre constitutionnel interrompu le 22 mars 2012 par un coup d'Etat ayant précipité la chute du nord du pays aux mains de groupes jihadistes.

Ces groupes liés à Al-Qaïda ont été affaiblis par une intervention militaire internationale lancée par la France en janvier et toujours en cours, mais ils restent actifs, comme l'illustre l'attentat à la voiture piégée commis samedi à Kidal.

Un véhicule bourré d'explosifs a foncé sur la Banque malienne de solidarité (BMS) gardée par des soldats maliens et d'autres Africains appartenant à la force de l'ONU au Mali, la Minusma. Deux soldats sénégalais ont été tués, trois autres Casques bleus et deux soldats maliens grièvement blessés.

 

 

 

AFP

Ses derniers articles: Burkina: deux commissariats attaqués par des "jihadistes" (sources concordantes)  Fatigués et affamés, les Sud-Soudanais se réfugient au Soudan  RDC: l'épiscopat redoute un plan pour "empêcher" les élections 

législatives

AFP

Tchad: les législatives reportées faute de moyens pour les organiser

Tchad: les législatives reportées faute de moyens pour les organiser

AFP

Algérie: les islamistes s'organisent avant les législatives

Algérie: les islamistes s'organisent avant les législatives

AFP

Côte d'Ivoire: Ouattara veut une "forte majorité" aux législatives

Côte d'Ivoire: Ouattara veut une "forte majorité" aux législatives

vote

AFP

Le Sénégal "prend note" des représailles d'Israël après son vote

Le Sénégal "prend note" des représailles d'Israël après son vote

AFP

Colonies israéliennes: l'Egypte accepte le report du vote de l'ONU

Colonies israéliennes: l'Egypte accepte le report du vote de l'ONU

AFP

Présidentielle au Gabon: polémique autour du vote des forces de sécurité

Présidentielle au Gabon: polémique autour du vote des forces de sécurité