mis à jour le

L'adieu déchirant de Kathrada, compagnon de Robben Island

Ahmed Kathrada, l'un des vieux compagnons d'armes de Nelson Mandela dans la lutte contre l'apartheid et la détention à Robben Island, a fait dimanche des adieux émouvants à celui qui était pour lui un "grand frère"

"Je ne le considère pas comme mon  ami. Il était mon grand frère", a déclaré Kathrada, 84 ans, l'un des intervenants aux funérailles de Mandela en présence de 4.500 invités, sous une tente sur la propriété des Mandela dans le village de son enfance, à Qunu (sud-est).

"Quand Walter Sisulu (un pilier de la lutte anti-apartheid, disparu en 2003, ndlr) est mort, j'ai perdu un père et a présent j'ai perdu un frère. (...) Ma vie est face à un vide, et je ne sais plus vers qui me tourner", a poursuivi, submergé par l'émotion, Kathrada, qui fut jugé aux côtés de Mandela en 1963-64, et passa 18 ans de détention à Robben Island, jusqu'à sa libération en 1989.

Le compagnon  d'armes resté proche a aussi raconté, la voix brisée, comment il avait été touché lors de ses dernières visites à Mandela dans la maladie.

"J'avais vu à l'hôpital un homme impuissant et réduit à l'ombre de lui-même et l'inévitable s'est produit", a-t-il noté d'une voix peu assurée. Lors de cette visite, "j'étais submergé par l'émotion et la tristesse, et j'ai pleuré. Il m'a tenu la main, c'était déchirant, et cela a relâché toutes les émotions en moi".

"Automatiquement, mon esprit est revenu à l'image de l'homme grand et fort que j'avais connu il y a 67 ans,  le boxeur, le prisonnier qui maniait avec aise la pelle et la pioche, quand le reste d'entre nous n'y arrivait pas, le prisonnier qui tous les matins se livrait a de vigoureux exercices physiques".

"Adieu mon cher frère, mon mentor, mon leader", a déclaré Kathrada, religieusement écouté durant son intervention, et longuement applaudi.

 

 

 

AFP

Ses derniers articles: Procès de Simone Gbagbo en Côte d'Ivoire: ses avocats n'assisteront pas  Une campagne massive de vaccination contre la polio en Afrique  Au Maroc, une littérature riche mais peu lue