mis à jour le

Somalie: les Etats-Unis condamnent l'"odieuse" affaire de viol

La responsable de la diplomatie américaine pour l'Afrique a qualifié d'"odieuse" la condamnation par un tribunal somalien d'une femme victime de viol présumée et des deux journalistes qui ont révélé l'affaire.

La secrétaire d'Etat adjointe aux Affaires africaines Linda Thomas-Greenfield a déclaré que Washington continuerait néanmoins à soutenir le gouvernement somalien. Loin d'être parfait, ce gouvernement soutenu par la communauté internationale demeure la "meilleure option" pour le pays, a-t-elle dit à la presse à Nairobi. 

La victime de 19 ans, Fadumo Abdukadir Hassan, elle-même journaliste, avait accusé en novembre des collègues de viol dans une interview sur la station indépendante Radio-Shabelle.

Elle a été condamnée lundi à 6 mois de prison avec sursis pour "dénonciation calomnieuse", au cours desquels elle sera confinée à son domicile.

"J'ai la même réaction que tout le monde. C'est quelque chose que nous trouvons tous odieux. Les victimes de viol ne doivent pas être condamnées pour les viols qu'elles ont eux-mêmes subis. Elles ne peuvent pas être victimes deux fois," a déclaré Mme Thomas-Greenfield.

Mohamed Bashir, qui avait interviewé la victime, a été condamné à 6 mois ferme pour "dénonciation calomnieuse". Le directeur de la radio qui avait diffusé l'interview à un an de prison ferme pour "insultes aux institutions de l'Etat". Les condamnés ont la possibilité d'échapper à la prison en payant une amende

Les deux journalistes, que la victime présumée accuse de l'avoir violée, n'ont pas été inquiétés.

"C'est terriblement frustrant", a déclaré Mme Thomas-Greenfield, promettant de soumettre la question directement aux autorités somaliennes.

"En même temps, alors que travaillons avec le gouvernement (somalien) et que de telles erreurs sont commises,  nous voulons les aider à aller dans la bonne direction. Si nous tournons le dos à la Somalie, le pays reviendra en arrière" après deux décennies de guerre civile, a-t-elle ajouté.

Mme Thomas-Greenfield a assuré que le président Somalien Hassan Sheikh Mohamud "représente la meilleure option que la Somalie ait connue depuis longtemps".

Le viol, et la diffusion d'informations sur le phénomène, est un sujet extrêmement sensible en Somalie. Cette nouvelle affaire est la dernière en date d'une série où des victimes présumées et des journalistes auxquels elle se sont confiées ont été arrêtées et condamnées.

En août, une Somalienne qui accusait des soldats de la force de l'Union africaine de l'avoir droguée et violée a également été détenue par la police, officiellement pour être interrogée.

affaire

AFP

Afrique du Sud: nouveau revers judiciaire pour Zuma dans une affaire de corruption

Afrique du Sud: nouveau revers judiciaire pour Zuma dans une affaire de corruption

AFP

Gabon: saisie de biens chez l'opposant Jean Ping dans une affaire de diffamation

Gabon: saisie de biens chez l'opposant Jean Ping dans une affaire de diffamation

AFP

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

Etats-Unis

AFP

Le président soudanais, en Russie, demande une protection contre les Etats-Unis

Le président soudanais, en Russie, demande une protection contre les Etats-Unis

AFP

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

Lutte contre Boko Haram: les Etats-Unis demandent au Nigeria plus de "transparence"

AFP

Les Etats-Unis appellent Khartoum

Les Etats-Unis appellent Khartoum

viol

AFP

Centrafrique: nouvelle accusation de viol contre des Casques bleus

Centrafrique: nouvelle accusation de viol contre des Casques bleus

AFP

En Afrique du Sud, les victimes de viol fuient la police

En Afrique du Sud, les victimes de viol fuient la police

AFP

Soudan du Sud: des soldats jugés pour le viol d'employées étrangères

Soudan du Sud: des soldats jugés pour le viol d'employées étrangères