mis à jour le

Enfants batwa, Rwanda / AFP
Enfants batwa, Rwanda / AFP

Batwa du Burundi, dans l'ombre des ethnies majoritaires

Malgré les lois burundaises en matière de diversité ethnique, ce peuple minoritaire subit toujours l'indifférence du reste des populations du pays.

Au Burundi, «la Constitution du 18 mars 2005 prévoit la représentativité des groupes ethniques à hauteur de 60% pour les Hutu contre 40% pour les Tutsi», révèle le site de la Radio Nederland Wereldomroep (RNW). Un partage qui exclut une troisième ethnie: les Batwa. Une discrimination de longue date, que dénonce aujourd’hui Vital Bambanze, un sénateur.

«Tout est fermé au profit des seuls Hutu et Tutsi. Nous n’avons droit à aucun ministre, ni gouverneur de province, ni administrateur communal, ni chef de zone, ou encore directeur général, etc», explique-t-il.

Une triste réalité, à l’image des six élus qui les représentent  au Parlement et par cooptation. C’est pourquoi, cet homme politique plaide pour que chacune des ethniques majoritaires cèdent 5% de ses parts. Une demande raisonnable et conforme à la loi.

«Le gouvernement burundais doit être composé de sorte que tous les Burundais y soient représentés et qu’il les représente tous; que chacun ait des chances égales d’en faire partie; que tous les citoyens aient accès aux services publics et que les décisions et les actions du gouvernement recueillent le plus large soutien possible», rappelle l’article 16 de la Constitution.

C’est donc pour arriver à cet idéal qu’en août dernier, les leaders Batwa ont adressé une lettre au Président Pierre Nkurunziza, avant le projet d’amendement de la Constitution. Cependant, les suggestions sont passées à la trappe laissant encore cette ethnie invisible sur le bord de la route.

Mais au Burundi il n’y a pas qu’en politique où les Batwa sont lésés. Représentant que 1% de la population loin derrière les Hutu majoritaires (84%) et les Tutsi (14%), seulement 12% des enfants Batwa en âge scolaire sont dans les faits scolarisés. De plus,  90% d’entre eux  n'ont pas accès aux soins de base, relate le site burundais Arib Info. Le récit d’un peuple opprimé parmi tant d’autres, qui partage le même sort que des  milliers de Pygmées d'Afrique oubliés dans les forêts de la République démocratique du Congo, du Cameroun, ou encore de la Guinée équatoriale et de l'Ouganda.

Lu sur la Radio Nederland Wereldomroep et sur Arib Info

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Burundi

AFP

RDC: 34 réfugiés burundais tués, le Burundi demande des comptes

RDC: 34 réfugiés burundais tués, le Burundi demande des comptes

AFP

Le Burundi s'enfonce dans la violence et la dictature, avertit la FIDH

Le Burundi s'enfonce dans la violence et la dictature, avertit la FIDH

AFP

Un ex-roi du Burundi réinhumé en Suisse après 5 ans de bataille juridique

Un ex-roi du Burundi réinhumé en Suisse après 5 ans de bataille juridique

gouvernement

AFP

Zimbabwe: l'opposant Mawarire plaide non coupable de tentative de renversement du gouvernement

Zimbabwe: l'opposant Mawarire plaide non coupable de tentative de renversement du gouvernement

AFP

Guinée: le gouvernement déplore les violences de Boké

Guinée: le gouvernement déplore les violences de Boké

AFP

Centrafrique: le retour surprise des groupes armés au gouvernement

Centrafrique: le retour surprise des groupes armés au gouvernement

injustice

Discriminations

Soyez ce que vous voulez en Algérie, mais pas noir

Soyez ce que vous voulez en Algérie, mais pas noir

Steven LAVON

Injustice ?! la FIFA invalide le prestigieux succès de l’Afrique du Sud sur l’Espagne

Injustice ?! la FIFA invalide le prestigieux succès de l’Afrique du Sud sur l’Espagne

group promo consulting

Me Demba Ciré Bathily à "Grand Oral" : " Des gens passent la nuit devant la prison de Rebeuss pour partager une injustice dont serait victime Karim Wade "

Me Demba Ciré Bathily à "Grand Oral" : " Des gens passent la nuit devant la prison de Rebeuss pour partager une injustice dont serait victime Karim Wade "