mis à jour le

Capture d'écran Pnina Tamano-Shata
Capture d'écran Pnina Tamano-Shata

Israël: le don de sang d'une députée d'origine éthiopienne refusé

Parce qu'elle est noire, Pnina Tamano-Shata a vu son don de sang rejeté.

Le scandale met Israël dans l’embarras. Alors qu’elle voulait donner son sang, la jeune députée d’origine éthiopienne Pnina Tamano-Shata s’est vue opposer un refus catégorique de l’association Magen David Adom, l’équivalent israélien de la Croix Rouge.

L’affront, enregistré par une caméra, a fait le tour des médias du pays:

«Selon les directives du ministère de la Santé, il n’est pas possible d’accepter le sang particulier d’origine juive éthiopienne», explique une responsable de l’organisme dans la vidéo.

La raison invoquée a soulevé l’indignation générale de Tel Aviv, à commencer par le Premier ministre Benyamin Netanyahu et le président Shimon Peres qui ont apporté leur soutien à la députée. Pourtant, la mesure est en accord avec une directive du ministère de la santé qui suggère de ne pas accepter le sang des juifs éthiopiens, considéré comme susceptible d’être porteur du virus du sida.

Première femme d’origine éthiopienne à siéger à la Knesset, Me Tamano-Shata a vivement réagi à ce qu’elle considère comme une «insulte»:

«J’ai 32 ans, je suis arrivée à l’âge de trois ans en Israël, j’ai effectué mon service militaire et j’ai deux enfants, il n’y aucune raison de me traiter de la sorte», s’est-elle indignée.

Depuis sa jeunesse, cette membre du Yesh Atid —un parti centriste fondé par Yair Lapid en 2012— se bat contre les préjugés attachés à sa communauté. En 1996, elle dénonçait déjà l’humiliation infligée par le centre israélien de transfusion sanguine qui s'était débarrassé des dons des immigrants éthiopiens.

En 2012, elle s’était également élevée contre l’instauration d’un système de contraception obligatoire à l’encontre des femmes éthiopiennes voulant entrer en Israël par les autorités de Tel Aviv. Révélée par le quotidien Haaretz, l'affaire avait fait grand bruit, mettant en lumière les discriminations qui touchent les «Falashmoras».

Après que le gouvernement de Yitzhak Rabin a reconnu leur judéité en 1975, les Ethiopiens de confession juive ont été nombreux à se rendre en Terre Sainte. Ils seraient aujourd’hui 120.000, dont 80.000 nés en Israel. 50% d’entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté, quand c’est le cas de 16% de la population juive israélienne.

Lu sur JSSnews

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

don

AFP

En Algérie et dans le reste du Maghreb, des tabous freinent le don d'organes

En Algérie et dans le reste du Maghreb, des tabous freinent le don d'organes

AFP

Niger: don américain de 45 millions de dollars aux réfugiés de Boko Haram

Niger: don américain de 45 millions de dollars aux réfugiés de Boko Haram

LNT

INDH: Un don de 100 M$ d’Abou Dhabi

INDH: Un don de 100 M$ d’Abou Dhabi

ethiopienne

AFP

Somalie: au moins 35 tués dans des combats le long de la frontière éthiopienne

Somalie: au moins 35 tués dans des combats le long de la frontière éthiopienne

Israël

AFP

Le président égyptien appelle les Palestiniens

Le président égyptien appelle les Palestiniens

AFP

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

Sommet ouest-africain: Israël et le Sénégal normalisent leurs relations

AFP

Tunis: manifestation après un assassinat attribué par le Hamas

Tunis: manifestation après un assassinat attribué par le Hamas