mis à jour le

RDC: offensive de l'armée et de l'ONU contre les rebelles rwandais

L'armée congolaise, soutenue par les Casques bleus, a lancé une offensive destinée à soumettre les rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) dans l'Est de la République démocratique du Congo.

Après la victoire des Forces armées de la RDC (FARDC) contre les rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23), début novembre, Kinshasa avait appelé les dizaines de groupes armés encore présents sur le sol congolais à déposer les armes ou à subir un "désarmement forcé".

Le gouvernement avait aussi annoncé que la neutralisation des FDLR, éparpillés dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu, était devenue son objectif prioritaire.

"Le temps de l'ultimatum est forclos", a déclaré mercredi à l'AFP le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende.

Les FARDC sont passées à l'offensive "depuis quelques jours" et la brigade d'intervention de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (Monusco) "apporte son soutien", a ajouté le ministre, "nous ne nous arrêterons que lorsque les derniers FDLR auront déposé les armes".

Les Casques bleus prêtent main forte depuis mardi aux troupes loyalistes "sur l'axe Kitshanga-Pinga", deux localités du territoire de Masisi, dans la province du Nord-Kivu,  à environ 90 km au nord-ouest de la capitale provincial, Goma, a déclaré à la presse le général de corps d'armée Carlos Alberto Dos Santos Cruz, commandant en chef de la force militaire de la Monusco.

Un gage de bonne volonté à l'égard de Kigali

Dans un premier temps, l'offensive vise à libérer la route entre ces deux villes qui était tenue par les FDLR depuis plus de deux ans, mais à terme, l'objectif est bien la traque de ces rebelles dans les deux Kivus a ajouté le général. Après cela, a-t-il ajouté, ce sera le tour des rebelles ougandais ADF-Nalu

L'officier a indiqué que des hélicoptères de l'ONU participaient à cette opération mais n'a pas précisé l'ampleur des moyens déployés. D'une manière générale, tant les autorités congolaises que la Monusco ont été avares de détails sur l'offensive, et aucun témoin n'avait pu être joint dans ces zones difficilement accessibles. On ignorait ainsi si de véritables combats avaient eu lieu ou si le déploiement des troupes gouvernementales et de la brigade d'intervention de l'ONU avait eu une puissance dissuasive telle qu'elle avait fait fuir les combattants rebelles.

Le représentant spécial adjoint du secrétaire général de l'ONU pour le Congo, Abdallah Wafi, a laissé entendre qu'il n'y avait pas encore eu d'affrontements directs. Les FDLR sont considérés "comme une force négative, ils doivent désarmer ou nous allons [...] engager" le combat contre eux, a-t-il dit.

Les FDLR sont formées de rebelles hutus rwandais réfugiés en RDC depuis le génocide perpétré en 1994 au Rwanda contre les Tutsis. Elles comprennent encore dans leurs rangs des auteurs du génocide et comptent 1.500 à 2.000 hommes selon les estimations.

La rébellion a été fortement affaiblie par plusieurs opérations destinées à l'éradiquer mais qui n'ont jamais été menées à leur terme.

Accusées d'avoir commis des atrocités à grande échelle contre des civils, les FDLR sont aujourd'hui d'abord une menace pour les civils congolais, même si leur objectif proclamé reste de renverser le régime du président Paul Kagame, au pouvoir à Kigali depuis 1994.

La question de la présence des FDLR en RDC empoisonne les relations entre le Rwanda et le Congo depuis l'origine et a servi de détonateur aux deux guerres qui ont ravagé le Congo de 1996 à 2003 et dont l'Est du Congo continue de payer le prix avec la présence de nombreuses milices qui ont pris la place de l'Etat dans de nombreuses zones.

Après l'arrêt manifeste du soutien apporté par le Rwanda au M23 - à la suite d'une forte pression internationale - la priorité accordée par Kinshasa à la traque des FDLR a été perçue comme un gage de bonne volonté à l'égard de Kigali.

AFP

Ses derniers articles: Dans le nord du Maroc, des migrants gardent espoir de gagner l'Europe  Messi en Egypte mardi pour une campagne contre l'hépatite C  Gambie: les disparus du régime de Yahya Jammeh 

l'armée

AFP

L'armée déployée pour le discours

L'armée déployée pour le discours

AFP

L'armée française en Côte d'Ivoire n'a pas vocation

L'armée française en Côte d'Ivoire n'a pas vocation

AFP

Egypte: l'armée va pouvoir fonder une compagnie pharmaceutique

Egypte: l'armée va pouvoir fonder une compagnie pharmaceutique

l'ONU

AFP

Soudan: l'ONU déplore la baisse des financements pour l'humanitaire

Soudan: l'ONU déplore la baisse des financements pour l'humanitaire

AFP

Afrique australe: l'ONU craint que l'invasion de chenilles s'étende

Afrique australe: l'ONU craint que l'invasion de chenilles s'étende

AFP

Libye: l'ONU regrette le veto contre le Palestinien Fayyad

Libye: l'ONU regrette le veto contre le Palestinien Fayyad

offensive

AFP

Boko Haram: vaste offensive de l'armée camerounaise au Nigeria

Boko Haram: vaste offensive de l'armée camerounaise au Nigeria

AFP

Libye: l'EI poursuit son offensive en direction des terminaux pétroliers

Libye: l'EI poursuit son offensive en direction des terminaux pétroliers

AFP

Somalie: l'Amisom lance une nouvelle offensive contre les shebab

Somalie: l'Amisom lance une nouvelle offensive contre les shebab