mis à jour le

Soudan: 3

Trois personnes ont été condamnées à des peines de 3 à 5 ans de prison, après avoir été reconnues coupables de pillages et d'attaques lors des manifestations de septembre dernier contre la levée des subventions aux carburants, a indiqué la police mardi.

Il s'agit des peines les plus lourdes prononcées dans des affaires liées à ces manifestations, les plus importantes depuis que le président Omar el-Béchir a pris le pouvoir il y a 24 ans.

Le tribunal du district d'Ombada, dans la région de Khartoum, a accusé les trois personnes d'avoir attaqué un centre commercial, a affirmé la Police de l'Etat sur son site internet sans révéler leurs identités. Elle ajoute que ces trois personnes ont également été condamnées à verser des dédommagements.

Deux personnes qui avaient mis le feu à un commissariat ont écopé de trois ans de prison et au versement d'une amende, a ajouté le communiqué de la police.

Celle-ci ne donne cependant aucun nom ni précise si cette dernière affaire est liée à la première.

Les personnes condamnées font partie des centaines de Soudanais placés en détention après une vaste campagne d'arrestations en réaction à la mobilisation anti-gouvernementale, qui a dégénéré ponctuellement en violences ayant fait des dizaines de morts.

Les manifestations avaient commencé le 23 septembre, la levée des subventions aux carburant provoquant une augmentation de 60% des prix à la pompe. 

Des milliers de personnes avaient pris part à la contestation appelant même au départ du président Béchir.

La répression a fait plus 200 morts dans les rangs des manifestants, selon Amnesty International, de 60 à 70 selon les autorités qui ont dit être intervenues suite à des violences ou des attaques de stations services et de commissariats.

Le gouvernement avait au départ fait état de l'arrestation de 700 "criminels" mais indiqué dans les jours suivants que la plupart avaient été relâchés.

En octobre, le président Béchir avait affirmé que 58 personnes seraient jugées.

Trente-deux personnes ont déjà été inculpées, selon un décompte de l'AFP.

AFP

Ses derniers articles: En Egypte, des "squatteurs" chassés de chez eux par l'Etat  Zimbabwe: levée de boucliers contre les nouveaux pouvoirs judiciaires de Mugabe  RDC : l'ONU nomme ses experts pour le Kasaï sous le regard de Kinshasa 

manifestants

AFP

Maroc: des dizaines de blessés après des heurts entre forces de l'ordre et manifestants

Maroc: des dizaines de blessés après des heurts entre forces de l'ordre et manifestants

AFP

Mauritanie: des milliers de manifestants contre le référendum constitutionnel

Mauritanie: des milliers de manifestants contre le référendum constitutionnel

AFP

Mali: 2.000 manifestants contre la révision de la Constitution

Mali: 2.000 manifestants contre la révision de la Constitution

pillages

AFP

Soudan du Sud: l'ONU dénonce viols et pillages de l'armée gouvernementale

Soudan du Sud: l'ONU dénonce viols et pillages de l'armée gouvernementale

AFP

Centrafrique: barricades et pillages en baisse

Centrafrique: barricades et pillages en baisse

AFP

Pillages et tirs nocturnes

Pillages et tirs nocturnes

prison

AFP

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

Affaire Sankara: le général burkinabè Diendéré obtient une liberté provisoire mais reste en prison

AFP

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

Maroc: entre deux ans de prison et perpétuité dans le procès de Gdeim Izik

AFP

Maroc: peines allant de 2 ans de prison

Maroc: peines allant de 2 ans de prison