mis à jour le

Patrouille de soldats français, Bangui, 8 décembre 2013 / AFP
Patrouille de soldats français, Bangui, 8 décembre 2013 / AFP

Centrafrique: «Maintenant, tout le monde pose les armes»

L'opération de désarmement des milices promis par la France ne va pas se faire les doigts dans le nez.

Le désarmement des milices qui s’affrontent en République centrafricaine doit démarrer ce lundi, 9 décembre. Un désarmement promis par la France, qui a déployé des troupes dans le cadre de l’opération Sangaris de soutien à la force africaine Misca. Un millier de soldats français ont rejoint durant le week-end les 600 déjà sur place.

«La période d'impunité est terminée, on entre dans une phase où on pose les armes. Tout le monde pose les armes», a insisté le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

L'objectif est de les désarmer au plus vite pour faire cesser les exactions.

«Quels que soient les groupes armés, dès lors qu'il y aura une hostilité à notre encontre ou contre la population, ils seront considérés comme hostiles, à l'instant même», résume le porte-parole de l'état-major des armées, le colonel Gilles Jaron.

(RE)LISEZ TOUS NOS ARTICLES SUR LA CRISE EN CENTRAFRIQUE ICI

Après avoir établi des points d'appui, à Bangui, Bouar ou Bossangoa (est), les militaires français vont étendre peu à peu leur contrôle aux zones alentours. Comme ils le font depuis des mois au Mali.

La guerre des nerfs a également commencé dans le ciel, avec le passage quotidien au dessus de Bangui ou de Bossangoa de patrouilles d'avions Rafale venus du Tchad, pour dissuader l'adversaire. Et la force française dispose déjà dans la capitale de huit hélicoptères (2 Fennec, 4 Puma, 2 Gazelle).

En face, les miliciens disposent de beaucoup d'armement léger, de fusils d'assaut, de mitrailleuses fixées à l'arrière de pick-up, ou de lance-roquettes type RPG. Et leur capacité de nuisance reste intacte.

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Slate Afrique avec AFP

Ses derniers articles: En Tunisie, la grenade est la star de l'automne  L'escrimeuse Inès Boubakri dédie sa médaille d'or à « la femmes tunisienne»  En Afrique du Sud, des élections municipales cruciales pour l'ANC 

Bangui

AFP

Centrafrique: le nouveau cardinal promet de se rendre très vite au quartier musulman de Bangui

Centrafrique: le nouveau cardinal promet de se rendre très vite au quartier musulman de Bangui

AFP

Centrafrique: nouveau bilan de 11 morts dans les violences

Centrafrique: nouveau bilan de 11 morts dans les violences

AFP

Centrafrique: six morts au total dans les troubles

Centrafrique: six morts au total dans les troubles

Bossangoa

Centrafrique

Bangui quadrillée, cap sur Bossangoa

Bangui quadrillée, cap sur Bossangoa

Tribune

Centrafrique: la solution incontournable des Casques bleus

Centrafrique: la solution incontournable des Casques bleus

Vu de Ouaga

Le revirement de la France en Centrafrique

Le revirement de la France en Centrafrique

crise en Centrafrique

Chaos

Avant, la Centrafrique était une nation paisible. Mais ça, c'était avant.

Avant, la Centrafrique était une nation paisible. Mais ça, c'était avant.

Centrafrique

Pourquoi la Centrafrique suspend l'utilisation des SMS

Pourquoi la Centrafrique suspend l'utilisation des SMS

Centrafrique

Situation toujours tendue à Bangui

Situation toujours tendue à Bangui