mis à jour le

Egypte: trois figures de la révolte de 2011 jugées pour une manifestation

Trois figures de la révolte de 2011 ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir en Egypte étaient jugées dimanche au Caire pour une manifestation interdite par le nouveau pouvoir installé par l'armée qui a destitué le président islamiste Mohamed Morsi.

Le jugement a été mis en délibéré au 22 décembre et le juge a ordonné d'ici là le maintien en détention de deux des prévenus, le troisième étant jugé par contumace, a constaté une journaliste de l'AFP.

Il s'agit du premier procès de manifestants non islamistes depuis que le nouveau gouvernement dirigé de facto par les militaires réprime dans le sang tout rassemblement des partisans de M. Morsi, premier chef de l'Etat élu démocratiquement en Egypte, destitué et arrêté le 3 juillet.

Ahmed Douma, un des militants laïcs les plus actifs de la révolte populaire de 2011, et Ahmed Maher, fondateur du Mouvement du 6-Avril, l'un des fers de lance des manifestations anti-Moubarak, ont été arrêtés pour avoir organisé et participé à une manifestation, qui n'avait pas reçu l'aval des autorités et qui a dégénéré en affrontements avec la police.

Mohamed Adel, un autre militant en vue en 2011, est en revanche jugé mais par contumace, ayant réussi à échapper aux forces de l'ordre.

Douma, Maher et Adel avaient manifesté le 30 novembre notamment pour protester contre une nouvelle loi interdisant tout rassemblement qui n'aurait pas été déclaré trois jours à l'avance au ministère de l'Intérieur, lequel peut décider de l'interdire.

Cette loi est jugée liberticide par les organisations de défense des droits de l'Homme en Egypte et à l'étranger et a suscité des réserves de la part de Washington.

En outre, les trois militants sont accusés d'avoir attaqué les forces de police durant cette manifestation, ce qu'ils nient farouchement.

"Nous poursuivrons notre combat à l'intérieur et à l'extérieur" de la prison, a déclaré M. Douma à son arrivée au tribunal. "Les autorités qui utilisent le système judiciaire pour nous emprisonner échoueront".

La répression extrêmement meurtrière qui s'est abattue à partir de mi-août contre les partisans de M. Morsi n'avait déclenché quasiment aucune autre contestation que celle des islamistes dans la société égyptienne, qui soutient massivement le nouveau pouvoir.

Mais la nouvelle loi sur les manifestations a déclenché la colère des mouvements laïcs et libéraux, qui avaient lutté contre M. Moubarak mais aussi contre le régime de M. Morsi.

Lors de la destitution de M. Morsi, l'armée s'était pourtant appuyée sur les millions de manifestants qui avaient réclamé dans la rue trois jours plus tôt le départ de ce président qu'ils accusaient d'accaparer les pouvoirs au profit de son mouvement et de vouloir islamiser à marche forcée la société égyptienne.

Plus d'un millier de manifestants pro-Morsi ont été tués par les forces de l'ordre depuis le 14 août et plusieurs milliers ont été emprisonnés, dont les principaux dirigeants des Frères musulmans, la confrérie du président déchu qui avait pourtant largement remporté les législatives début 2012.

AFP

Ses derniers articles: Centrafrique: un Casque bleu marocain tué dimanche  D'Abidjan au succès international, Magic System fête ses 20 ans  Centrafrique: nouvelles violences 

Manifestation

AFP

Zimbabwe: la police réprime brutalement une manifestation d'opposants

Zimbabwe: la police réprime brutalement une manifestation d'opposants

AFP

Tunisie: manifestation contre la pollution dans une cité industrielle du sud

Tunisie: manifestation contre la pollution dans une cité industrielle du sud

AFP

Burkina: manifestation de policiers radiés demandant leur réintégration

Burkina: manifestation de policiers radiés demandant leur réintégration

révolte

AFP

Zefzafi, le révolté devenu "icône" du Rif marocain

Zefzafi, le révolté devenu "icône" du Rif marocain

AFP

La Libye dans l'impasse six ans après sa révolte populaire

La Libye dans l'impasse six ans après sa révolte populaire

AFP

Egypte: les espoirs déçus de la jeunesse, moteur de la révolte de 2011

Egypte: les espoirs déçus de la jeunesse, moteur de la révolte de 2011