mis à jour le

Nelson Mandela: l'étoffe dont on fait les héros

- Dis maman, c'est quoi un héros? Pour le président américain Barack Obama, et des millions de gens, c'est un monsieur comme Mandela, qui vient de mourir... 

- Oui mais à quoi on reconnaît les héros, et ça sert à quoi?

Question d'autant plus embarrassante que la notion de héros est complexe et multiforme.

"L'héroïsme est au centre de toute culture et société", résume Frank Farley, enseignant à l'université américaine de Temple, à Philadelphie.

"On trouve des héros et des héroïnes depuis le début de l'histoire humaine, la littérature est truffée de héros, d'anti-héros et de faits héroïques", rappelle-t-il.

Pour les Grecs anciens, un héros n'était rien de moins qu'un demi-dieu comme Achille, un "surhomme" se distinguant par ses actions.

Puis le terme a été utilisé pour qualifier des personnages faisant preuve d'un courage extraordinaire ou d'autres vertus exemplaires, qu'il s'agisse d'individus réels (Gandhi, Mère Teresa, Winston Churchill, Martin Luther King) ou de fiction (Robin des Bois, Superman).

Si l'on demande à quelqu'un ce qui caractérise un héros, on obtient une liste étonnamment homogène, quelle que soit la culture de l'intéressé, relèvent les experts: le courage, la compassion, l'ambition, l'intelligence, l'humour, l'optimisme et, curieusement, une grande taille.

"Beaucoup de héros ont une capacité d'altruisme, une générosité", ajoute M. Farley, pour qui "ce sont des bienfaiteurs qui peuvent même donner leur vie pour autrui".

Nelson Mandela, quant à lui, privilégiait la volonté et la détermination.

"Un homme qui ne craquera pas, même en traversant les pires épreuves": voilà comment l'ancien président sud-africain définissait lui-même un héros dans son autobiographie, "Un long chemin vers la liberté".

On recense trois grandes catégories de héros: ceux qui consacrent leur vie à essayer de changer le monde, ceux qui mettent leur vie en danger pour sauver un inconnu d'un bâtiment en flammes ou de la noyade, et les "héros professionnels" comme les pompiers ou les policiers.

La plupart des héros historiques ont en commun le fait d'avoir fait face à une terrible adversité, souligne Elaine Kinsella, psychologue de l'université irlandaise de Limerick qui travaille depuis des années sur le concept de héros.

"En général, les héros ont enduré tellement de difficultés et de souffrances que l'on n'a pas envie de les imiter". C'est précisément ce qui les sépare de nos modèles du quotidien, explique-t-elle: "qui voudrait vivre la vie qu'a connue Mandela?"

 

Besoin humain d'identification

Nelson Mandela a passé 27 années dans les geôles de l'apartheid, isolé, coupé de sa famille, privé de soins et condamné aux travaux forcés sur l'île de Robben Island. Des conditions de détention telles qu'il a contracté la tuberculose et des troubles oculaires irréversibles.

Et souvent, plus le héros souffre, plus il est vénéré.

Mais si la célébrité de Nelson Mandela a atteint de tels sommets, c'est aussi grâce à sa victoire inimaginable sur le système de ségrégation raciale dans son pays, notent Scott Allison et George Goethals, qui enseignent la psychologie à l'université américaine de Richmond (Virginie).

"Quand nous avons demandé aux gens quels étaient les héros opprimés les plus emblématiques, c'est le nom de Nelson Mandela qui est revenu le plus souvent", assurent-ils à l'AFP.

Et nous autres humains avons un profond besoin de nous identifier à des héros.

"Ce sont nos modèles comportementaux", dit Frank Farley. Ils nous rassurent en nous montrant la voie à suivre, et nous réconcilient avec le monde et nous-mêmes en nous rappelant que les gens biens existent, ajoute Mme Kinsella. "66% des gens que nous avons interrogé disent avoir au moins un héros".

"Le genre de héros que nous choisissons peut changer selon les périodes, au fil du temps, mais rechercher ce qu'il y a d'héroïque parmi nous reste un besoin humain".

Quel sera le prochain héros universel après Mandela? Aung San Suu Kyi, chef de l'opposition birmane et prix Nobel de la paix - comme Mandela -, semble une candidate idéale.

Mais le statut de héros est de plus en plus menacé, préviennent les experts.

Car notre admiration pour les héros vient du fait que nous les croyons meilleurs que nous. Et cette aura est bien difficile à préserver à l'heure d'internet, où les moindres travers des personnages publics s'étalent sur la toile.

Certes, Martin Luther King, John Kennedy et Franklin Roosevelt ont été infidèles, mais leurs travers ont été révélés alors qu'ils étaient déjà bien installés sur leur piédestal. Avec l'influence des réseaux sociaux, ce serait bien plus compliqué aujourd'hui, relèvent les experts.

AFP

Ses derniers articles: RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue  Accord Canal+ et CAF pour la diffusion de la CAN en Afrique francophone  Tchad: onze opposants libérés, des femmes interdites de rassemblement