mis à jour le

La France appelle l'Afrique

Le président François Hollande a appelé vendredi l'Afrique à prendre en charge sa sécurité, lors d'un sommet franco-africain de deux jours à Paris, assombri par le décès la veille de Nelson Mandela.

Cette rencontre, à laquelle participe une quarantaine de dirigeants, a débuté au moment où la France s'engage militairement en Afrique pour la deuxième fois en moins d'un an, avec l'opération "Sangaris" en Centrafrique.

Drapeaux en berne, photos géantes, rassemblements et avalanche de réactions: la mort du premier président noir d'Afrique du Sud, devenu une icône pour l'humanité, a modifié l'organisation du sommet convoqué de longue date par François Hollande.

 "Le monde est en deuil (...). Nelson Mandela a changé bien plus que l'Afrique du Sud, il a accéléré le cours du monde", a lancé le président français à l'ouverture du sommet, dans un hommage appuyé au Sud-Africain, icône de la lutte anti-apartheid. 

"Nous devons discuter ensemble pour trouver des solutions africaines aux problèmes africains", a affirmé la ministre sud-africaine des Affaires étrangères Maite Nkoana-Mashabane. "Nous allons travailler avec la communauté internationale, des amis comme la France pour que son rêve devienne une réalité", a-t-elle ajouté aussi à propos de Nelson Mandela.

Les participants ont observé debout une minute de silence en hommage à l'ancien dirigeant sud-africain, dont une photo en pied, le poing levé et le visage souriant, avait été disposée au côté du pupitre du sommet, flanqué des drapeaux des pays représentés.

Le sommet de l'Elysée s'est ouvert quelques heures seulement après le début d'une opération militaire française en Centrafrique, qui mobilisera à terme 1.200 soldats, moins d'un an après l'engagement de plus de 4.000 militaires au Mali en janvier.

Jeudi, des soldats français ont tué à Bangui plusieurs personnes qui avaient ouvert le feu en leur direction et sur des civils, selon l'armée française.

Quelque 92 morts et 155 blessés, par arme blanche ou par balle, ont été enregistrés dans un seul hôpital de Bangui depuis le début d'une vague de tueries jeudi dans la capitale centrafricaine, selon un bilan de Médecins sans frontières (MSF). Des journalistes de l'AFP ont vu près de 80 corps, rassemblés dans une mosquée et jonchant les rues.

La France, "pompier" de l'Afrique

Plusieurs chefs d'Etat présents à Paris ont salué l'engagement français à Bangui, au premier rang desquels le président malien Ibrahim Boubacar Keïta qui y voit un "devoir historique" de l'ancienne puissance coloniale.

Pour la France, ses interventions au Mali comme en Centrafrique, lourdes financièrement, démontrent la nécessité que les Africains se dotent d'une capacité de défense commune. 

Un avis partagé par le président guinéen Alpha Condé, pour qui il n'est "pas normal" que "la France soit obligée d'intervenir en pompier pour nous sauver".

"L'Afrique doit maîtriser pleinement son destin et pour y parvenir assurer pleinement par elle même sa sécurité", a jugé François Hollande dans un discours.

Dans le même temps, la France est disposée à fournir "des cadres militaires" et à participer "à des actions de formation. Elle peut entraîner chaque année 20.000 soldats", a précisé le président français. 

Pour le chef de l'Etat ivoirien Alassane Ouattara, président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), le sommet de Paris doit permettre de "dire que tous ceux qui profitent des richesses de l'Afrique doivent aussi contribuer à sa sécurité".

Car, souligne-t-il, "quoi qu'on dise de l'influence grandissante de la Chine, des Etats-Unis ou du Brésil, ces pays ne sont pas engagés chez nous sur le front de la défense et de la sécurité. Ils ne prennent pas les mêmes risques que la France". 

Sécurité et développement économique

Pour Paris, l'enjeu de la sécurité du continent est primordial. "La sécurité de l'Afrique, c'est aussi la sécurité de l'Europe", répètent à l'envi les responsables français, en mettant en avant une "proximité" géographique mais aussi des menaces communes - terrorisme, piraterie maritime, trafics.

L'Europe et l'Afrique doivent "être ensemble pour conjurer ces risques et dominer ces menaces", a insisté François Hollande.

"Aujourd'hui, le principal allié des jihadistes, des terroristes, des organisations criminelles, c'est la pauvreté", a souligné pour sa part le président du Niger Mahmadou Issoufou. 

Au total, 53 pays africains sont représentés au sommet de Paris, seul le Zimbabwe ayant décliné l'invitation. Son président Robert Mugabe a été jugé persona non grata par Paris, tout comme cinq autres chefs d'Etat (Soudan, Guinée-Bissau, Centrafrique, Madagascar et Egypte).

Pour François Hollande, il s'agit de montrer que la France est sortie de son face-à-face, parfois trouble voire opaque, avec ses anciennes colonies, une "rupture" déjà promise à plusieurs reprises par Paris.

"Dans les faits, il n'y a pas de +nouvelle+ politique". "La politique africaine de la France, c'est toujours celle des militaires français", juge toutefois Antoine Glaser, expert des relations franco-africaines.

AFP

Ses derniers articles: JO-2018/Bobsleigh: qualification de l'équipe féminine du Nigeria, une première pour l'Afrique  Crise au Togo: la mobilisation tient bon, tractations pour un dialogue  Kenya: au moins trois morts dans de nouvelles violences 

France

AFP

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

Journaliste tué au Burkina: François Compaoré laissé libre en France avant l'examen de son extradition

AFP

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

Journaliste tué au Burkina : le frère de Compaoré arrêté en France

AFP

Mohamed, l'ancien pirate somalien qui veut "reconstruire sa vie" en France

Mohamed, l'ancien pirate somalien qui veut "reconstruire sa vie" en France

Paris

AFP

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

Paris et Rabat conjuguent leurs visées économiques en Afrique

AFP

Paris va défendre face

Paris va défendre face

AFP

"Bien mal acquis": Teodorin Obiang attend son jugement, premier du genre

"Bien mal acquis": Teodorin Obiang attend son jugement, premier du genre

sécurité

AFP

Burkina: le Conseil de sécurité boucle

Burkina: le Conseil de sécurité boucle

AFP

Le Ghana veut améliorer la sécurité des stations-service après des explosions

Le Ghana veut améliorer la sécurité des stations-service après des explosions

AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU au Sahel du 19 au 23 octobre

Le Conseil de sécurité de l'ONU au Sahel du 19 au 23 octobre