mis à jour le

Nigeria: Boko Haram lance une vaste attaque dans son fief de Maiduguri

Le groupe islamiste Boko Haram a lancé une attaque de grande envergure contre l'armée dans la nuit de dimanche à lundi à Maiduguri, son fief historique dans le nord-est du Nigeria, causant de lourdes pertes matérielles.

Selon des habitants, des centaines d'hommes lourdement armés ont attaqué une base militaire des armées de l'air et de terre, à proximité de l'aérport de la ville, détruisant des aéronefs et des casernes. Ils ont incendié des magasins et des stations service dans la cité, et aussi attaqué des barrages militaires à l'extérieur de la ville.

En réaction, les autorités ont imposé un couvre-feu total de 24 heures, et fermé temporairement l'aéroport, coupant du monde la ville, fief historique de Boko Haram.

Il s'agit de l'un des plus importants assauts des insurgés contre l'armée depuis plusieurs mois, et sans doute même depuis les combats de 2009 dans cette même ville qui avaient duré plusieurs jours et fait 800 morts.

Les autorités nigérianes ont lancé une offensive majeure depuis mai pour tenter d'éradiquer le groupe islamiste des trois Etats du Nord-Est, très majoritairement musulmans, et où l'état d'urgence est depuis lors en vigueur. Elles avaient affirmé récemment avoir chassé les insurgés des grandes villes et les avoir repoussé dans les campagnes isolés. 

Un correspondant de l'AFP a indiqué que les violences ont commencé vers 03H00 (02H00 GMT) lundi, avec des tirs et des explosions.

Un responsable du gouvernement local - ayant requis l'anonymat- qui vit près de la base de l'armée de l'air a "vu deux hélicoptères brûlés", et témoigné que "peu de bâtiments de la base sont encore debout". 

"Sur la base de l'armée de terre, les terroristes ont détruits les casernes et se sont emparés d'un véhicule de transport de troupe blindé mais ils l'ont laissé sur une route ensuite", selon ce responsable.

"Nous avons entendu des femmes et des enfants gémir et pleurer dans les casernes", a-t-il ajouté, précisant que les assaillants étaient armés de "fusils d'assaut AK-47", de "lance-roquettes" et d'"explosifs".

Deux personnes ont été tuées dans l'attaque de la base militaire, selon lui.

Des ambulances ont été vues quittant la base aérienne et le quartier voisin de Ngomari, selon le correspondant de l'AFP qui a noté que les rues de la ville étaient vides.

Le ministère de la Défense, qui a confirmé les attaques, a fait état lundi après-midi dans un communiqué de "24 assaillants tués" et "deux personnels de l'armée de l'air blessés" , évoquant aussi "trois avions militaires déclassés ainsi que deux hélicoptères rendus inopérants".

Aucun bilan des victimes n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des services de secours ou de source indépendante. 

Le porte-parole de l'armée nigériane à Maiduguri, le colonel Mohammed Dole, a assuré que les soldats "avaient réussi à repousser" les assaillants et que la zone de l'aéroport était "calme et sous controle".

"Nos soldats, avec l'appui d'avions des forces aériennes du Nigeria, sont actuellement à la poursuite des terroristes en direction de la route Maiduguri-Benisheik", une localité située à l'ouest de Maiduguri, a-t-il ajouté.

Suite à cette attaque, le gouvernement de l'Etat de Borno a décrété un couvre-feu de 24 heures. Il était interdit de circuler dans l'agglomération de Maiduguri, les routes menant à la ville ont été barrées et l'aéroport fermé.

Le secrétaire du gouvernement de Borno, Baba Ahmed Jidda, a appelé la population à "rester calme et à respecter la loi jusqu'à ce que l'on reprenne le contrôle de la situation". "Seuls les véhicules répondant à des urgences et les services essentiels sont autorisés pendant la période" du couvre-feu, celui-ci "sera levé dès que la situation s'améliorera".

Samedi, l'armée avait annoncé un renforcement des mesures de sécurité dans les communautés du Nord proches des frontières du Tchad, du Niger et du Cameroun par crainte d'attaques de Boko Haram pendant la période de Noël et du Nouvel An.

La semaine dernière, 24 personnes avaient été tuées dans l'Etat de Borno dans deux attaques attribuées à ce groupe radical.

Le groupe Boko Haram, fondé à Maiduguri il y a plus de dix ans, a été placé le mois dernier sur la liste des organisations terroristes des Etats-Unis. Il revendique la création d'un Etat islamique dans tout le nord du Nigeria, majoritairement musulman.

Le bilan de l'insurrection lancée par Boko Haram depuis 2009, ainsi que de sa féroce répression, est estimé à plusieurs milliers de morts.

AFP

Ses derniers articles: Au Nigeria, les chrétiens du Nord veulent "calmer les esprits indépendantistes"  Tunisie: une dispute entre jeunes dégénère en violences tribales  Migration: Juncker exorte l'UE 

attaque

AFP

Mali: deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

Mali: deux morts dans une attaque jihadiste près de Bamako

AFP

Mali: cinq soldats maliens tués dans une attaque contre l'armée

Mali: cinq soldats maliens tués dans une attaque contre l'armée

AFP

Mali: trois Casques bleus tués dans une attaque jihadiste

Mali: trois Casques bleus tués dans une attaque jihadiste

haram

AFP

Nigeria: 4 personnes égorgées après l'arrestion d'un commandant de Boko Haram

Nigeria: 4 personnes égorgées après l'arrestion d'un commandant de Boko Haram

AFP

Nord-est du Nigeria: onze morts dans une attaque de Boko Haram

Nord-est du Nigeria: onze morts dans une attaque de Boko Haram

AFP

Cameroun: arrestation de militaires luttant contre Boko Haram

Cameroun: arrestation de militaires luttant contre Boko Haram

Maiduguri

AFP

Nigeria: un mort dans un attentat-suicide

Nigeria: un mort dans un attentat-suicide

AFP

Nigeria: cinq blessés dans une attaque-suicide

Nigeria: cinq blessés dans une attaque-suicide

AFP

Nigeria: trois kamikazes se tuent près de Maiduguri

Nigeria: trois kamikazes se tuent près de Maiduguri