mis à jour le

Nigeria: Boko Haram tue 24 personnes dans deux attaques

Le groupe islamiste armé Boko Haram a tué 24 personnes dans deux attaques distinctes, jeudi et samedi, dans le nord du Nigeria, ont indiqué samedi des témoins.

Sept pêcheurs ont été pris en embuscade et tués dans une opération samedi à Baga, un village de pêcheurs sur le lac Tchad, situé dans l'Etat de Borno, un des trois Etats du nord-est du pays placés sous état d'urgence depuis le mois de mai.

La seconde attaque a eu lieu jeudi dans le même Etat, faisant 17 morts. Des hommes armés montés sur des pick-up ont mis le feu à une centaine de boutiques et des véhicules dans la région de Sabon Gari, dans le district de Damboa, à quelque 90 kilomètres de la capitale de l'Etat, Maiduguri.

Les autorités locales et militaires n'ont pas confirmé ces attaques pour le moment.

A Baga, "ils ont tué sept pêcheurs, en ont blessé 15 autres et ont brûlé des bateaux et des filets utilisés pour la pêche", a déclaré un pêcheur, Ibrahim Gambo, à Maiduguri où il est venu faire soigner son frère, blessé par les islamistes.

"C'était des représailles des insurgés parce qu'il y a deux semaines, les soldats les ont combattus", a affirmé un autre pêcheur, Sheriff Bababa. "Ils en ont même arrêtés certains, dont un chef, grâce à l'aide de jeunes d'un groupe d'auto-défense".

L'ONG Human Rights Watch a expliqué vendredi que Boko Haram menait des opérations de représailles contre des civils, notamment les membres de groupes d'auto-défense, fournissant des informations aux militaires.

A Sabon Garin, l'autre attaque a eu lieu jeudi vers 23H35 (22H35 GMT). Selon les villageois, les assaillants chantaient "Allahu Akbar" (Dieu est grand) à leur arrivée.

L'attaque a duré jusqu'à 04H00 du matin vendredi, ont-ils précisé.

Le gouvernement nigérian s'est engagé samedi à sécuriser les frontières du nord du pays pour les fêtes de fin d'année, déployant des troupes dans des villages déjà attaqués auparavant.

Depuis le mois de mai, les forces gouvernementales mènent dans le Nord une grande opération contre le groupe islamiste dont l'insurrection sanglante, débutée en 2009, a tué des milliers de personnes. 

Plus de 37.000 personnes ont fui le nord du Nigeria pour le Niger, d'après les Nations unies, à cause des violents combats entre l'armée et Boko Haram, chassé de ses bastions urbains vers la campagne.  

 

AFP

Ses derniers articles: Bousculade meurtrière au Maroc: les familles enterrent les victimes  Guinée: un mort lors de manifestations d'élèves contre la situation dans l'éducation  Niger: saisie de 13 tonnes de médicaments contrefaits en provenance d'Inde 

attaques

AFP

Afrique du Sud: des Blancs manifestent contre les attaques de fermes

Afrique du Sud: des Blancs manifestent contre les attaques de fermes

AFP

Attaques au Mozambique, 14 assaillants et deux policiers tués

Attaques au Mozambique, 14 assaillants et deux policiers tués

AFP

Mali: les catholiques "inquiets" après des attaques contre des églises

Mali: les catholiques "inquiets" après des attaques contre des églises

haram

AFP

Niger: un directeur d'école égorgé par Boko Haram

Niger: un directeur d'école égorgé par Boko Haram

AFP

Nigeria: huit soldats tués par Boko Haram dans le nord-est

Nigeria: huit soldats tués par Boko Haram dans le nord-est

AFP

La culture du poivron de nouveau autorisée au Niger malgré Boko Haram

La culture du poivron de nouveau autorisée au Niger malgré Boko Haram