mis à jour le

Mali: les rebelles touareg vont reprendre la guerre contre l'armée

La rébellion touareg a annoncé vendredi qu'elle reprenait la guerre contre l'armée malienne, après les "exactions" commises par cette dernière jeudi à l'aéroport de Kidal, qui ont fait un mort et cinq blessés civils, selon le MNLA.

"Là où on trouvera l'armée malienne, on lancera l'assaut sur elle. Ce sera automatique. Les mises en garde sont terminées", a déclaré à l'AFP Mahamadou Djeri Maïga, vice-président du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad), la rébellion touareg.

"Ce qui s'est passée (jeudi) est une déclaration de guerre. Nous allons leur livrer cette guerre", a affirmé M. Maïga.

Jeudi, quelques centaines de manifestants avaient pénétré dans l'aéroport de Kidal (nord-est), poussant le Premier ministre malien Oumar Tatam Ly, qui devait s'y poser, à faire demi-tour. D'après certains protestataires, les militaires maliens ont ouvert le feu sur eux.

Selon le MNLA, les tirs "à balles réelles", "sur des femmes et des enfants qui manifestaient pacifiquement", ont fait un mort et cinq blessés - trois femmes et deux enfants, l'une des femmes se trouvant dans un état critique.

Pour le gouvernement malien, ses troupes, "prises à partie par des éléments incontrôlés", ont procédé à des "tirs de sommation" après avoir essuyé "des jets de pierre et des tirs d'armes".

Les forces de l'Azawad (les territoires nord du Mali, ainsi nommés par les touareg) "feront payer à l'armée malienne son irresponsabilité après son forfait" de jeudi, a lancé Mahamadou Djeri Maïga. 

"On ne parle plus de cantonnement. Maintenant que le feu est ouvert, on verra qui est qui. Partout où on a des troupes sur le territoire de l'Azawad, on les appellera à se mobiliser", a-t-il poursuivi, accusant les autorités maliennes de "violer les accords de Ouagadougou (...) malgré les assises et autres cadres de discussion".

Après 18 mois de crise politico-militaire, les mouvements rebelles touareg avaient signé le 18 juin à Ouagadougou un accord de paix avec Bamako visant à permettre l'organisation de la présidentielle du 28 juillet à Kidal, ville sous contrôle des groupes armés touareg, après l'intervention française qui a chassé du nord du Mali les groupes djihadistes alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Les relations entre les deux parties se sont envenimées ces dernières semaines, malgré la tenue le week-end dernier du premier tour des élections législatives, qui se sont convenablement déroulées dans le nord du Mali.

AFP

Ses derniers articles: Le roi du Maroc se pose en défenseur des intérêts de l'Afrique  Inondations en Sierra Leone: 499 morts, selon la morgue centrale  Afrique du Sud: la justice autorise des enchères de cornes de rhinocéros 

guerre

AFP

Guerre interne en vue

Guerre interne en vue

AFP

RDC: reddition d'un chef de guerre poursuivi pour "crime contre l'humanité"

RDC: reddition d'un chef de guerre poursuivi pour "crime contre l'humanité"

AFP

Centrafrique: guerre au sommet d'un pays miné par la violence

Centrafrique: guerre au sommet d'un pays miné par la violence

l'armée

AFP

L'ONU dénonce une "fouille illégale" de l'armée dans un camp du Nigeria

L'ONU dénonce une "fouille illégale" de l'armée dans un camp du Nigeria

AFP

Au c

Au c

AFP

Côte d'Ivoire : le président promet d'investir dans l'armée pour ramener la sécurité

Côte d'Ivoire : le président promet d'investir dans l'armée pour ramener la sécurité

rebelles

AFP

RDC: deux officiers tués dans des combats contre des rebelles ougandais

RDC: deux officiers tués dans des combats contre des rebelles ougandais

AFP

Soudan du Sud: les forces gouvernementales approchent du QG des rebelles

Soudan du Sud: les forces gouvernementales approchent du QG des rebelles

AFP

Côte d'Ivoire: deux leaders des anciens rebelles emprisonnés

Côte d'Ivoire: deux leaders des anciens rebelles emprisonnés