mis à jour le

Tunisie: violences et grèves

Deux grèves ont dégénéré mercredi en violences dans deux villes de Tunisie, où la grogne sociale s'amplifie dans un contexte de grave crise politique. 

Des dizaines de protestataires, des jeunes pour la plupart, ont ouvert les hostilités à Siliana (150 km au sud-ouest de Tunis) en jetant des pierres sur la police qui a tenté de les disperser en les pourchassant et par des tirs de lacrymogènes.

Des blessés légers, notamment des policiers souffrant de coupures, ont été soignés à l'hôpital, a constaté un photographe de l'AFP lui-même touché à la tête.

Des barrages de pneus en feu et de ferraille ont été dressés par les manifestants sur l'axe principal de Siliana et les rues étaient jonchées de projectiles. En soirée, des affrontements sporadiques avaient encore lieu.

Les violences ont aussi gagné la cité de Gafsa (centre). La police y a d'abord repoussé des manifestants qui tentaient d'envahir le siège du gouverneur, puis des centaines de protestataires ont attaqué le siège du parti Ennahda qui dirige le gouvernement.

Les locaux ont été saccagés puis partiellement incendiés. Les manifestants ont aussi mis le feu au mobilier dans la rue et empêché les pompiers de se rendre sur les lieux.

Le représentant du parti Ennahda sur place, a dénoncé l'inaction de la police. "Nous avons appelé la police et ils ne sont pas venus", a accusé Mohsen Soudani à la radio Shems FM, ajoutant: "j'ai dis aux enfants d'Ennahda de la région de ne pas riposter".

Gouvernement accusé de tous les maux

Le gouvernement n'avait pas réagi pour sa part en début de soirée à ces violences.

Trois régions tunisiennes --Siliana, Gafsa et Gabès (ouest)-- étaient paralysées mercredi par des grèves contre divers mesures des autorités.

A Siliana, il s'agissait de marquer le 1er anniversaire de la répression d'un mouvement social qui avait fait en trois jours quelque 300 blessés, notamment par des tirs de chevrotine.

Le syndicat UGTT, organisateur de la grève, reproche au pouvoir de ne pas avoir pris en charge les blessés ni investi dans le développement économique régional comme il l'avait promis à l'époque.

"Le gouvernement n'a pas tenu ses engagements contenus dans la convention de décembre 2012 qui prévoit qu'il s'occupera des soins des blessés et de leurs besoins matériels et physiques", a expliqué, avant les heurts, le secrétaire général adjoint de l'union régionale de l'UGTT, Ahmed Chefaï.

A Gafsa et Gabès, les grèves ont été décidées pour protester contre la décision de ne pas inclure ces régions à la liste de celles où des centres hospitaliers universitaires seront bâtis dans les prochaines années.

Les organisateurs ont interprété cette décision comme la preuve que le gouvernement ne lutte pas contre les disparités de développement entre les régions, un des facteurs de la révolution de 2011 qui avait été largement nourrie par des revendications sociales. 

Pauvreté et blocage politique

A Gafsa, des heurts ont lieu régulièrement et le local d'Ennahda a déjà été attaqué. La localité a été le théâtre d'une insurrection réprimée en 2008 dans le sang par le régime de Zine El Abidine Ben Ali, lui-même renversé lors de la révolution de janvier 2011.

Cette région est stratégique en raison de ses mines de phosphates mais reste parmi les plus pauvres du pays. Depuis la révolution, la production minière y est à 30% de ses capacités en raison des nombreux mouvements sociaux et malgré l'embauche de milliers de personnes pour tenter de juguler la grogne.

Les grèves et débrayages se sont multipliés ces dernières semaines alors que l'économie peine à redémarrer, faute d'une croissance suffisante pour réduire le chômage et la misère de manière significative. 

Ce contexte économique et social difficile est aggravé par une crise politique qui paralyse les institutions depuis fin juillet après l'assassinat d'un opposant attribué à la mouvance jihadiste.

Le gouvernement s'est engagé fin octobre à démissionner pour résoudre l'impasse, mais il est toujours en place, islamistes et opposants ne parvenant pas à s'entendre sur le nom d'un Premier ministre indépendant.

"La classe moyenne s'effrite, la pauvreté augmente et le blocage politique a entraîné cette situation de recours excessif à la grève", résume l'économiste indépendant, Ezzedine Saïdane. 

AFP

Ses derniers articles: Egypte: lourdes condamnations pour des violences mortelles devant un stade  Marathon de Berlin: le Kenyan Eliud Kipchoge s'impose en 2h03:34  Kenya: la police saisie pour enquêter sur la commission électorale 

Gafsa

Contestation

Il faut se méfier de Gafsa, pauvre et rebelle

Il faut se méfier de Gafsa, pauvre et rebelle

Actualités

Saisie de 'zatla' dans un kiosque

Saisie de 'zatla' dans un kiosque

Actualités

Un mois de prison pour introduction par effraction dans la morgue de l’hôpital de Gafsa

Un mois de prison pour introduction par effraction dans la morgue de l’hôpital de Gafsa

grèves

AFP

Afrique du Sud: grèves et chute des cours du platine affectent les profits d'Amplats

Afrique du Sud: grèves et chute des cours du platine affectent les profits d'Amplats

AFP

Afrique du Sud: la ministre du Travail veut des grèves courtes

Afrique du Sud: la ministre du Travail veut des grèves courtes

inégalités

La couleur pourpre du raisin sud-africain

La couleur pourpre du raisin sud-africain

Siliana

Actualités

L’UAHT prend en charge la rénovation d’une école

L’UAHT prend en charge la rénovation d’une école

[email protected] (Author Name)

Meeting vendredi

Meeting vendredi

[email protected] (Author Name)

Crise en Tunisie : Les citoyens prennent le contrôle du siège du gouvernorat de Siliana (Vidéo)

Crise en Tunisie : Les citoyens prennent le contrôle du siège du gouvernorat de Siliana (Vidéo)