mis à jour le

Angola : le général Bento Kangamba accusé de trafic sexuel au Brésil

Le général Bento Kangamba

Après l'affaire des 3 millions d'euro en liquide saisis en France l'été dernier, le général Bento Kangamba est mis en cause par la presse brésilienne dans une affaire de trafic sexuel. Selon le journal O Estado de São Paulo, la police fédérale (PF) brésilienne accuse l'homme d'affaires et homme politique angolais d'être le cerveau d'un trafic de femmes du Brésil vers l'Afrique du sud, l'Angola, le Portugal et l'Autriche. La même source ajoute que l'État et la Police fédérale du Brésil auraient demandé à la justice l'incarcération du général Bento dos Santos Kangamba dès qu'il poserait ses pieds sur le sol brésilien. L'homme d'affaires qui dément évidemment, figurerait, depuis, sur la liste des personnes recherchées par Interpol.

En réaction, le général - qui est également le président du Kabuscorp SC do Palanca, le club de football champion d'Angola 2013, a déclaré à la presse officielle angolaise n'avoir « jamais reçu une notification des autorités brésiliennes sur les faits présumés, et ne s'être jamais rendu au Brésil ». Le journal O Estado de São Paulo précise pourtant que la police a arrêté 5 personnes membres d'une bande qui obligeait des femmes à se prostituer. Ces dernières étaient abordées dans des boîtes de nuit et emmenées au Brésil dans des maisons closes avec la promesse de gagner jusqu'à 10.000 dollars US par semaine. Ce trafic concernerait environ 90 femmes par an. Cela a duré 6 ans et aurait rapporté 45 millions de dollars US... Le journal de São Paulo note aussi qu'en marge des 5 personnes déjà arrêtées, la Police fédérale aurait mis la main sur 11 voitures de luxe, 23 passeports, 9 copies de passeports, 14 demandes de visas pour l'Angola, des espèces en monnaie étrangère ainsi que de la drogue.

Surnommé « Tio Bento » ou « Tio Chico », le général est le secrétaire à la mobilisation du comité provincial de Luanda du Mouvement Populaire pour la Libération de l'Angola (MPLA) le parti du président et jouit d'une grande influence grâce à sa femme Avelina Escórcio dos Santos, fille d'Avelino dos Santos, frère du chef de l'État. Président du groupe Kaburscop, un complexe industriel qui a son siège en Angola, Kangamba est, par ailleurs, le sponsor principal de Vitoria Sport Club, club de 1ère division du Portugal et est également président de Kabuscorp do Palanca.
En juillet, la presse portugaise a révélé que Bento Kangamba a acheté une maison de 12 millions de dollars US à Madrid, dans le même quartier que le footballeur Cristiano Ronaldo.|Jossart Muanza (AEM)

AFRIQUECHOS.CH

Ses derniers articles: Angola : le général Bento Kangamba accusé de trafic sexuel au Brésil  Congo : 27ème édition de la journée nationale de l'arbre  Sondage : des cinq pays africains qualifiés au Mondial 2014, qui peut créer la surprise ? 

Angola

AFP

Deux premiers cas de virus zika recensés en Angola

Deux premiers cas de virus zika recensés en Angola

AFP

Hollande en Angola pour sceller la réconciliation et renforcer les liens économiques

Hollande en Angola pour sceller la réconciliation et renforcer les liens économiques

AFP

Mozambique et Angola fêtent 40 ans d'indépendance, tête haute face au Portugal

Mozambique et Angola fêtent 40 ans d'indépendance, tête haute face au Portugal

trafic

AFP

Bénin: l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon impliqué dans un trafic de drogue présumé

Bénin: l'homme d'affaires béninois Sébastien Ajavon impliqué dans un trafic de drogue présumé

AFP

Kenya: libération conditionnelle d'un Britannique accusé de trafic de cocaïne

Kenya: libération conditionnelle d'un Britannique accusé de trafic de cocaïne

AFP

Kenya: un "baron" du trafic d'ivoire condamné

Kenya: un "baron" du trafic d'ivoire condamné

Brésil

AFP

JO-2016/Basket: le Brésil élimine le Nigeria et doit attendre

JO-2016/Basket: le Brésil élimine le Nigeria et doit attendre

AFP

Corruption: les pays émergents, Brésil en tête, inquiètent Transparency International

Corruption: les pays émergents, Brésil en tête, inquiètent Transparency International

Slate.fr

Trois siècles de traite négrière résumés en deux minutes

Trois siècles de traite négrière résumés en deux minutes