mis à jour le

Soldat français assurant la sécurité de l'aéroport de Bangui, novembre 2013 / Reuters
Soldat français assurant la sécurité de l'aéroport de Bangui, novembre 2013 / Reuters

Le revirement de la France en Centrafrique

Après moult hésitations, la France s'apprête à intervenir en Centrafrique; sûrement échaudée par le précédent rwandais.

La Centrafrique va mal. C’est le moins que l’on puisse dire au regard de la situation sécuritaire chaotique qui prévaut actuellement à Bangui, la capitale, et dans bien d’autres contrées du pays. On ne sait plus qui gouverne, tant le désordre s’y est bien installé. Le pays est à la croisée des chemins tant et si bien que le président français, François Hollande, tirait la sonnette d’alarme en qualifiant la situation actuelle de «pré-génocidaire». Il va plus loin en proposant l’envoi de troupes en Centrafrique pour aider les autorités à rétablir l’ordre. Et d’ores et déjà, ils sont un peu plus de 400 militaires français qui contrôlent essentiellement l’aéroport de Bangui.

Le spectre d’un génocide

Pourquoi la France opère-t-elle un tel revirement, elle qui, on s’en souvient, avait refusé d’intervenir en Centrafrique au moment où, acculé, le président François Bozizé l’appelait au secours? Sans doute a-t-elle tiré les leçons du génocide rwandais qui, on le sait, lui colle implacablement à la peau.

En digne héritier de Mitterrand, le président Hollande ne veut plus engager la responsabilité de son pays, en restant les bras croisés face au spectre de «génocide» qui se prépare en Centrafrique. C’est tout en son honneur puisqu’il a pris la pleine mesure de la situation en RCA où, jadis latent, le conflit interreligieux est désormais ouvert, en témoignent les récents affrontements entre chrétiens et musulmans.

L’autre raison qui peut expliquer la décision de Paris d’envoyer des troupes à Bangui est que la France ne veut pas se laisser ravir la vedette par la communauté internationale, ce d’autant que la Centrafrique est une ex-colonie française. Mais aussi, forte de sa victoire sur les djihadistes du Nord-Mali, la France estime le moment opportun d’ouvrir un autre front dans un pays africain qui, depuis près de huit mois, peine à retrouver ses marques. Et tout cela se passe dans la quasi-indifférence de la sous-région et de l’Union africaine (UA). Une fois de plus, c’est la France que l’on a de cesse d’ailleurs de clouer au pilori, qui montre la voie à suivre aux dirigeants africains.

Impuissance de l’Union africaine

Certes, nous dira-t-on, la France défend ses propres intérêts, mais rappelons que la Centrafrique est d’abord et avant tout un pays africain et qu’en termes d’intérêt, le peuple centrafricain a plus d’intérêts à protéger sur son propre sol que les Français. A la vérité, l’Afrique offre à nouveau une piteuse image de ses dirigeants qui se montrent impuissants face à un problème africain.

L’UA doit prendre ses responsabilités puisque la situation en RCA n’a que trop duré. Il vaut mieux prévenir que guérir, dit l’adage. Et c’est ce que fait la France de Hollande. En tout cas, il faudra que la douloureuse parenthèse de Michel Djotodia se referme le plus vite possible pour que le peuple désabusé, retrouve sa sérénité d’antan. A quoi sert de mettre fin à une dictature si en retour, s’installent l’anarchie et le chaos?

Mais, à la vérité, cette instabilité chronique n’est pas étrangère au mode d’accès au pouvoir en Centrafrique. Le cycle de coups d’Etat doit prendre fin. La logique du «ôte-toi que je m’installe» sur fond de canonnade, est à terme contre-productive. Mais il est aussi vrai que, même élus démocratiquement, bien des dirigeants africains, en RCA comme ailleurs, ont produit les germes de leur éviction par une gouvernance approximative. C’est dire combien il urge à l’ex Oubangui-Chari, d’opérer véritablement sa mue, pour s’engager résolument dans la voie d’une démocratie vraie, seul gage d’un avenir moins tourmenté.

Boundi Ouoba

Cet article a d’abord été publié dans Le Pays

Le Pays

Le Pays. Le plus lu des quotidiens du Burkina Faso.

Ses derniers articles: Le cœur de l'Afrique bat déjà au rythme du Brésil  Pourquoi il est difficile de vaincre Ebola  Et si, finalement, c'est ATT qui avait raison? 

Bangui

AFP

Centrafrique: un chef de guerre accuse Bangui d'alimenter les violences

Centrafrique: un chef de guerre accuse Bangui d'alimenter les violences

AFP

Afrique centrale: bac "mention médiocre" de Bangui

Afrique centrale: bac "mention médiocre" de Bangui

AFP

Centrafrique: un Casque bleu sénégalais tué

Centrafrique: un Casque bleu sénégalais tué

Paris

AFP

"Les Forêts natales": 300 chefs d'oeuvre de la sculpture africaine exposés

"Les Forêts natales": 300 chefs d'oeuvre de la sculpture africaine exposés

AFP

Libye: le maréchal Haftar reçu

Libye: le maréchal Haftar reçu

AFP

Paris expose l'histoire mouvementée mais toujours vive des chrétiens d'Orient

Paris expose l'histoire mouvementée mais toujours vive des chrétiens d'Orient

François Bozizé

Centrafrique

Cette partition qui guette la Centrafrique

Cette partition qui guette la Centrafrique

BD

Dessine-moi la guerre en Centrafrique

Dessine-moi la guerre en Centrafrique

RCA

Bozizé et sa solution magique pour sortir la Centrafrique du chaos

Bozizé et sa solution magique pour sortir la Centrafrique du chaos