mis à jour le

Les redresseurs du FLN toujours

Le Conseil d'Etat s'est-il déjugé en s'alignant cette fois-ci sur la décision de la chambre administrative de Bir Mourad Raïs qui a autorisé la réunion du CC du FLN du 29 août dernier ? Les avocats interrogés se montrent sceptiques. Ils attendent encore de connaître le contenu de la décision du Conseil d'Etat, prononcée jeudi dernier, pour l'analyser. Même si, dans la forme, estime l'avocat Nasreddine Lezzar, la décision du Conseil d'Etat n'a rien d'étrange : «J'ai bien lu les déclarations des uns et des autres. Je pense que le Conseil d'Etat s'est prononcé sur la décision de la chambre administrative qui avait autorisé la réunion du comité central du FLN. Contrairement à ce que pense Belayat, la décision prononcée en référé par le tribunal administratif est applicable sur-le-champ. Mais il faut connaître le contenu de la décision du Conseil d'Etat pour avoir une meilleurs visibilité.» Et de préciser qu'il y a toujours une influence de l'Exécutif sur la justice en Algérie. Pour sa part, maître Khaled Bourayou ne se fait pas d'illusions sur la nature des décisions de la justice algérienne : «Qu'attendez-vous lorsque la justice est entre les mains de l'Exécutif ? On ne peut s'attendre qu'à ce genre de décisions...» En dépit du fait qu'ils ont été déboutés par le Conseil d'Etat, les membres du mouvement de redressement du FLN ne sont pas démobilisés. Ils ne s'avouent pas vaincus. Deux jours après l'annonce de cette décision, ils décident d'engager une nouvelle bataille juridique qui sera entamée dans les tout prochains jours. «Nous attendons de récupérer la décision de justice pour mieux connaître son contenu. Nos avocats sont chargés de récupérer le document demain ou après-demain. Ensuite, nous réunirons les éléments nécessaires pour continuer la bataille», a affirmé Abderrahmane Belayat, à l'issue de la réunion du mouvement de redressement tenue hier à Alger. Parallèlement à cette nouvelle bataille juridique, les protestataires du FLN se disent aussi déterminés à poursuivre le travail de mobilisation auprès des membres du comité central et de la base du parti pour mettre un terme à cette «mascarade» qui se passe à l'intérieur du FLN. «Il y a de plus en plus de membres du CC, y compris ceux qui ont pris part à la dernière réunion, qui contestent les décisions prises par Amar Saadani. Nous allons mener également un travail auprès des militants pour les sensibiliser encore sur les dangers qui pèsent sur le FLN», dit Abderrahmane Belayat, précisant que «la session du mouvement de redressement restera ouverte». Il annonce aussi la décision de sensibiliser la classe politique nationale sur «les grands dangers qui pèsent sur elle à cause de l'instrumentalisation de la justice». «Il faut mettre un terme à cette hérésie juridique», a-t-il lancé.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

FLN

AFP

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie

Les Algériens élisent leur président

Les Algériens élisent leur président

L'après-17 avril

Il faut regarder au-delà de la présidentielle algérienne

Il faut regarder au-delà de la présidentielle algérienne