mis à jour le

Les nouveaux souscripteurs retiennent leur souffle

De nombreux Algériens vont connaître, à partir d'aujourd'hui, la suite donnée à leur demande d'acquisition d'un logement de type location-vente. L'Agence nationale du développement et de l'amélioration du logement (AADL) va communiquer de manière progressive et individuelle les résultats du traitement des demandes de souscription effectuées en septembre dernier. Tous les rejets seront motivés. Les recalés pourront déposer un recours. Tandis que les retenus vont devoir compléter leurs dossiers dès la réception de l'avis favorable. Pour connaître la réponse de l'AADL, les souscripteurs doivent introduire leur code et leur mot de passe confidentiel sur le site : inscription.aadl.dz. Ils enverront leurs dossiers constitués des pièces mentionnées sur cette page, par courrier recommandé, à l'adresse : AADL BP 62 Saïd Hamdine Bir Mourad Raïs, Alger. «Les dossiers envoyés sans rendez-vous seront systématiquement rejetés et l'AADL décline toute responsabilité», prévient encore l'AADL, qui rappelle le nombre important (plus 700 000) de demandes enregistrées durant l'opération menée à la mi-septembre et qui a duré plusieurs semaines. Un chiffre qui dépasse de loin l'offre que propose le programme officiel. En effet, l'Agence dispose actuellement de 230 000 logements inscrits au titre du programme AADL II avant la fin 2013 et début 2014, dont 90 000 logements seront réalisés pour la seule wilaya d'Alger. Le programme de location-vente est destiné principalement aux cadres des couches moyennes dont le revenu mensuel se situe entre 24 000 et 108 000 DA. Il faut rappeler qu'à ces nouvelles souscriptions s'ajouteront les anciennes, qui dépassent les 100 000 demandes. L'AADL assure cependant que l'opération de tri se poursuit et permettra d'éliminer progressivement toute personne non éligible. Faire renaître l'espoir L'éligibilité au programme location-vente répond à plusieurs conditions. La première est de n'avoir jamais bénéficié d'un logement, d'un terrain bâtissable ou d'un crédit immobilier à taux bonifié.  La deuxième condition est que les revenus du foyer (postulant et son conjoint) ne doivent être inférieurs à deux fois le SNMG qui est de 18 000 DA ni supérieurs à six fois ce salaire minimum garanti. Concrètement, les revenus du postulant et de son conjoint doivent être compris entre 24 000 DA et 108 000 DA. Ceux dont les revenus sont inférieurs à 24 000 DA sont éligibles au logement social, les autres sont appelés à postuler pour le programme du logement promotionnel public (LPP). La relance en 2012 de la formule location-vente, créée en 2001, a fait renaître l'espoir chez beaucoup de gens d'accéder à un logement. Cet espoir est malheureusement contrarié par les contraintes d'ordre technique qui font que la réalisation de la majorité des logements inscrits dans le nouveau programme n'a pas été entamée. S'agissant des dossiers des souscripteurs de 2001 et de 2002 non éligibles, ils seront transférés vers la formule logement promotionnel participatif (LPP) et bénéficieront d'un traitement prioritaire.

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien