mis à jour le

Israël adopte de nouvelles mesures contre les clandestins africains

Le cabinet israélien a approuvé dimanche une série de mesures destinées à expulser des milliers d'Africains entrés clandestinement dans le pays et perçus comme une menace pour le caractère juif de l'Etat.

Ces mesures prévoient des sanctions contre les employeurs et des mesures financières incitatives pour leur retour au pays, avec une prime au départ passant de 1.500 à 3.500 dollars, selon un communiqué du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu. 

En outre, le ministère de l'Intérieur a préparé un projet de loi autorisant la rétention des clandestins pendant un an sans jugement, selon la même source.

Ce texte qui doit être présenté lundi au Parlement fait suite à une décision de la Cour suprême en septembre annulant un texte de 2012 qui permettait une rétention de trois ans.

Selon le communiqué, une "installation fermée" est prévue pour les migrants arrivés clandestinement en Israël -où la construction d'une barrière de sécurité le long de la frontière sud est pratiquement achevée- et pour ceux qui se trouvent déjà dans le pays et "troublent l'ordre public".

"Les nouvelles décisions comprennent des actions combinées destinées à encourager les migrants à retourner dans leur pays d'origine, à accroître la sécurité des habitants d'Israël et à réduire la présence d'immigrés dans les centres-villes", a ajouté le bureau du Premier ministre.  

Selon le plan, les unités chargées de contrôler les migrants africains seront renforcées par 550 nouveaux officiers afin de mieux lutter contre le travail au noir.

Dans le communiqué, M. Netanyahu s'est dit "déterminé" à bloquer les arrivées de travailleurs clandestins et à expulser "les dizaines de milliers de migrants clandestins" déjà installés dans les villes israéliennes.

"Ces mesures que nous avons approuvées à l'unanimité sont proportionnées et nécessaires pour maintenir le caractère juif et démocratique de l'Etat", a-t-il assuré.

Des organisations de défense des droits de l'Homme estiment que la majorité des immigrés africains en Israël ne peuvent être expulsés parce que leur vie est menacée dans leur pays d'origine, le Soudan ou l'Erythrée.

En 2012, Israël avait estimé le nombre de clandestins africains sur son sol à 60.000 et lancé une campagne de répression qui a abouti à l'expulsion de 3.920 d'entre eux.

AFP

Ses derniers articles: CAN: l'Algérie démunie et sortie par un solide Sénégal  CAN: la Tunisie se met en quatre pour les quarts  CAN: pas de miracle pour l'Algérie, qui laisse Tunisie et Sénégal passer en quarts 

Israël

AFP

Tunis: manifestation après un assassinat attribué par le Hamas

Tunis: manifestation après un assassinat attribué par le Hamas

AFP

Tunisie: remous après la mort d'un ingénieur attribué

Tunisie: remous après la mort d'un ingénieur attribué

Disparition

Le jour où Shimon Peres voulut vendre l'arme nucléaire au régime de l'apartheid

Le jour où Shimon Peres voulut vendre l'arme nucléaire au régime de l'apartheid

clandestins

AFP

Clandestins en Europe, les Nigérians peinent

Clandestins en Europe, les Nigérians peinent

AFP

RDC: découverte de 19 corps de clandestins éthiopiens dans un container

RDC: découverte de 19 corps de clandestins éthiopiens dans un container

AFP

Israël relâche des centaines de clandestins africains désemparés

Israël relâche des centaines de clandestins africains désemparés

Africains

AFP

Avalanche en Italie: des migrants africains participent aux secours

Avalanche en Italie: des migrants africains participent aux secours

AFP

Des chefs d'Etat africains contraints de céder le pouvoir

Des chefs d'Etat africains contraints de céder le pouvoir

AFP

Gambie: des dirigeants africains vont pousser Jammeh vers la sortie

Gambie: des dirigeants africains vont pousser Jammeh vers la sortie