mis à jour le

Moussa Touati

Le Front national algérien (FNA) veut participer à l'élection présidentielle, même si des voix s'élèvent pour dire que le candidat du pouvoir est déjà désigné. Selon Moussa Touati, président du FNA, «la participation à l'élection dépasse le cadre électoral». «Nous prendrons part à la présidentielle d'avril 2014 pour réduire les capacités du régime à frauder», a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse organisée hier à Alger. Intervenant au cours d'une rencontre regroupant des cadres régionaux de la formation, M. Touati est plus que catégorique : «La participation à l'élection présidentielle n'est pas une fin en soi.» Il annonce par ailleurs que «des concertations avec d'autres partis auront lieu dans un avenir prochain pour établir une stratégie contre la fraude» et indique que, «d'une manière ou d'une autre, le pouvoir va recourir au truchement des résultats». «Boycotter n'est pas une solution pour espérer un changement pacifique. Participer n'est pas non plus une caution», soutient-il. D'après le président du FNA, «plus les partis s'ingèrent dans les échéances électorales, plus cela réduit les man½uvres néfastes du système». Par ailleurs, M. Touati est revenu sur les dernières sorties médiatiques de chefs de partis fidèles à l'actuel chef de l'Etat, comme Amar Saadani, Amara Benyounès et Amar Ghoul. «Je me demande pourquoi il y a tant de spéculation pour demander à Bouteflika de se présenter à l'élection, alors que le concerné ne s'est pas même prononcé», observe-t-il. Et de poursuivre : «le vrai Front de libération nationale (FLN) a commencé en 1954 et s'est arrêté en 1962.»

El Watan

Ses derniers articles: Programme AADL 2 : les résultats communiqués  Tizi Ouzou : Les retraités de l‘ANP s’organisent  Sellal : Les visites de terrain n'ont rien 

présidentielle

AFP

Kenya: la Cour suprême accable la Commission électorale pour la présidentielle invalidée

Kenya: la Cour suprême accable la Commission électorale pour la présidentielle invalidée

AFP

RDC: l'ONU table toujours sur une présidentielle d'ici au 31 décembre

RDC: l'ONU table toujours sur une présidentielle d'ici au 31 décembre

AFP

Au Kenya, la confusion règne dans l'organisation de la nouvelle présidentielle

Au Kenya, la confusion règne dans l'organisation de la nouvelle présidentielle