mis à jour le

Mauritanie: élections législatives et municipales samedi

L'Union pour la République (UPR), parti du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz créé en 2009, va connaître samedi sa première joute électorale lors des législatives et municipales boycottées par une partie de l'opposition. 

"Nous menons notre première élection en tant que parti constitué", a affirmé le président de l'UPR, Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine, lors d'un meeting jeudi soir à Nouakchott, clôturant la campagne électorale entamée le 8 novembre.

L'UPR a été fondée en 2009, peu avant l'élection, la même année, à la présidence de la République de M. Aziz, un ancien général qui a renversé en août 2008 Sidi Cheikh Ould Cheikh Abdallahi, premier chef d'Etat élu démocratiquement de Mauritanie, en 2007.

La présidentielle de 2009 s'était tenue à la suite d'un accord conclu à Dakar avec l'opposition qui avait contesté les conditions de son organisation et les résultats.

L'UPR, favorite des élections de samedi, s'est livrée jeudi soir à une démonstration de force.

"Nous avons le devoir de relever les trois défis du moment dont, en tête, une majorité confortable à l'Assemblée nationale et dans les conseils municipaux", a lancé M. Ould Mohamed Lemine, devant des militants enflammés. Les deux autres défis sont "la stabilité et le développement" de la Mauritanie.

"Nous vaincrons"

 

"Oui, nous vaincrons", a répété la foule, massée au milieu d'une galerie de portraits du chef de l'Etat, le premier président de l'UPR avant de se retirer après son élection à la tête du pays, de photos géantes des principaux candidats de ce parti, de pancartes et banderoles.

Des youyous de femmes et des cris de joie de jeunes militants noient la voix de M. Ould Mohamed Lemine, entouré de ses proches collaborateurs.

"Le parti au pouvoir est une mauvais partenaire. Il utilise les moyens de l'Etat et fait usage de moyens illégaux", déclarait récemment Cheikhnani Ould Beiba Ould Beiba,  responsable de la campagne du parti islamiste  Tewassoul. 

Selon lui,  l'UPR "utilise les attributs de l'Etat, ses moyens matériels, les photos du président (Aziz) et exerce la pression sur les travailleurs et les populations pour obtenir l'adhésion de gens non avertis". 

Le parti présidentiel, à travers son directeur national de campagne, Mohamed Mahmoud Ould Jaawar, avait lui mis en cause Tewassoul pour "ses moyens beaucoup plus importants" que ceux de l'UPR et l'avait sommé de "se démarquer des islamistes qui ont commis beaucoup de dégâts dans le monde arabe et musulman".

Ould Mohamed Lemine, s'est félicité du "bon déroulement de la campagne" électorale mais regretté les "mots malveillants" exprimés par les partis qui ne participent pas aux scrutins de samedi et qui en ont "quelque peu terni le climat".

Tewassoul est le seul des onze partis de la Coordination de l'opposition démocratique (COD) à participer aux scrutins législatifs et municipaux de samedi, boycottés par les dix autres formations de cette coalition qui entendent "faire échouer les élections unilatérales et antidémocratiques du 23 novembre". 

La COD mise sur un taux d'abstention "relativement bon" pour mettre en cause la valeur de ces élections pour laquelle le score du Tewassoul est une grosse inconnue et finalement un de ses enjeux.

74 partis politiques de la majorité présidentielle ou de l'opposition dite "modérée" participent à ces élections, les premières organisées en Mauritanie depuis 2006.

Quelque 1,2 millions de Mauritaniens sont appelés à voter lors de ces consultations destinées à renouveler les 147 députés à l'Assemblée nationale et les conseils municipaux de 218 communes.

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: RFI demande la relaxe d'un de ses correspondants  Africains d'Europe: Riyad Mahrez et Yaya Touré en difficulté, "Aubam" brille  Soutien affiché des Premiers ministres du Benelux 

élections

AFP

Mali: élections municipales sans entrain et sous tension

Mali: élections municipales sans entrain et sous tension

AFP

Mali: appel de Ban Ki-moon

Mali: appel de Ban Ki-moon

AFP

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

Elections municipales au Mali: fin de campagne sur fond de critiques

législatives

AFP

Gabon: législatives reportées au plus tard au 29 juillet 2017

Gabon: législatives reportées au plus tard au 29 juillet 2017

AFP

Maroc: les islamistes remportent les législatives

Maroc: les islamistes remportent les législatives

AFP

Les législatives au Maroc, des enjeux limités

Les législatives au Maroc, des enjeux limités

municipales

AFP

Mali: désaffection aux municipales plombées par les violences

Mali: désaffection aux municipales plombées par les violences

AFP

Municipales au Mali: cinq militaires tués dans une embuscade

Municipales au Mali: cinq militaires tués dans une embuscade

AFP

Mali: ambiance morose au lancement de la campagne pour les élections municipales

Mali: ambiance morose au lancement de la campagne pour les élections municipales