mis à jour le

Ecolières branchées, à Cape Town, le 10 novembre 2013.  REUTERS/Mike Hutchings
Ecolières branchées, à Cape Town, le 10 novembre 2013. REUTERS/Mike Hutchings

Comment Internet crée de la richesse en Afrique

Des chercheurs ont divisé le continent en quatre catégories: les leaders, les suiveurs, les émergents et les sous-classés.

Tous n'ont pas pris le train de la révolution numérique en même temps. Ce qui engendre une révolution à plusieurs vitesses sur le continent africain. D'après le McKinsey Global Institute, les pays africains peuvent être classés en quatre catégories en fonction de leur capacité à tirer profit d'Internet, relaie l'hebdomadaire Jeune Afrique.

Dans son rapport intitulé «Les Lions passent au numérique: le potentiel de transformation d'Internet en Afrique» publié le 20 novembre, l'institut de recherche juge que la contribution d'Internet au PIB annuel de l'Afrique pourrait passer de 18 milliards de dollars à 300 milliards de dollars en 2025. Mais le continent est une échelle trop grande pour se rendre compte des évolutions dans chacun des pays. L'institut a donc créé un «indice des piliers d'Internet» permettant de mesurer la part que pourrait représenter le numérique dans la production intérieure brut.

De là est né un classement et une division du continent africain en quatre catégories: les leaders, les suiveurs, les émergents et les sous-classés. Le Sénégal et le Kenya  tiennent le haut du classement. Selon l'institut, l'explication se trouve dans les politiques volontaristes des gouvernements: très vite, ils ont investi dans la fibre optique et misé sur la révolution nuémérique en cours.

«L'institut met également en avant les ressources consacrées par le Kenya et le Sénégal à la numérisation de l'éducation, de l'administration publique et des soins de santé», poursuit Jeune Afrique.

Parmi les «followers», on retrouve le Maroc et l'Afrique du Sud qui, relativement à leur taux de croissance élévés, investissent moins dans le numérique.

Classement des pays africains selon la contribution d'Internet au PIB ( %)

Sénégal - 3,3%
Kenya - 2,9%
Maroc - 2,3%
Mozambique - 1,6%
Afrique du Sud - 1,4%
Côte d'Ivoire - 1,3%
Tanzanie -1,3%
Cameroun-1,2%
Ghana -1,1%
Égypte -1%
Algérie - 0,8%
Nigeria - 0,8%
Éthiopie - 0,6%
Angola - 0,5

Lu sur Jeune Afrique

Slate Afrique

La rédaction de Slate Afrique.

Ses derniers articles: Des forces spéciales américaines combattent toujours les djihadistes au Mali  Les orphelinats africains ferment en masse et c'est une bonne nouvelle  La mort mystérieuse de l'ambassadeur russe au Soudan 

Internet

AFP

Ouganda: internet partiellement rétabli, le décompte législatif se poursuit

Ouganda: internet partiellement rétabli, le décompte législatif se poursuit

AFP

Mauritanie: le trafic internet perturbé par un incident sur un câble sous-marin

Mauritanie: le trafic internet perturbé par un incident sur un câble sous-marin

AFP

En Guinée équatoriale, internet est "une affaire de gros sous"

En Guinée équatoriale, internet est "une affaire de gros sous"

PIB

AFP

Ghana: première contraction du PIB depuis 37 ans au deuxième trimestre

Ghana: première contraction du PIB depuis 37 ans au deuxième trimestre

AFP

Le Pen promet 0,7% du PIB pour "la coopération avec l'Afrique"

Le Pen promet 0,7% du PIB pour "la coopération avec l'Afrique"

AFP

Les carences alimentaires de ses enfants coûtent 8% de PIB par an au Burkina

Les carences alimentaires de ses enfants coûtent 8% de PIB par an au Burkina

classement

AFP

Colère

Colère

AFP

Mort d'un activiste anti-Kabila: classement sans suite

Mort d'un activiste anti-Kabila: classement sans suite

Emergence

Les villes africaines qui vont compter

Les villes africaines qui vont compter