mis à jour le

Maroc: les députés votent le budget 2014, incidents devant le Parlement

Les députés marocains ont adopté mercredi soir le budget 2014, qui prévoit une réduction des dépenses et du déficit public à 4,9% du PIB, et des incidents se sont déroulés  devant le Parlement entre forces de l'ordre et diplômés chômeurs. 

Le projet de loi de finances (PLF) 2014, qui table sur une baisse de 3,1% du budget de l'État, à hauteur de 335,17 milliards de dirhams (environ 30 milliards d'euros), a été adopté par 164 députés contre 95.

Ce budget, qui doit encore être voté par la deuxième Chambre, entend ramener le déficit public à 4,9% du PIB, après le dérapage qui l'a porté l'an dernier à plus de 7%, du fait notamment du poids de la caisse de compensation.

Cette caisse, qui subventionne des produits de grande consommation, doit faire l'objet d'une profonde réforme afin de limiter son coût, lequel a culminé à près de 55 milliards de dirhams (5 milliards d'euros) en 2012.

A la faveur notamment d'une première mesure visant à indexer partiellement les prix du carburant, l'enveloppe consacrée à cette caisse ne devrait pas excéder 42 milliards de dirhams (près de 4 milliards EUR) cette année. Le Maroc prévoit en conséquence de ramener son déficit public à 5,5% du PIB à fin décembre.

Ce vote du PLF 2014 par les députés a par ailleurs été marqué par des affrontements, devant le Parlement, entre des policiers et plusieurs dizaines de jeunes diplômés au chômage, a constaté un journaliste de l'AFP.

Selon l'agence officielle MAP, plusieurs personnes, parmi un groupe de "300 diplômés chômeurs, ont tenté d'escalader la clôture arrière du siège du Parlement, avant d'être repoussés par les forces de l'ordre, après sommation".

Six policiers ont été blessés et 15 jeunes diplômés chômeurs interpellés, d'après la même source.

"Les chômeurs s'était enchaînés et voulaient manifester pacifiquement contre le projet de loi", a de son côté affirmé à l'AFP Ikram Sahli, elle-même diplômée en recherche d'emploi, qui a assisté aux affrontements.

Des groupes de jeunes diplômés chômeurs manifestent presque quotidiennement depuis plusieurs années pour réclamer un emploi dans la fonction publique, se référant à une promesse faite par le précédent gouvernement dans le contexte du printemps arabe.

AFP

Ses derniers articles: Violence homophobe: des Tunisiens témoignent dans un film inédit  Trois grands médias s'allient pour lancer InfoMigrants, site d'info pour les migrants  La Centrafrique doit rester 

députés

AFP

Côte d'Ivoire: les électeurs aux urnes pour choisir les députés

Côte d'Ivoire: les électeurs aux urnes pour choisir les députés

AFP

Burundi: les députés votent en faveur d'un retrait de la CPI

Burundi: les députés votent en faveur d'un retrait de la CPI

AFP

Les Marocains aux urnes pour choisir leurs députés

Les Marocains aux urnes pour choisir leurs députés

budget

AFP

Togo: la hausse des prix

Togo: la hausse des prix

AFP

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

Afrique du Sud: un budget très politique devant le Parlement

AFP

Tunisie: des avocats manifestent contre le projet de budget 2017

Tunisie: des avocats manifestent contre le projet de budget 2017

incidents

AFP

Maroc: nouveaux incidents entre supporters, l'Intérieur promet d'agir

Maroc: nouveaux incidents entre supporters, l'Intérieur promet d'agir

AFP

Afrique du Sud: appel au calme après des incidents xénophobes

Afrique du Sud: appel au calme après des incidents xénophobes

AFP

Afrique du Sud: l'opposition accable Zuma après les incidents au parlement

Afrique du Sud: l'opposition accable Zuma après les incidents au parlement