mis à jour le

Centrafrique: "mesures exceptionnelles" pour rétablir la sécurité

Le président centrafricain de transition, Michel Djotodia, affirme que des "mesures exceptionnelles" étaient prises pour rétablir la sécurité dans le pays, livré à une nouvelle vague de violences attribuées à des hommes armés issus de l'ex-rébellion Séléka, a annoncé un communiqué de la présidence mardi soir.

"Le chef de l'Etat rassure le peuple centrafricain sur sa détermination à traquer tous les criminels, les pillards, les fauteurs de troubles, les auteurs et autres complices de violations des droits humains", indique le communiqué, qui fait état d'une nouvelle agression contre un magistrat, grièvement blessé, dans la capitale dans la nuit de lundi à mardi.

"Des mesures exceptionnelles sont prises pour le rétablissement de la sécurité", ajoute le texte sans préciser la nature de ces mesures.

Depuis le renversement en mars du régime de François Bozizé par la coalition rebelle Séléka - dissoute en août - de M. Djotodia, la Centrafrique vit dans un climat d'insécurité généralisée, avec des violences quasi quotidiennes en province comme à Bangui. Cette situation a poussé lundi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon à demander l'envoi de 6.000 Casques bleus dans le cadre d'une éventuelle opération de maintien de la paix.

Dans certaines régions, ces violences ont pris un caractère intercommunautaire entre chrétiens et musulmans.

La diplomatie américaine s'est alarmée mardi d'une situation de "pré-génocide" dans le pays.

 

AFP

Ses derniers articles: Maroc: le leader de la contestation dans le nord recherché  Côte d'Ivoire: la police arrête le porte-parole des ex-combattants  Les chrétiens égyptiens enterrent leurs morts dans la douleur 

sécurité

AFP

Centrafrique: l'impossible retour à la normale

Centrafrique: l'impossible retour à la normale

AFP

La Tunisie veut croire en une embellie durable de sa sécurité

La Tunisie veut croire en une embellie durable de sa sécurité

AFP

Attentat de Sousse en Tunisie: six agents de sécurité inculpés

Attentat de Sousse en Tunisie: six agents de sécurité inculpés