mis à jour le

Le Liban victime du conflit syrien ?

Le Liban est de nouveau dans le deuil. Le pays du cèdre a été frappé, ce matin, par deux explosions qui ont fait au moins 23 morts et de une quarantaine de blessés. Le double attentat a été revendiqué par une cellule d'Al-Qaïda.

Les deux déflagrations ont visé, visiblement, l'ambassade iranienne à Beyrouth. Si l'ambassadeur s'en est sorti indemne, l'attaché culturel lui, a péri dans cet attentat qui risque de plonger ce petit beau pays de la Méditerranée dans un nouveau chaos. Selon les agences de presse, un responsable a confirmé la mort de l'attaché Ebrahim Ansari, tandis qu'Ali Hassan Khalil, ministre de la Santé, a aussi fait état de 146 blessés. Une source des services de sécurité a attribué les explosions à une voiture piégée, mais une autre a rapporté que deux roquettes avaient été tirées vers l'ambassade, située dans le sud de la capitale libanaise.

Le double attentat est attribué à un groupe jihadiste considéré comme lié au réseau extrémiste Al-Qaïda a revendiqué le « double attentat suicide ». « Il s'agit d'une double attaque pour laquelle deux de nos héros, des sunnites du Liban, sont tombés en martyrs », a écrit sut Twitter Sirajeddine Zreikat, un responsable des Brigades Abdallah Azzam, du nom du fondateur d'Al-Qaïda.

Il est clair que le double attentat d'aujourd'hui est lié, en grande partie, à la guerre civile en Syrie. Car, si les autorités libanaises ont montré une certaine distance vis-à-vis d'un conflit qu'elles estiment interne à leur voisin, des factions armées, notamment le Hezbollah, sont parties prenantes des combats entre le régime d'El-Assad et l'opposition armée.  Le parti de Nasrollah combat précisément aux côtés de l'armée régulière et des combattants iraniens. Or, parmi les opposants armés à El-Assad, se trouvent des milices djihadistes proches d'Al Qaïda. Et ces dernières ne semblent pas pardonner à l'Iran son immersion dans le conflit syrien, d'autant plus qu'en plus d'envoyer des gardiens de la Révolution combattre aux coté d'Al-Assad, Téhéran finance et arme le Hezbollah.

Le Liban se trouve ainsi mêlé à un conflit qui ne le concerne pourtant pas directement. Et ce n'est pas la première fois que le pays du Cèdre est touché de cette manière. Il y a quelques mois, des combats entre factions rivales avaient éclaté à Tripoli, plus au Nord, pas loin de la frontière syrienne. Ce qui remet dans les esprits les longues guerres civiles vécues par ce pays.

Essaïd Wakli

The post Le Liban victime du conflit syrien ? appeared first on Algérie Focus.

Algérie Focus

Ses derniers articles: En Algérie, le remaniement accouche d'un gouvernement sans hommes politiques  Un coup d’Etat en Algérie: la folle prédiction israélienne qui amuse les Algériens  Une enquête inédite révèle l'immense patrimoine immobilier parisien de dirigeants algériens 

Liban

AFP

Libération du fils de l'ancien dirigeant libyen Kadhafi enlevé au Liban

Libération du fils de l'ancien dirigeant libyen Kadhafi enlevé au Liban

Découvertes

Jennifer, l'Americaine qui chante si bien Oum Kalthoum

Jennifer, l'Americaine qui chante si bien Oum Kalthoum

Prières

Prières nocturnes dans les églises du Liban pour la Syrie

Prières nocturnes dans les églises du Liban pour la Syrie

victime

AFP

L'Afrique victime colatérale de la Fed, de la BCE et du Brexit

L'Afrique victime colatérale de la Fed, de la BCE et du Brexit

AFP

Gabon: victime du pétrole, Port-Gentil redoute "la moindre étincelle"

Gabon: victime du pétrole, Port-Gentil redoute "la moindre étincelle"

AFP

Le dictateur tchadien Habré versera jusqu'

Le dictateur tchadien Habré versera jusqu'

conflit

AFP

Centrafrique: les grands mammifères, victimes collatérales du conflit

Centrafrique: les grands mammifères, victimes collatérales du conflit

AFP

Baisse des effectifs de l'ONU au Darfour: le conflit est "clos", selon Khartoum

Baisse des effectifs de l'ONU au Darfour: le conflit est "clos", selon Khartoum

AFP

Nigeria: les orphelins du conflit de Boko Haram dans la jungle urbaine

Nigeria: les orphelins du conflit de Boko Haram dans la jungle urbaine