mis à jour le

Egypte: manifestations pro et anti-armée au Caire

La police égyptienne a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des Egyptiens opposants et partisans de l'armée qui se lançaient des pierres au Caire mardi, jour anniversaire de manifestations contre les militaires réprimées dans le sang il y a deux ans.

Des centaines de manifestants étaient venus commémorer le 19 novembre 2011, premier jour d'une semaine sanglante durant laquelle une quarantaine de manifestants hostiles au pouvoir intérimaire de l'armée après la chute de Hosni Moubarak, avaient été tués par les forces de l'ordre aux abords de la place Tahrir.

Les heurts de mardi ont éclaté en fin de manifestation près du siège de la Ligue arabe, à l'une des extrémités de la place Tahrir, où le gouvernement installé par l'armée le 3 juillet après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, avait inauguré la veille en grande pompe un "Mémorial des martyrs".

Les pro et anti-armée se sont lancé des pierres et la police a tiré des gaz lacrymogènes pour les disperser, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Les manifestants à Tahrir ont répondu à l'appel de mouvements de la jeunesse hostiles aussi bien aux islamistes qu'à l'armée, et qui considèrent que le Mémorial érigé par un gouvernement dirigé de facto par les militaires est une "insulte" à la mémoire des "martyrs".

Dès lundi soir, ils avaient recouvert le mémorial de graffitis et de peinture rouge symbolisant le sang des personnes tuées, avant de l'endommager. 

"Faire la fête sur des chants à la gloire de l'armée est une provocation", a estimé Magda al-Masrya, une manifestante de 50 ans, vêtue de noir et le visage ceint d'un voile gris. "Nous, nous sommes là aujourd'hui en mémoire des martyrs, en deuil".

Certains membres du gouvernement actuel étaient également au pouvoir au moment des événements de novembre 2011, note Reni Rafat, une jeune manifestante venue avec des amis. "Nous voulons que ceux qui sont responsables soient jugés, pas qu'on nous organise des célébrations", poursuit-elle.

Mahmoud Hicham, étudiant de 21 ans, affirme que "la révolution n'est pas finie". "En trois ans, nous avons eu trois régimes et trois traîtres: Moubarak, l'armée et les Frères musulmans", la confrérie islamiste de M. Morsi, lance-t-il.

Face à eux, quelques dizaines de partisans de l'armée et de son commandant en chef, le général Abdel Fattah al-Sissi, brandissaient des portraits du nouvel homme fort de l'Egypte.

Les partisans de M. Morsi, premier président démocratiquement élu en Egypte, cibles d'une répression sanglante depuis sa destitution, n'avaient pour leur part pas appelé à manifester mardi comme ils le font pourtant quotidiennement depuis le coup de force des militaires.

La présence policière et militaire autour de la place Tahrir, épicentre de la révolte lancée début 2011, restait discrète, selon des journalistes de l'AFP.

Le ministère de l'Intérieur a prévenu qu'il répondrait fermement à toute violence mardi.

AFP

Ses derniers articles: La RD Congo autorise des tests de vaccin anti-Ebola  Maroc: fin de cavale pour un leader de la contestation  Un "dirigeant" du groupe EI en Tunisie tué dans une embuscade 

manifestations

AFP

Afrique du Sud: nouvelles manifestations anti-Zuma

Afrique du Sud: nouvelles manifestations anti-Zuma

AFP

Manifestations en Afrique du Sud pour le départ de Zuma

Manifestations en Afrique du Sud pour le départ de Zuma

AFP

Guinée: au moins 5 morts lors de manifestations

Guinée: au moins 5 morts lors de manifestations

Caire

AFP

Trois policiers tués dans une attaque au Caire

Trois policiers tués dans une attaque au Caire

AFP

Egypte: des hommes armés abattent trois policiers au Caire

Egypte: des hommes armés abattent trois policiers au Caire

AFP

Egypte: deux statues pharaoniques découvertes près du Caire

Egypte: deux statues pharaoniques découvertes près du Caire