mis à jour le

Nigéria: l'ex-otage Francis Collomp est attendu lundi matin

Francis Collomp, enlevé en décembre 2012 au Nigeria par un groupe islamiste, est libre après avoir réussi à s'évader ce weekend et est attendu lundi à Paris, dernier rebondissement de trois semaines agitées pour les otages français dans le monde.

L'annonce de cette "libération" a été faite "avec joie" dimanche en fin de matinée par François Hollande. Ses proches ont immédiatement fait part à l'AFP de leur "immense" soulagement.

Il reste sept otages français dans le monde, après trois semaines marquées par une alternance spectaculaire de nouvelles heureuses et tragiques.

Les quatre otages d'Arlit, au Niger, ont ainsi été libérés fin octobre après plus de trois ans de détention, mais quelques jours plus tard, le 2 novembre, deux envoyés spéciaux de Radio France internationale (RFI), Ghislaine Dupont et Claude Verlon, ont été enlevés et tués dans le nord-est du Mali. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le père Georges Vandenbeusch a été enlevé dans le nord du Cameroun et probablement emmené au Nigeria voisin, où Francis Collomp vient de s'évader.

Le président Hollande a exprimé dans un communiqué "toute sa gratitude aux autorités du Nigeria". L'ex-otage "s'est libéré" lui-même, a-t-il ensuite confirmé à Jérusalem où il effectue une visite.

Francis Collomp, un ingénieur de 63 ans, a profité d'une opération de l'armée nigériane contre le groupe qui le détenait, ponctuée d'échanges de tirs, pour s'évader, la porte de sa cellule n'étant pas fermée, a-t-on affirmé à l'AFP de source proche du dossier.

Selon la version de la police nigériane, Francis Collomp, qui était gardé ces deux derniers mois à Zaria, dans l'Etat septentrional de Kaduna, a échappé samedi "pendant la prière" à ses ravisseurs qui "n'avaient pas verrouillé la porte de sa cellule".

Après sa fuite à pied puis en taxi-moto, il a rejoint un commissariat de Zaria d'où il a été emmené à Kaduna, capitale de l'Etat, a déclaré le commissaire de cette ville, Femi Adenaike Adeleye.

A Kaduna, Francis Collomp, fraîchement rasé, vêtu d'un jean et d'une chemise bleu clair sur un T-shirt blanc, avait les traits tirés et l'air extrêmement fatigué. Selon un responsable du Quai d'Orsay, il "a perdu 30 kilos" depuis son rapt mais "garde un mental très solide grâce aux exercices intellectuels et physiques" pratiqués en captivité.

Le Français avait été enlevé par une trentaine d'hommes armés le 19 décembre 2012 dans l'Etat de Katsina, dans le nord nigérian, où il travaillait sur un projet de ferme éolienne pour le compte de la société française Vergnet. Ansaru, groupe islamiste probablement lié à la secte Boko Haram, avait revendiqué l'enlèvement, invoquant notamment le rôle de la France au Mali.

"Affaibli"

Remis à des représentants de l'ambassade de France, l'ex-otage est arrivé dimanche après-midi à Abuja, capitale fédérale du pays le plus peuplé d'Afrique, où était attendu le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

"Affaibli" mais en état de voyager, Francis Collomp devait quitter "en fin de soirée" le Nigeria à bord d'un avion médicalisé pour arriver à Paris lundi "vers 06H00", selon un responsable du Quai d'Orsay.

"Je suis restée bouche bée, je ne réalise pas encore, c'est la joie", s'est réjouie auprès de l'AFP, à La Réunion où elle vit, Anne-Marie Collomp, son épouse, qui était à la plage lorsque les autorités lui ont appris la nouvelle. Entourée de ses proches et d'amis, elle a ensuite dansé, un portrait de son mari dans une main, un verre de champagne dans l'autre.

Fin septembre, une vidéo de l'otage avait été diffusée par le groupe Ansaru. Portant un collier de barbe, il lisait une déclaration avec un homme armé en arrière-plan. Sa famille était très inquiète car il nécessite un traitement régulier après avoir subi un triple pontage il y a plus de dix ans.

Le président de la République a assuré que la France continuerait "inlassablement à travailler" pour la "liberté" des sept Français "encore retenus en otage en Syrie, au Mali et au Nigeria".

Outre le père Vandenbeusch, que Boko Haram affirme détenir, Serge Lazarevic a été enlevé le 24 novembre 2011 dans le nord-est du Mali par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et Gilberto Rodriguez Leal est retenu depuis le 20 novembre 2012, jour de son rapt près de Kayes, dans l'ouest malien.

En Syrie, quatre journalistes français sont otages: Didier François, grand reporter à Europe 1, et Edouard Elias, photographe indépendant, depuis le 6 juin, ainsi que le reporter Nicolas Hénin et le photographe Pierre Torrès depuis le 22 juin.

 

NGA

AFP

Enlèvement au Cameroun: Boko Haram affirme détenir le père Vandenbeusch

Enlèvement au Cameroun: Boko Haram affirme détenir le père Vandenbeusch

AFP

Mondial-2014: le Nigeria au rendez-vous

Mondial-2014: le Nigeria au rendez-vous

Paris

AFP

Enquête sur Lafarge en Syrie: trois ex-salariés syriens entendus

Enquête sur Lafarge en Syrie: trois ex-salariés syriens entendus

AFP

En Libye, Le Drian souligne l'"engagement" de Paris en faveur d'un règlement

En Libye, Le Drian souligne l'"engagement" de Paris en faveur d'un règlement

AFP

Crise migratoire: sommet de dirigeants africains et européens

Crise migratoire: sommet de dirigeants africains et européens