mis à jour le

Libye: le n

Le numéro deux des renseignements libyens a été enlevé dimanche à Tripoli, où les habitants observent une grève générale pour dénoncer les heurts meurtriers des deux derniers jours, qui font craindre une escalade de la violence.

"Le vice-président des renseignements a été enlevé peu après son retour à Tripoli d'un voyage à l'étranger", a déclaré un responsable de sécurité à l'AFP.

Un ex-commandant rebelle qui était aux côtés de Mustapha Nouh lors de son enlèvement a expliqué à une chaîne de télévision que des hommes armés les avaient arrêtés à leur sortie de l'aéroport, les forçant à monter dans une voiture dont la destination lui était inconnue. Lui a pu s'échapper en ouvrant sa portière, a-t-il ajouté. 

En outre, des dizaines de manifestants ont envahi sans violence la salle du Congrès général national (CGN), plus haute autorité du pays, pour réclamer le départ des milices de Tripoli.

Vendredi, une manifestation dans la capitale contre une de ces milices a dégénéré en affrontements armés et fait plus de 40 morts, les violences les plus meurtrières à Tripoli depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

La situation était redevenue plutôt calme dimanche dans la ville et dans sa banlieue-est, où, la veille, des groupes armés ont empêché des miliciens originaires de Misrata (200 km à l'est de Tripoli) de venir épauler leurs camarades, dont l'immense majorité des villas avaient été incendiées vendredi.

Tout avait commencé plus tôt dans la journée, quand une milice de Misrata, installée dans le quartier de Gharghour dans le sud de Tripoli, avait tiré sur des manifestants pacifiques venus réclamer son départ de la capitale.

En représailles, des hommes armés ont attaqué le QG de cette milice et incendié les maisons dans lesquelles elle était installée, au prix d'affrontements qui ont fait au moins 43 morts et plus de 450 blessés, selon le ministère de la Santé.

Le ministère de la Défense a par ailleurs ordonné la démolition de ces villas, d'ancienne demeures de proches du régime Kadhafi investies par les rebelles en 2011. Ils refusent de quitter ces sites qu'ils occupent dans la capitale, qu'ils considèrent comme un butin de leur guerre contre le régime de Kadhafi.

 

Impunité des milices 

 

Ces évènements ont ravivé la colère à Tripoli: le Conseil local (équivalent d'une mairie) a appelé à une grève générale de trois jours "en signe de deuil" et de solidarité avec les familles des victimes. 

Et des habitants, exaspérés par les exactions des milices, ont appelé samedi à la désobéissance civile, érigeant des barricades sur d'importantes artères et brûlant des pneus. Dimanche en fin d'après-midi, plusieurs routes étaient fermées à la circulation.

Dans la vieille ville et au centre de Tripoli, ainsi que dans les banlieues de Fachloum, Tajoura (est) et de Janzour (ouest), les magasins ont laissé leurs rideaux baissés, à l'exception de quelques commerces alimentaires et cafés, selon des journalistes de l'AFP.

Les banques ont fermé leurs portes, ainsi que la plupart des écoles et des universités.

"Malheureusement, plusieurs écoles ont fermé aujourd'hui", a indiqué à l'AFP un porte-parole du ministère de l'Enseignement, sans pouvoir préciser la proportion des grévistes.

"Les événements de ces derniers jours (...) illustrent l'étendue des actes irresponsables des milices (...) et l'incapacité du gouvernement à les contrôler", a estimé Hanan Salah, représentante de Human Rights Watch en Libye.

Déplorant l'impunité des milices en raison des dysfonctionnements du système judiciaire libyen depuis l'insurrection de 2011, Mme Salah a estimé que "la priorité pour les autorités est maintenant d'avoir une emprise sur ces groupes rebelles, les désarmer (...) et leur demander des comptes pour les crimes commis". "Sinon, il y a un risque réel d'une escalade de la violence", a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, le Conseil local de Tripoli a appelé les habitants de la capitale "au calme et à la retenue", les invitant à donner une chance à des médiations en cours en vue de mettre fin aux violences.

Les Tripolitains protestent régulièrement contre la présence de factions armées. Venues d'autres localités, elles avaient participé à la libération de Tripoli du régime de Mouammar Kadhafi en août 2011, mais, profitant du vide sécuritaire, n'ont pas quitté la capitale.

 

LBY

AFP

Nouveaux heurts

Nouveaux heurts

AFP

Libye: plus de 31 morts et 285 blessés dans les heurts de Tripoli

Libye: plus de 31 morts et 285 blessés dans les heurts de Tripoli

AFP

Libye: plus de 900 militaires licenciés

Libye: plus de 900 militaires licenciés

renseignements

AFP

L'armée kényane dit avoir tué le chef des renseignements des islamistes shebab

L'armée kényane dit avoir tué le chef des renseignements des islamistes shebab

AFP

Kenya: l'armée affirme avoir tué le chef des renseignements des shebab

Kenya: l'armée affirme avoir tué le chef des renseignements des shebab

AFP

Somalie: un chef des renseignements shebab tué dans une frappe américaine

Somalie: un chef des renseignements shebab tué dans une frappe américaine

escalade

AFP

Un manifestant tué dans le sud tunisien, crainte d'une escalade

Un manifestant tué dans le sud tunisien, crainte d'une escalade

AFP

Cameroun: escalade dans les attaques de Boko Haram, au moins trois morts

Cameroun: escalade dans les attaques de Boko Haram, au moins trois morts

La rédaction

Revue de Presse. Nouvelle escalade des tensions : le Maroc rappelle son ambassadeur

Revue de Presse. Nouvelle escalade des tensions : le Maroc rappelle son ambassadeur