mis à jour le

On vous le dit

Des matériaux réversibles pour projets touristiques   En se rendant dans la région de Tamanrasset, Mohamed Lamine Hadj Saïd, ministre du Tourisme et de l'Artisanat, a visité le campement du Festival international des arts de l'Ahaggar et l'exposition du Cap terre, «De terre et d'argile». Il a déclaré qu'il fallait encourager la construction en matériaux locaux, tout en exprimant sa «pleine adhésion» à la démarche du Cap terre. Dans ce sens, le ministre a déclaré que son département «s'évertue à décourager les éventuels investisseurs d'utiliser des matériaux incompatibles avec les matériaux locaux». Selon le ministre, nous n'avons pas le droit d'hypothéquer l'avenir touristique de l'Algérie. Aussi, il incite les architectes à n'utiliser que des matériaux réversibles. Car on n'a plus le droit de bétonner. Prolifération des chiens errants à Boudouaou   La cité Soummam, sise à l'ouest de la ville de Boudouaou (Boumerdès), est devenue le coin de prédilection des chiens errants qui sèment la terreur parmi les habitants. Des écoliers et même des personnes adultes sont souvent menacés, surtout en début de matinée, par ces bêtes qui peuvent s'avérer très dangereuses. Ces chiens errants circulent en toute tranquillité, accentuant davantage leur dangerosité. Leur prolifération est due notamment à l'insalubrité qui règne dans ce quartier. La situation empire de jour en jour, mais les autorités locales sont toujours aux abonnés absents, et ce, malgré les réclamations des résidents pour lancer une opération d'abattage de ces canidés. Une filière djihadiste vers la Syrie démantelée en banlieue parisienne                     Quatre hommes, âgés de 22 à 35 ans, ont été   arrêtés, mardi, en banlieue parisienne dans le cadre du démantèlement d'une filière djihadiste vers la Syrie, selon une source proche du dossier. L'un de ces hommes, âgé de 24 ans, est le leader présumé de cette filière. Il a été arrêté à Vitry-sur-Seine, tout près de Paris, par les enquêteurs du contre-espionnage de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI),  agissant dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte l'été dernier. Il était en contact avec «des facilitateurs» dans la zone, a précisé la source. Les trois autres, dont l'enquête a démontré que deux au moins se sont rendus en Syrie pour combattre dans les rangs du groupe islamiste Front   Al Nosra, ont été interpellés à Cachan et Thiais, également au sud de Paris. Trois des mis en cause sont nés en France et le quatrième au Maroc, mais leurs nationalités n'ont pas été précisées.