mis à jour le

Défilé militaire des élèves de polytechnique à Bastille, REUTERS/Gonzalo Fuentes
Défilé militaire des élèves de polytechnique à Bastille, REUTERS/Gonzalo Fuentes

Pourquoi les jeunes Africains formés dans les grandes écoles hésitent à rentrer au pays

Ils viennent au départ avec l'intention de repartir aider le continent, mais seule la moitié s’y tient.

Cette prestigieuse école que l’on pensait réservée à l’élite européenne se diversifie et accueille désormais beaucoup plus d’africains. Selon Jeune Afrique, en 2012, ils représentaient 27% des élèves étrangers. Ils sont majoritairement Marocains, «en raison des classes préparatoires de qualités.»

Ainsi on retrouve parmi eux «313 Marocains, 181 Tunisiens et une trentaine d’Algériens, de Sénégalais, de Camerounais» parmi le cercle d’anciens élèves.

«De plus en plus d'Africains tentent leur chance», explique Mathieu Le Traon, directeur adjoint des relations internationales. Car depuis 1995, l’X a également ouvert ses portes aux élèves en licence de Mathématiques ou Physique, toutes nationalités confondues. C’est donc par cette voie qu’arrivent la plupart des élèves subsahariens qui intègrent le fameux cursus, polytechnique.

Afin de ne pas jeter ces jeunes dans la nature, un groupe d’entraide a été créé : X-Afrique. Mis à part les cercles de réflexion, le groupe cofondé par Alain Ducass et Hatime Araki en 2003, organise le parrainage de nouveaux élèves. Khadija Lahlou, étudiante marocaine en deuxième année du cycle ingénieur en bénéficie.

«Je suis parrainée par un Marocain entré à Polytechnique en 1962, cinquante ans avant moi !»

Indépendamment de ce système de parrainage, le cursus en lui-même donne à ces élèves l’occasion de se créer un bon carnet d’adresses. Ceux qui étaient donc venus pour étudier puis repartir dans leur pays changent généralement de projet, à défaut d’avoir des offres attractives.

Seule une moitié repart directement sur le continent, à l’inverse de  Khadija Lahlou : «Je veux me faire une expérience à l'international puis, dans une dizaine d'années, rentrer au Maroc pour rejoindre un groupe comme l'ONE [Office national de l'électricité] ou l'OCP».

Lu sur Jeune Afrique

Greta Mulumbu

Journaliste

Ses derniers articles: Les accros du pouvoir  Ce qu'il ne faudra pas recommencer en 2014  Elles vont compter en 2014 

France

AFP

L'ex-otage Thierry Frezier, enlevé au Tchad, est arrivé en France

L'ex-otage Thierry Frezier, enlevé au Tchad, est arrivé en France

Politique

Le plébiscite d'Emmanuel Macron chez les expatriés français d'Algérie

Le plébiscite d'Emmanuel Macron chez les expatriés français d'Algérie

AFP

Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine entre la France et le Sénégal

Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine entre la France et le Sénégal

Africains

AFP

Africains d'Europe: Salah régale, Nakoulma enchaîne

Africains d'Europe: Salah régale, Nakoulma enchaîne

AFP

Après l'ivoire, la peau des ânes africains au coeur d'un trafic meurtrier

Après l'ivoire, la peau des ânes africains au coeur d'un trafic meurtrier

AFP

Africains d'Europe: Mahrez refait parler de lui, 'Aubame' marque encore

Africains d'Europe: Mahrez refait parler de lui, 'Aubame' marque encore

Maroc

AFP

Quand la SNCF allait chercher des cheminots au Maroc

Quand la SNCF allait chercher des cheminots au Maroc

AFP

Le Rif, région frondeuse du nord du Maroc

Le Rif, région frondeuse du nord du Maroc

AFP

Le Maroc veut sauver le singe magot, un macaque en danger

Le Maroc veut sauver le singe magot, un macaque en danger