mis à jour le

La RDC veut voir aboutir son dialogue avec le M23

La République démocratique du Congo (RDC) veut voir aboutir "dans un délai raisonnable" son dialogue avec les ex-rebelles du M23 pour mettre un terme à 18 mois de conflit armé, a assuré jeudi le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

"Le gouvernement de la RDC réaffirme sa volonté de mener à bon terme les pourparlers de Kampala (en Ouganda) en procédant à la signature, avec le M23, d'un document" qui mettre fin au conflit entre cette rébellion et l'armée congolaise, a dit M. Mende lors d'une conférence de presse à Kinshasa.

Sans être un "accord", ce document permettrait "juridiquement de donner une force contraignante à la déclaration de renonciation à la rébellion qu'a faite le M23 le 5 novembre et de régler les questions liées au cantonnement, au désarmement, à la démobilisation et à la réinsertion sociale de ses ex-combattants", a ajouté M. Mende.

Si aucun consensus n'est trouvé "dans un délai raisonnable", le gouvernement appliquera les principales dispositions sur lesquelles les deux parties s'étaient entendues avant le 5 novembre, date de la défaite militaire du M23, a indiqué le porte-parole, également ministre de la Communication.

Mais il n'est pas question de réintégrer automatiquement dans l'armée les anciens combattants du M23 qui le souhaiteraient, a précisé M. Mende pour qui "on ne peut pas être intégré au sein des forces armées par le fait d'avoir été membre du M23".

Néanmoins, a-t-il expliqué, les membres du M23 qui auront bénéficié de l'amnistie individuelle que le gouvernement prévoit d'accorder à ceux qui ne se seraient pas rendus coupables de crimes graves pourront à terme se présenter aux bureaux de recrutement de l'armée, une fois qu'ils auront récupéré leurs droits et qu'ils auront été réinsérés dans la société congolaise.

Le Mouvement du 23 Mars (M23), est né d'une mutinerie, en avril 2012, d'anciens rebelles qui avaient été réintégrés dans l'armée. Il a annoncé le 5 novembre, quelques heures après avoir été chassé des derniers bastions qu'il occupait dans la riche province minière du Nord-Kivu (est de la RDC), qu'il renonçait à la lutte armée.

Mais Kinshasa refuse de sceller avec le M23 un "accord de paix", estimant que cela équivaudrait, selon M. Mende, à donner "un statut légitime à une force négative", qui plus est défaite par les armes.

Le département d'Etat américain, qui dispose d'un envoyé spécial pour la région des Grands lacs, Russ Feingold, a dit "regretter que le gouvernement de la RDC et le groupe rebelle M23 ne soient pas parvenus à signer un document définitif à Kampala", notant toutefois l'absence de "divergences substantielles entre les deux camps".

Des dissensions sont apparues à Kampala au sein de l'ex-rébellion quand Serge Kambasu Ngeve, membre du bureau politique du M23 a annoncé son intention de "sauver le mouvement", qui "va dans la mauvaise direction" du fait du refus de son président, Bertrand Bisimwa, de signer une déclaration commune sur le modèle de ce que demande Kinshasa.

"Si M. Bisimwa refuse de signer, nous signerons", a ajouté M. Kambasu, affirmant avoir le soutien de la majorité du mouvement.

Pour Kinshasa, "la tendance qui a accepté les positions du gouvernement est la plus réaliste. Maintenant, nous aimerions bien [...] qu'une prise de conscience puisse se faire jour [au niveau de la médiation ougandaise] et que l'on se rapproche de la position de ceux qui nous paraissent les plus raisonnables", a estimé M. Mende, qui a accusé l'Ouganda de faire le jeu du M23.

COD

Mauritanie

Le retour fracassant du président Abdel Aziz

Le retour fracassant du président Abdel Aziz

RDC

AFP

CAN: la RDC lorgne la qualif', le Maroc au pied du mur

CAN: la RDC lorgne la qualif', le Maroc au pied du mur

AFP

CAN: la RDC surprend le Maroc et prend les commandes

CAN: la RDC surprend le Maroc et prend les commandes

AFP

Crise politique en RDC : le pouvoir passe en force

Crise politique en RDC : le pouvoir passe en force

dialogue

AFP

RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue

RD Congo: dialogue politique de la dernière chance en vue

AFP

Guinée: le dialogue politique bloqué par des divergences sur les élections locales

Guinée: le dialogue politique bloqué par des divergences sur les élections locales

AFP

Gabon: Ping rejette l'appel au dialogue lancé par Bongo

Gabon: Ping rejette l'appel au dialogue lancé par Bongo