mis à jour le

Prêtre enlevé: traque des ravisseurs lancée au Cameroun et au Nigeria

La traque des ravisseurs est lancée vendredi au Cameroun et au Nigeria pour retrouver le prêtre français enlevé près de la frontière entre les deux pays selon un mode opératoire "portant la signature", pour Yaoundé, du groupe islamiste armé nigérian Boko Haram.

Au Nigeria comme au Cameroun, "il y a des forces de sécurité déployées encore ce matin (vendredi)" pour retrouver les ravisseurs du père Georges Vandenbeusch, enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi dans l'extrême-nord du Cameroun par une "dizaine d'hommes lourdement armés", a assuré à l'AFP un officier de la police camerounaise, s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Si le rapt du religieux n'a pas été revendiqué jusqu'à présent, le gouvernement camerounais a mis en cause dès jeudi soir Boko Haram, qui avait revendiqué l'enlèvement en février d'une famille française - libérée en avril - dans cette même région.

"Cet acte porte leur signature (de Boko Haram). C'est une forte probabilité mais nos services de renseignements y travaillent pour en avoir le coeur net", a déclaré le porte-parole du gouvernement camerounais, Issa Tchiroma Bakary, ajoutant: "Nous craignons qu'ils (les ravisseurs et leur otage) ne soient déjà hors de notre territoire".

Plusieurs témoignages ont fait état dès jeudi de la fuite des ravisseurs et du religieux français au Nigeria après son enlèvement dans la localité de Nguetchewe (environ 700 km au nord-est de Yaoundé), située à une trentaine de kilomètres de la frontière.

Des éléments matériels corroborent cette hypothèse.

 "Dans la précipitation, les assaillants ont abandonné (sur le sol camerounais) 309 balles de fusil d'assaut Kalachnikov" et les "papiers officiels du prêtre (ont été) retrouvés le long de la route" menant au Nigeria, a rapporté vendredi la radio d'Etat camerounaise. Une valise vide avec un chéquier au nom du père Georges a également été découverte sur cette même route.

Selon des soeurs présentes dans la paroisse au moment de l'enlèvement, mercredi vers 23H00 (22H00 GMT), les ravisseurs "cherchaient de l'argent". "Ils nous ont demandé de l'argent", a raconté l'une d'elles, soeur Françoise, à l'AFP.

"Zone formellement déconseillée"

Vendredi à la mi-journée, le gouvernement nigérian ne s'était pas exprimé sur cette affaire. 

Le gouvernement français est lui resté prudent. "On est en train de préciser les circonstances de son enlèvement, essayer de retrouver qui l'a enlevé et tous les moyens sont déployés pour essayer de le retrouver et de le libérer", a expliqué jeudi le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius.

Selon une source policière camerounaise sous couvert d'anonymat, les services de renseignement camerounais soupçonnaient Boko Haram de planifier des "enlèvements d'Européens" dans l'extrême-nord, sans pouvoir identifier les cibles potentielles des ravisseurs.

La zone "était formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d'enlèvement", selon Paris. "Il lui avait plusieurs fois été précisé que c'était une zone dangereuse" et "on lui avait recommandé expressément de ne pas y rester, mais il avait estimé qu'il devait y rester", a ajouté M. Fabius.

Le rapt du curé est survenu dans la région où sept Français d'une même famille, les Moulin-Fournier (un couple, leur quatre enfants, et le frère du mari), avaient été enlevés en février lors d'une visite au parc naturel de Waza, réputé pour la richesse de sa faune. Ils avaient été libérés fin avril.

Leur rapt avait été revendiqué par Boko Haram, actif dans le nord du Nigeria, une zone troublée depuis plusieurs années par des attentats et des assassinats. Depuis mai, les forces de sécurité nigérianes poursuivent une vaste offensive meurtrière contre les fiefs du groupe dans le nord-est du pays.

Le père Georges s'occupait notamment d'aider les quelque 10.000 réfugiés nigérians ayant fui au Cameroun.

 

prêtre

AFP

Egypte: un prêtre copte tué par des jihadistes dans le Nord-Sinaï

Egypte: un prêtre copte tué par des jihadistes dans le Nord-Sinaï

AFP

Génocide au Rwanda: le prêtre Wenceslas passif mais pas complice pour les juges

Génocide au Rwanda: le prêtre Wenceslas passif mais pas complice pour les juges

AFP

Génocide au Rwanda: non-lieu pour le prêtre visé par la première plainte en France

Génocide au Rwanda: non-lieu pour le prêtre visé par la première plainte en France

CMR

AFP

Mondial-2014: le Cameroun se qualifie pour sa 7e Coupe du monde

Mondial-2014: le Cameroun se qualifie pour sa 7e Coupe du monde

AFP

Un prêtre français enlevé au nord Cameroun, probablement emmené au Nigeria

Un prêtre français enlevé au nord Cameroun, probablement emmené au Nigeria

traque

AFP

Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes

Libye: dans Syrte repris, la traque aux derniers jihadistes

AFP

Nigeria: la police traque les ravisseurs de trois lycéennes

Nigeria: la police traque les ravisseurs de trois lycéennes

AFP

Gambie: la traque des auteurs de l'attaque bouleverse le quotidien

Gambie: la traque des auteurs de l'attaque bouleverse le quotidien