mis à jour le

Vallée de l’Ourika : Extension du système de prévention des crues

L’Agence du bassin hydraulique du Tensift (ABHT) a inauguré, lundi à l’Ourika (province d’Al Haouz), les infrastructures d’extension du Système de prévision et d’alerte contre les crues (SPAC) dans les vallées de l’Ourika et Rhérhaya, un projet financé par un don de l’Agence japonaise de coopération (JICA) de 58 millions de dirhams (MDH).

La cérémonie d’inauguration de ce dispositif, doté d’équipements technologiques de pointe, s’est déroulée à la commune de l’Ourika, en présence du gouverneur de la province d’Al Haouz, Younès Bathaoui et de l’ambassadeur du Japon au Maroc, Tsuneo Kurokawa.

Le projet, réalisé par l’AHBT, compte au total 15 stations d’observations des précipitations et de niveau d’eau ainsi que 13 stations d’alertes.

Une convention d’exploitation et de maintenance du SPAC des bassins versants d’Ourika et de Rhérhaya a été signée, à cette occasion, entre l’ABHT, la province d’Al Haouz, la Direction régionale des Eaux et Forêts et de Lutte contre la Désertification et la Délégation provinciale de l’équipement et des transports.

Intervenant à cette occasion, M. Bathaoui a souligné que le projet de mise en place du SPAC dans les vallées de l’Ourika et Rhérhaya constitue un mécanisme important et stratégique pour assurer la sécurité aussi bien des touristes que des populations riveraines des oueds dans ces deux vallées.

Il vise la sécurisation de ces régions grâce à des actions préventives reposant sur la réduction optimale de la vulnérabilité de ces zones face aux aléas climatiques dont notamment les inondations, a-t-il expliqué.

A travers la mise en place des SPAC, les pouvoirs publics visent l’amélioration de l’attractivité des vallées d’Ourika et de Rhérhaya afin d’en faire une destination de prédilection du tourisme de montagne, a ajouté M. Bathaoui qui a rappelé qu’un tel dispositif permettra de parer efficacement aux risques des crues. A rappeler, qu’une crue meurtrière de l’Oued Ourika avait fait en août 1995 plusieurs dizaines de victimes et de grands dégâts matériels.

Le gouverneur a, en outre, relevé que ce projet, qui traduit l’excellence des relations historiques liant le Maroc et le Japon, a permis de tirer profit de l’expertise japonaise dans le domaine de la gestion des catastrophes naturelles.

De son côté, l’ambassadeur du Japon au Maroc, Tsuneo Kurokawa, a souligné que le gouvernement de son pays, visait, à travers le financement des SPAC, à accompagner le Plan National de Protection contre les Inondations (PNI).

La réalisation de ce projet traduit la qualité des relations entre les deux pays, a-t-il ajouté, relevant que la mise en place du SPAC est de nature à sauver des vies humaines en cas de catastrophes naturelles.

M. Kurokawa a affirmé, à cette occasion, que son pays continuera à appuyer ce projet financièrement et techniquement.

Le directeur de la recherche et de la planification de l’eau (DRPE) du ministère délégué chargé de l’Eau, Majid Benbiba, a quant à lui, relevé que le Maroc se trouve confronté régulièrement aux inondations, mettant en relief le PNI qui a permis de lutter contre les inondations dans les sites identifiés vulnérables et prioritaires.

La réussite de ce projet pilote permettra de le généraliser à d’autres régions confrontées aux risques des inondations, a-t-il affirmé.

Les participants à cette cérémonie, des élus locaux, les représentants de la société civile et des chercheurs de l’Université Cadi Ayyad, ont souligné que la mise en place de ces systèmes de prévention contre les catastrophes naturelles permettra de réduire le temps d’alerte et de prévision de 6 heures à environ 16 à 40 minutes.

Ils ont souligné que ce projet revêt une importance capitale pour le développement socio-économique des vallées d’Ourika et de Rhérhaya au Haut Atlas, appelant à la généralisation des SPAC sur toutes les communes vulnérables aux inondations relevant de la province d’Al Haouz.

A rappeler que le gouvernement du Maroc avait sollicité l’appui du Japon pour développer le projet de la mise en place des SPAC au niveau du Haut Atlas en deux phases.

La première visait l’élaboration de l’étude du Plan Directeur des SPAC dans la zone du Haut Atlas et la réalisation du projet pilote dans le bassin de l’Ourika en 2000. La seconde phase a porté sur la réalisation des travaux d’extension du projet dans les bassins de l’Ourika et de Rhérhaya.

Le don octroyé par le Japon pour la réalisation de ce projet, constitue le 5ème accordé à des projets relevant du domaine de l’hydraulique après ceux de 1986, 1989, 1995 et 2007. Le montant global de ces dons totalise environ 258 MDH.

extension

group promo consulting

Explosion au quatier Liberté 6 extension

Explosion au quatier Liberté 6 extension

La Rédaction

Kalabancoro-Plateau Extension : LA BATAILLE DU MARIGOT

Kalabancoro-Plateau Extension : LA BATAILLE DU MARIGOT

prévention

AFP

Côte d'Ivoire: prévention et massage pour lutter contre la pneumonie chez les bébés

Côte d'Ivoire: prévention et massage pour lutter contre la pneumonie chez les bébés

Nabil

Prévention du palu au Faso : Que deviennent les moustiquaires promises ?

Prévention du palu au Faso : Que deviennent les moustiquaires promises ?

group promo consulting

Prévention MEDICALE  Kébémer, pôle de dépistage de la néphrologie

Prévention MEDICALE Kébémer, pôle de dépistage de la néphrologie