mis à jour le

Immigrants à la frontière de Maroc et de la ville espagnole de Melilla, REUTERS/Rafael Marchante
Immigrants à la frontière de Maroc et de la ville espagnole de Melilla, REUTERS/Rafael Marchante

Expulsion: ils sont prêts à tout pour l'éviter

Avant de rejoindre les côtes européennes, certains clandestins résident dans les villes autonomes frontalières. A l’image de Melilla qui est souvent le théâtre de scénarios improbables.

Pour échapper à l'expulsion, les immigrés ne reculent devant rien. Le quotidien Elpais raconte l'histoire de deux Camerounais restés plus de deux heures perchés sur un poteau de la ville de Melilla, le 8 novembre dernier. «Ils sont montés sur un poteau, pour éviter d'être arrêtés et reconduits au Maroc par les forces de sécurités espagnoles», explique José Palazón directeur de l'ONG Melilla PRODEIN. Plus tard, le binôme est descendu en présence des pompiers et d’une ambulance.

Alors que les clandestins sont généralement discrets, ils veulent désormais attirer l'attention pour deux raisons: interpeller les ONG  et éviter l'expulsion illégale au Maroc  Car en principe, une fois la demande d'asile effectuée ils sont  «inexpulsables» en attendant la décision. Cependant, selon plusieurs ONG, les autorités n’appliquent pas toujours cette règle. Mais face aux 3000 clandestins qui ont tenté de forcer les frontières de cette ville entre le 1er janvier et le 17 septembre 2013, l'expulsion s'est avérée inéfficace. Le gouvernement s'est rabattu, depuis plusieurs semaines, sur une autre méthode jugée plus dissuasive: une succession de grillages, appelée «les barbelés de la mort» par la presse marocaine.

Vivement critiqué par Amnesty International et le parti socialiste espagnol, ce dispositif avait déjà été mis en place, avant d’être retiré en 2006.  Mais depuis, les sept mètres de grilles, les capteurs ultrasensibles et les 109 caméras ne suffisent plus à contenir les assauts massifs de clandestins, ajoute Libération.

Le 17 septembre dernier, 300 personnes avaient escaladés les grillages, et rares son ceux qui n'avaient pas été blessés au cours de l'escalade de la clôture. Les socialistes espagnoles prévoient de porter l’affaire devant Commission des droits de l’Homme du Parlement européen.

Lu sur Elpais et Libération

Greta Mulumbu

Journaliste

Ses derniers articles: Les accros du pouvoir  Ce qu'il ne faudra pas recommencer en 2014  Elles vont compter en 2014 

Espagne

AFP

Libye: première visite des ambassadeurs de France, GB et Espagne depuis 2014

Libye: première visite des ambassadeurs de France, GB et Espagne depuis 2014

AFP

Un Sénégalais arrivé en pirogue en Espagne touche le gros lot pour Noël

Un Sénégalais arrivé en pirogue en Espagne touche le gros lot pour Noël

AFP

Dix recruteurs présumés de l'EI arrêtés en Espagne et au Maroc

Dix recruteurs présumés de l'EI arrêtés en Espagne et au Maroc

immigration

Crise migratoire

La mort d'une joueuse de foot de la Gambie en Méditerranée symbolise le drame de ce pays

La mort d'une joueuse de foot de la Gambie en Méditerranée symbolise le drame de ce pays

Black lives matter

Quand les Afro-Américains imaginent (plus ou moins) sérieusement leur «Blaxit»

Quand les Afro-Américains imaginent (plus ou moins) sérieusement leur «Blaxit»

Nord-Sud

L'injustice du visa pour les vacanciers africains

L'injustice du visa pour les vacanciers africains

Maroc

Géopolitique

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

Le Maroc va au clash lors d'un sommet international à Malabo

AFP

Ethiopie et Maroc signent un important projet de production d'engrais

Ethiopie et Maroc signent un important projet de production d'engrais

AFP

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent

Sommet africain: le Maroc se place un peu plus sur le continent